Vues: 1098 Created: 2009.12.29 Mis à jour: 2009.12.29

Visite chez le docteur

Visite chez le docteur

16h00

Il s'assied et prend Sandra sur ses genoux.

-Moi je ne pense pas que tu sois trop grande pour ça.

Il ajouta :

-Je suis ton père, je peux regarder ce que tu as.

-Mais c'est la honte pour une fille de mon âge de faire ça, toutes mes copines sont indépendantes depuis qu'elle ont 12 ans !

-Je vais juste regarder c'est tout.

Finalement elle se lève et va se coucher sur le divan, dos vers l'extérieur.

-Ok, tu regardes. Mais vite alors.

Elle ne se retourne pas quand il approche.

Il se met à sa hauteur et baisse son pantalon jusqu'aux genoux, puis écarte ses fesses entre le pouce et l'index.

-Tu vois quelque chose de pas normal ? Demande-t-elle.

-Non, de l'extérieur je ne vois rien d'anormal. Tu n'as ces douleurs que quand tu vas à la selle ?

-Oui, pour faire caca.

-Ok.

Il approche son doigt et touche son petit trou qui se crispe d'un coup.

-Eh ! T'avais dit que tu touchais pas !

Il relâche ses fesses et remet son pantalon.

-Bon, on va appeler le docteur, il saura mieux voir ce que tu as.

17h15

Une heure plus tard un homme d'une trentaine d'année entre dans la maison et est accueilli par le père de Sandra.

-Ma fille a des douleurs quand elle va aux toilettes depuis un certain temps docteur, explique-t-il après s'être présenté.

-Ok, je vais l'examiner pour voir ce qu'elle a. Où est-elle ?

-Dans sa chambre, je vais vous montrer où c'est.

Il monte l'escalier et lui indique une porte bleue dans le couloir.

Le docteur entre seul dans la chambre et se présente à Sandra.

-On m'a dit que tu avait mal quand tu allais aux toilettes, c'est ça ?

-Oui

-Ok, et tu sais où tu as mal précisément ?

Elle baisse les yeux d'un air timide.

-À mon derrière.

-Je vois, et tu arrive à faire quand tu vas à la selle ?

-Un peu.

C'est une réponse évasive, le docteur pense tout de suite à une constipation.

-Attends-moi là, je vais voir si ton père a ce qu'il faut ici pour te soulager.

Il quitte la chambre et descend rejoindre le père dans le salon.

-Alors vous avez trouvé ce qu'elle a ? Demande le père.

Il lui explique son pronostic d'après ce que Sandra lui a dit et demande s'il y a des suppositoires laxatifs. Le père va avec lui dans la boîte à pharmacie et lui tends des suppositoires à la glycérine.

17h30

Quand le docteur revient voir Sandra il lui explique ce qu'elle a.

-Je vais te mettre un suppositoire et puis tu iras aux toilettes voir si ça passe.

Il n'a pas besoin d'insister, elle se couche sur le côté et baisse même son pantalon. Le docteur pose le médicament contre sa peau, attend que son trou se déserre un peu, et enfoui le médicament dans le derrière de Sandra.

-Aïe !

-Voilà, attends comme ça dix bonnes minutes avant d'aller faire caca.

Il retire son doigt, l'essuie avec un mouchoir, et quitte sa chambre.

17h40

Sandra n'arrive pas à attendre dix minutes. Elle quitte précipitamment la pièce pour aller s'asseoir sur la cuvette. Elle commence à évacuer le médicament en premier, puis ce qui est devenu un liquide huileux, mais n'arrive pas à pousser le reste dehors : sa peau lui fait trop mal, son anus commence à picoter, ça lui devient insupportable.

Elle descend et explique ce qui s'est passé au docteur.

-Ce n'est pas une constipation alors. Retournes dans ta chambre je vais continuer de t'examiner.

Il la rejoint avec un tube de vaseline.

-Tu te remets comme tout à l'heure.

Il lui enduit l'anus de vaseline, puis rentre son doigt profondément pour palper son intestin. Voyant que Sandra à sursauté au moment de l'introduction, il lui demande si elle a peur ou si elle a eut mal à cause de son doigt.

-À cause du doigt.

Il continue de palper.

-Et tu as encore mal maintenant ?

-Ça va mieux quand c'est passé.

Il continue encore pour bien vérifier, puis retire son doigt et l'essuie.

Il écarte maintenant la peau autour de son anus pour la tendre, en quête de petites plaies extérieures, il tend la peau à plusieurs reprise dans plusieurs direction, mais ne voit rien.

-Je dois te demander quelque chose d'assez gênant. Est-ce que tu as pratiqué une sodomie ou quelque chose du même genre ces dernier temps ? C'est purement médical, je ne dirai rien à tes parents.

-Non, je suis célibataire.

-Ok, dit-il en relâchant ses fesses. Tu peux te rhabiller pour l'instant.

Il va ensuite avec elle dans la salle de bain et lui demande ce qu'elle utilise comme gel douche, il regarde la boîte et demande si elle utilise d'autre chose pour se nettoyer mais elle répond que non.

18h00

Une fois tous redescendu, le docteur dit à Sandra qu'il faudrait qu'elle passe le lendemain matin à la clinique où il travaille, il lui fixe un rendez-vous à 10h15.

-Il faut que tu arrive à jeun, ne mange plus à partir de minuit. Si tu as envie d'aller aux toilettes ce soir, utilise encore un suppositoire, ou demande à ton père de te le mettre si tu sais pas le faire, ok ?

-D'accord.

Il salue le père et sa fille avant de repartir.

18h10

Après que le docteur soit partit, il demande à sa fille :

-Alors qu'est-ce qu'il t'a dit ?

-Il ne sait pas ce que j'ai.

-T'as réussi à faire caca quand il t'as mis le suppo ?

-Oui.

-Et ça t'a encore fait mal ?

-Oui, mais j'ai pas trop envie d'en parler.

-Ok.

Il n'insiste pas. Elle remonte seule dans sa chambre, et repense à tout ce qui vient de se passer. Elle se rappelle de la douleur pendant l'introduction du doigt dans son anus, mais aussi du léger plaisir ressenti à ce moment-là. Aucun de ses petit-copains ne l'avait déjà touché de cette manière. On lui avait déjà caresser les seins, le sexe, le ventre, et même les fesses, mais jamais on n'avait franchi sa raie pour aborder l'aspect anal.

Elle pense alors qu'elle aimerait bien qu'un garçon soit là auprès d'elle, pour continuer ce nouveau type de massage, même si c'était son ex.

20h00

Le soir Sandra dîna avec son père et sa mère, cette dernière venait d'apprendre ce qui s'était passé l'après-midi.

-La pauvre ! Avait-elle dit. Et tu n'as pas trop peur pour demain ? Demanda-t-elle à sa fille.

-Non ça va.

Puis ils s'installèrent dans le salon et regardèrent ensemble la télévision pour passer le temps.

20h45

Le père de Sandra la sort brusquement de ses pensées.

-Au fait tu veux un suppositoire pour aller aux toilettes ce soir ?

-Non, plus tard.

Elle se lève et va dans sa chambre. Arrivée devant l'escalier, elle s'arrête et se retourne vers son père.

-Euh si en fait je veux bien le prendre maintenant, comme ça j'irai me coucher après.

-D'accord, fait-il en se levant du canapé.

Il fait signe à sa femme de rester là et se dirige vers la cuisine. En arrivant à hauteur de Sandra il lui propose de monter.

-Je te rejoins en-haut tout de suite.

Quand il arrive, il est étonné de voir sa fille déjà prête pour son suppo. Pas besoin de lui demander si elle veut le mettre elle-même : elle est déjà couchée sur le ventre les fesses à l'air et attend. Il passe ses doigts dans son entre fesses pour mieux voir et pousse le médicament jaune dans son derrière. Ça passe facilement, son petit trou est dilaté mais se resserre sur son doigt quand il passe.

Quand il a fini, il garde les fesses de sa fille écartées et lui demande de pousser comme quand elle était petite. Le suppo n'est pas expulsé.

-C'est bon il est bien mit. Je redescends bonne nuit.

Elle attend d'être seule pour se retourner et remonter son pantalon. Elle attrape son pyjama et va déjà attendre aux toilettes. Tout ces évènements lui donne l'impression d'être revenue dans son enfance.

Cette elle arrive à attendre que le médicament soit totalement fondu pour pousser. Elle ne force pas trop pour ne pas avoir mal, heureusement le suppositoire l'aide beaucoup pour ça.

Elle termine, enfile son pyjama et va dans sa chambre se coucher.

Le lendemain,

08h30

Sandra termine de s'habiller. Son père l'emmène plus tôt pour ne pas avoir de retard avec les embouteillages en ville.

-Tu as ton carnet de santé et tout ? Lui demande-t-il.

-Oui c'est bon.

-Ok, dès que tu es prête je t'emmène alors.

10h00

Une infirmière prononce le nom de Sandra dans la salle d'attente. Celle-ci se lève et elle l'emmène dans la salle de consultation du docteur et la débarrasse de sa veste et son sac.

-Tu peux te déshabiller et enfiler cette blouse, dit-elle en lui tendant un vêtement léger. Le docteur ne va pas tarder à arriver.

Elle se met de côté pour se dévêtir et enfile la tenue qu'on lui a donné, elle a le dos et les fesses à l'air alors elle s'assied sur une chaise et attend.

10h10

Le docteur entre dans son cabinet et salue Sandra qui est déjà prête. Il ouvre un tirroir, saisit quelque chose et vient près d'elle.

-Prends ces cachets. C'est pour te détendre.

Elle prend un verre d'eau qu'il lui tend et avale le tout. Moins d'une minute après elle sent qu'elle a le tourni. Le docteur passe une main sous son bras pour la soutenir.

-C'est rien, ça va t'assommer un peu. Couches-toi sur la table.

Avec son assistante, il aide Sandra à se hisser et se mettre en place. Ils la retournent sur le ventre. Sandra essaye de regarder mais elle sent la fatigue monter, la lumière l'éblouit. Une main lui écarte les deux fesses et un doigt plonge dans son orifice.

-On est en train de te faire un lavement, explique le docteur. Après on regardera ce que tu as.

En effet elle remarque que ce qu'elle a prit pour un doigt est en fait la fin d'un long tube qui relie ses fesses à un ballon gonflé. Un liquide commence à couler en elle et lui rend un peu de sa lucidité. Elle suit maintenant la progression en observant la taille du ballon qui diminue, pour ne pas trop tourner la tête.

De temps en temps, on lui essuie la peau autour de son anus.

-C'est bientôt fini, annonce le docteur. Pas besoin d'aller jusqu'aux toilettes, on t'apporte un pot.

Une fois le ballon vide, l'assistante retire la canule et demande à Sandra de serrer les fesses. Ils la soulèvent au-dessus du pot et la maintiennent en position accroupie.

-Vas-y, tu peux pousser maintenant.

Une main féminine vint lui écarter l'entre fesses pour l'aider à commencer, puis s'enlève.

-Tu as encore mal ?

-Oui encore un peu.

-Ok, essaye de faire le plus possible dans le pot alors.

10h30

Quand elle termine d'éjecter ce qu'il reste, l'assistante passe un mouchoir sous ses jambes pour l'essuyer et ils la remettent comme avant sur la table de consultation. Elle observe le docteur qui enfile un gant.

-On va te dilater, explique-t-il en enduisant son doigt de gel transparent.

De nouveau des mains écartent ses fesses et le docteur la pénètre avec son doigt qu'il remue doucement. Il rajoute un peu de vaseline avec l'autre main et rentre un deuxième doigt, ce qui oblige Sandra à serrer les dents pour ne pas crier.

-Désolé, dit le docteur. Je sais que tu ne dois pas aimer ça.

Elle ne répond rien, elle se concentre sur ce qu'elle ressent et espère qu'il ne va pas pousser un doigt de plus.

Malheureusement on lui remet encore de la vaseline et un troisième doigt force le passage.

-Ça pique docteur, se plaint Sandra.

-Essaie de penser à autre chose.

Il rajoute encore de la vaseline. De temps en temps, Sandra inspire un grand coup tellement elle a mal.

L'assistante, qui lui a lâcher les fesses, apporte un écarteur muni de quatre crochets. Sandra retient son souffle. Le docteur vient de retirer tous ses doigts. L'objet froid lui rentre dans le cul mais ne lui fait pas si mal qu'elle l'avait pensé en le voyant. Le froid de l'air ambiant s'engouffre en elle et elle tente de se crisper instinctivement, puis abandonne.

Le docteur regarde maintenant avec une lampe puissante, L'assistante lui empêche de tourner la tête.

-Tu es enflée, je vais mettre une crème.

Son doigt vint étaler quelque chose de froid sur les parois de son anus.

-Il faut garder l'écarteur un petit peu encore.

Le docteur en profite pour aller jeter un coup d'œil sur son carnet de santé.

10h50

Il retire l'écarteur, Sandra ressent un soulagement quand c'est fini. On lui rend ses vêtements et le docteur lui fait une ordonnance : je t'ai prescrit une crème comme celle que je t'ai mis, il faut que tu te masses doucement l'anus avec tout les soirs pendant trois ou quatre jours, juste sur l'anus pas besoin de rentrer ton doigt. Je t'ai mis aussi des suppositoires à la glycérine pour que tu en prennes en attendant que ça aille mieux, il faut les utiliser avant la crème, ça t'aidera à aller aux toilettes.

Il lui tend le papier qu'elle enfoui dans son sac.

-Voilà, au revoir alors Sandra.

Elle les salue puis quitte la salle de consultation.

Comments

n/a Il ya 13 ans  
omega44 Il ya 13 ans  
cedounet Il ya 13 ans  
omega44 Il ya 14 ans  
thermophil Il ya 14 ans  
omega44 Il ya 14 ans  
thermophil Il ya 14 ans  
omega44 Il ya 14 ans