1 members like this


Vues: 492 Created: 2010.06.25 Mis à jour: 2010.06.25

Billie à la piscine

Chapitre 2

Billie se réveilla environ vingt minutes après la prise de température, elle cligna d'abord longuement des yeux, ne comprenant pas très bien où elle se trouvait, puis finit par me reconnaître et identifier l'odeur chlorée de la piscine.

-Piouh, je suis crevée, fit-elle en baillant. Qu'est-ce qui s'est passé ?

Elle se frotta les yeux et me lança un air interrogateur. Je lui expliquai son malaise durant sa nage un peu plus tôt mais elle ne s'en souvenait plus apparemment.

-L'essentiel c'est que tu ailles bien maintenant, lui dis-je.

Elle me remercia de m'être occupé d'elle et me sourit en commençant à bouger sous sa couverture, lorsqu'elle remarqua sa nudité. Elle tâtonna rapidement ses seins, son sexe, puis ses fesses sous son drap pour se le confirmer et je m'empressai de me justifier avant qu'elle me pose des questions :

-J'ai dû te sécher pendant que tu dormais, expliquais-je. Ton maillot de bain et tes autres affaires sont ici si tu veux.

Je lui indiquai du doigt ses affaires.

-Tu m'as vue toute nue ? Me demanda-t-elle.

-Ben oui, il fallait bien pour te sécher.

Elle rougit et resta d'abord cachée sous la couverture, puis finalement elle se détendit et laissa tomber le drap sur se genoux, me dévoilant entièrement sa poitrine. Je baissai légèrement les yeux.

-Vous avez appelé les secours quand je suis tombée ? Me demanda-t-elle.

-Oui, mais ce n'était pas très grave, ils m'ont juste dit de surveiller ta température jusqu'à ce que tu te réveilles.

-Ah... ok.

Elle laissa un blanc dans la discussion, je savais à quoi elle pensait mais elle n'osait pas demander comment je m'y étais pris. Moi-même je n'osais pas lui avouer tellement c'était gênant.

Finalement elle prit l'initiative de chercher l'instrument dans le petit local autour d'elle, et le repéra rapidement. Elle observa attentivement le thermomètre que j'avais laissé traîner sur la chaise, et à la vue des petites traces restées dessus, elle comprit où je l'avais mis et devint toute émue. En fin de compte, c'était peut-être mieux qu'elle l'apprenne ainsi, et je fus content qu'elle ne semble pas m'en vouloir.

-Tu l'as mis dans mon derrière, alors ? Interrogea-t-elle toute rouge.

Je lui fis oui de la tête.

-Tu étais glacée et tu dormais, me justifiais-je. La standardiste m'a dit que c'était plus facile ainsi.

Elle se laissa retomber dans sa couchette, fit un effort pour se décontracter malgré une grande émotion qui se voyait sur son visage, et me dit avec un sourire qu'elle ne m'en voulait pas.

-C'est fait maintenant de toute façon, fit-elle. Ça me fait juste bizarre qu'un garçon s'occupe de moi comme ça. D'habitude c'est le docteur qui fait ça.

Je fus très surpris par cette remarque.

-Quoi, ton docteur te prend encore la température dans les fesses ? Demandais-je.

Elle rigola avec moi de ma question, une ambiance détendue était revenue grâce ces petites révélations.

-Oui, à chaque fois qu'il faut la prendre, expliqua-t-elle. Il est très strict, mais je préfère quand même quand c'est un jeune comme toi qui s'en occupe, avoua-t-elle.

Billie semblait attendre ma réaction face à une telle invitation. Pour bien se faire comprendre, elle se débarrassa de la couverture qui cachait ses parties intimes, puis se pencha vers moi pour me chuchoter : « Vas-y, montres-moi comment tu as fais ».

Elle venait de faire resurgir un immense sentiment de plaisir en moi, et j'avais un peu de mal à voir si elle était vraiment sérieuse.

-Tu veux que je vérifie de nouveau ta température ? L'interrogeais-je.

Elle prit le temps de répondre, s'allongeant sur la couchette en premier.

-Oui. Si on ne le fait pas, les prochaines fois qu'on se verra on ne va pas arrêter de se jeter des regards gênés pour ce qui s'est passé, il vaut mieux passer une soirée sympa ici pour oublier la gêne.

Voir ainsi Billie allongée nue sur cette couchette et me demandant de lui prendre sa température m'excitait tellement que je ne la fis pas répéter deux fois. Je pris d'une main tremblante le thermomètre qui était resté sur la chaise.

-Comme tu le désires, princesse, plaisantais-je en m'agenouillant auprès d'elle.

Je fit glisser ma main sous ses reins pour la basculer sur le côté droit, et lui écarta une fesse comme tout à l'heure pour dégager son petit trou rose, puis je rentra la tige de verre doucement de quelques centimètres dedans.

-Bravo, fit-elle, tu ne m'as pas fais mal du tout, j'ai presque rien senti.

Là-dessus on parla de ses visites chez le docteur : elle me raconta que parfois il lui faisait un peu mal quand il le faisait, et que certaines fois il lui avait mit de force tellement elle détestait ça à l'époque.

Pendant qu'elle finissait de me raconter ses histoires, je lui écarta à nouveau les fesses et en retira le thermomètre.

-C'est bon, tu n'as pas de température, lui annonçais-je.

-Ok, on fait quoi ensuite ?

-Je sais pas, ça te dirait de jouer un peu plus au docteur ce soir, ici ?

Ma question était venue comme ça, me surprenant un peu moi-même, mais je fus agréablement surpris qu'elle hoche la tête.

-Vas-y, c'est toi le docteur, fit-elle. Je t'écoute.

fin de la deuxième partie, j'essayerai de poster la suite d'ici ce soir 😎