Vues: 422 Created: 2010.06.25 Mis à jour: 2010.06.25

Billie à la piscine

Chapitre 6

Les deux jeunes filles, suite à mes consignes, s'étaient déshabillées et attendaient maintenant sur le lit que je commence ce fameux dépistage.

-Bon allez, je commence par toi Billie, fis-je en m'approchant d'elle.

Je lui expliquai que pour ce dépistage il lui était nécessaire de subir un toucher vaginal, et Sophie, même si elle s'était elle aussi prise au jeu du docteur, rougit comme une tomate en entendant ces mots : elle aussi devrait faire ce dépistage après.

Billie, pour montrer le bon exemple à sa colocataire, se coucha en arrière et écarta les jambes. Dans cette position, ses lèvres étaient légèrement écartées. Je m'approchai d'elle, posai une main sur sa cuisse, et commençai à enfoncer deux doigts dans son intimité, sous le regard curieux de Sophie.

Au bout de quelques mouvements seulement, son cœur se mit à battre assez fort pour qu'on puisse l'entendre.

-Essayes de te calmer un peu, demandais-je à Billie.

-Désolée, fit-elle, le souffle court.

Je continuai à la provoquer en tripotant ses parois vaginales, lui faisant même faire un léger gémissement, puis retirai mes deux doigts humides de son sexe.

-C'est bien ,Billie.Aucun problème, conclus-je.

Sophie me regardait à présent avec insistance. La scène précédente avait dû l'exciter car ses petits seins pointaient et son sexe était humide.

-Oui, c'est à ton tour, maintenant, fis-je pour répondre à la question qu'elle avait en tête.

Recopiant la méthode de Billie, elle se coucha sur le dos et écarta ses cuisses.

Je maintins cet écartement de mes deux mains, mes pouces écartant doucement son sexe.

-Tu m'as dit que tu était encore vierge, Sophie...

Mes pouces glissèrent contre sa peau, vers le bas, et écartèrent légèrement son entre-fesse pour laisser apercevoir son anus.

-...dans ton cas il va falloir passer de ce côté, ajoutais-je. Sinon je risque de déchirer ton hymen.

J'attendis sa réaction.

-Euh ... c'est vraiment nécessaire de passer par le cul ? Demanda-t-elle, peu enchantée.

-Oui, il faut que je palpe ton ventre de l'intérieur, répondis-je. Si on ne fait pas ça par le vagin, il faut passer par le cul, précisais-je.

Billie s'était levée du lit et venait de poser ses mains sur mes épaules.

-Tu as besoin d'une assistante ? Me demanda-t-elle.

-Oui, si tu veux.

Je trouvai rapidement une tâche pour elle. En regardant dans mon sac à dos, je lui tendis une boîte.

-Il faut d'abord qu'elle aille aux toilettes. Mets-lui un ou deux suppositoires pour l'aider, ajoutais-je.

Elle hocha la tête, puis me prit la boîte, contente, et se retourna à nouveau vers sa colocataire. Cette dernière eut un geste de recul.

-Hé ! Je n'ai pas dit oui ! Fit-elle remarquer.

-T'inquiètes pas, c'est juste un petit suppo, lui répondit Billie en grimpant sur le lit à genoux.

Sophie fit la moue :

-Mais j'ai jamais aimé les suppositoires.

Billie, faisant semblant de ne pas entendre, attrapa Sophie par la taille, glissa une main sous ses fesses, et la retourna.

-Il faut quand même en prendre un, pour être toute propre pour le dépistage.

Elle tenait maintenant Sophie fermement sur ses genoux bien que cette dernière n'opposait visiblement pas de résistance, et appliqua un peu de vaseline sur son doigt qu'elle enfonça doucement mais entièrement dans le petit trou de Sophie.

Je regardais tout ça depuis le lit avec beaucoup de plaisir, surtout quand Billie appuya le médicament sur l'anus de sa colocataire. En quelques secondes le suppositoire fut englouti dans son intestin.

Billie recommença l'opération, non pas avec un, mais deux suppos supplémentaires.

-C'est bon, je crois qu'elle a eu sa dose, fis-je en posant à mon tour une main sur la fesse de notre patiente.

-Ok, dit-elle en la relâchant.

Sophie se remit aussitôt assise sur le lit avec nous, comme si elle voulait cacher ses petites fesses d'un autre traitement de préparation.

-J'espère que ça ne va pas me faire mal, dit Sophie en nous regardant.

-Ne t'inquiètes pas, la rassurais-je. Tu vas juste avoir très vite envie d'aller aux WC.

En effet peu de temps après je remarquais la jeune fille en train de changer souvent de position.

« Je m'absente un moment », dit-elle en quittant la chambre. Enfin seul avec Billie, celle-ci m'enlaça au cou et commença à me déshabiller. Je l'embrassai et reçu un doigt dans le cul assez douloureux.

-Aie ! Préviens s'il te plaît avant de mettre le doigt.

-Désolée, je ne voulais pas te faire mal.

Elle retira son pouce de mon petit trou et je remontai mon pantalon avant que Sophie ne revienne avec nous. Ensuite je commençai à lubrifier mon doigt pour être prêt à son retour.

-Allez on y va, fis-je quand j'aperçus la jeune fille qui ouvrait la porte de la chambre. Tu as réussi à évacuer ?

Elle confirma d'un signe de tête.

-Ok, ben remets-toi en position, je vais commencer.

Elle s'allongea sur le ventre sur lit, les jambes dépassant et traînant par terre. Je dégageai son anus d'une main et posai mon doigt dessus, puis je l'enfonçai doucement dans son muscle chaud qui se serrait sur moi. Je mis un deuxième doigt, lui arrachant un léger gémissement, et poussai le plus loin possible pour la palper.

-Ça commence à faire mal, fit-elle avec une grimace en retournant sa tête.

-C'est bientôt fini.

Je retirai mes doigts l'un après l'autre et la laissai souffler un coup.

-Bon voilà, je ne vois pas de problème, je ne pense plus que tu aies mal au ventre à présent, lui fis-je. Tu devais juste être un peu constipée, et les suppositoires t'ont soignée.

-Ok, merci de m'en avoir mis alors.