Vues: 494 Created: 2019.03.31 Mis à jour: 2019.03.31

fiction de suppositoires

Le pharmacien les origines

Emma Adler n'étais pas un coup d'essai du pharmacien il s’est amusé avec d'autres filles auparavant.

C'est dans ce but d'amusement qu'il décida justement d'aller se balader dans le parc de sa ville, vêtu d'un imperméable, de lunettes noires et d'un chapeau tout en observant de ci-delà les filles qui y traînent. Recherchant la cible parfaite. Il ne tarda pas à trouver son bonheur en la personne d'Audrey, une très charmante latino aux cheveux long bouclés, vêtue d'un jean et d'une robe verte. Cette dernière jouit d'une agréable journée au parc en lisant discrètement un livre assise sur un banc profitant du calme.

Le pharmacien se dit qu'elle doit être agréable à côtoyer et se dirige donc vers elle, s'approche d'elle et lui dit « Excusez moi mademoiselle auriez vous le temps pour une petite discussion ? »

celle-ci, dotée d'un sens inné de l'organisation et du devoir décide de consulter sa montre avant de répondre « Il est 15h00, monsieur je pense avoir le temps de discuter je m’appelle Audrey enchantée». Tout en posant son livre de la collection Arlequin de manière bien ordonnée à coté d'elle.

« Vous avez une très jolie montre, mademoiselle » continue le pharmacien.

« Vous trouvez ? » S’intéresse Audrey optimiste sur la suite de la discussion.

« Oui regardez comme elle brille » Persiste le pharmacien.

« Oui elle est très jolie en effet, si brillante et si.... »

« Continuez à la fixer gardez les yeux ouverts » Poursuis le pharmacien.

« Oui je la fixe » Poursuis Audrey légèrement angoissée.

« Vous sentez que vos paupières sont fatiguées » Ajoute t-il.

« Que ce passe t'il ? » Audrey commence à sentir ses yeux la picoter.

« Vos paupières sont tellement lourdes, elles pèsent une tonne » Insiste le pharmacien.

Audrey capitule et finit par fermer les yeux elle viens de tomber sous l'influence du pharmacien., elle est maintenant dans une transe hypnotique.

« Je suis maintenant votre maître » Poursuis celui-ci.

« Vous êtes maintenant mon maître » Confirme Audrey impuissante à résister.

« Tu est d'ailleurs un mignon petit chat » Lui dit le pharmacien.

« Miaou, miaou » se met à faire Audrey tout en tournant à 4 pattes autour du banc en remuant son joli popotin.

Le pharmacien vérifie autour de lui, que personne n'est en vue.

Puis il dit « Les chats n'ont pas de vêtements »

Suite à cette remarque, Audrey entreprend de se déshabiller complètement, puis une fois en tenue d'Eve, elle se remet à miauler tout en se léchant la main.

Le pharmacien est au comble du bonheur, du fait de la position à 4 pattes d'Audrey il à une très jolie vue sur son anus et cela va lui permettre de tester un de ses suppositoires d'amnésie.

Il observe donc les fesses d'Audrey, entreprend de s'humecter le doigt avec la bouche. Il pose son doigt mouillé sur l'anus et autour, ce qui lui vaut un regard mécontent d'Audrey. Déballe un suppositoire avant de le porter au même endroit et de le retirer avec un bruit de succion, ce qui provoque de la part d'Audrey un cri de chat mécontent.

Elle fait deux ou trois tour sur elle même avant de s'endormir paisiblement, elle reprend connaissance quelques heures plus tard rhabillée et n'ayant conservée aucun souvenir de sa rencontre avec le pharmacien. Elle s'imagine simplement s'être endormie au soleil.

Une fois sa besogne accomplie et pendant qu'il regagne la rue qui longe le parc le pharmacien n'en crois pas ses yeux. Il aperçois au croisement Camille une de ses ex petite amie, il se dit "Ca va être amusant de s'occuper d'elle aussi"

«Hey salut Camille que fait-tu ici?"

Camille est surprise de le voir « Tiens t'es là toi, toujours avec tes fantasmes bizarres de suppositoires ? » Interroge Camille sans avoir le moins du monde peur de mal faire.

« Oui mais certaines choses ont changé » Répond le pharmacien.

« Qu'est ce que tu veut dire ? » Se renseigne Camille avide d'informations.

« Maintenant j'ai tout ce qu'il faut pour mettre mes fantasme en application» Lui explique t'il tout en la poussant dans la ruelle.

« Tu va me le mettre de force ? » Demande Camille tout en se préparant pour se défendre, prête à mettre en pratique ses cours de self défense.

« Non tu va le mettre toute seule comme une grande et je vais regarder » Commente calmement le pharmacien.

« Alors là tu rêve, je ne l'ai pas fait quand on étais en couple alors pourquoi je le ferai maintenant ? » Se défend Camille.

« Tu sais à quelle vitesse tu peut entrer en transe sans le savoir ? » Poursuis il.

« T'es encore plus malade que ce que je croyais » Dit elle.

« Tu sent ta respiration s’accélérer ? » Dit le pharmacien.

« C'est parce que tu me fait peur » Lui répond Camille.

« Donne moi ta main » Dit il en joignant le geste à la parole

« Que ? » Elle est surprise.

« Je ne pense pas que tes paupières clignent aussi souvent d'habitude ? » se réjouis le pharmacien.

Camille commence à se sentir étrange, elle à l'impression que les yeux du pharmacien sont devenus énorme et qu'elle tombe dedans.

Le magicien la fixe de ses yeux « Tu as toujours été une chienne en amour et les chienne adorent s'enfoncer des trucs dans le cul »

« Qu'est ce que tu racon... Oui je suis une salope, donne moi les suppositoires que je me les enfonce dans le cul » Capitule Camille complètement hypnotisée et prête à lui donner entière satisfaction.

Elle entrepris de baisser son sarouel, ainsi que sa culotte grise. Elle se lécha le doigt pour bien lubrifier sa rondelle. Elle appuya le suppositoire contre son anus et poussa légèrement, ce qui fit qu'elle sentis son doigt chaud enfoncer le médicament dans son cul. Elle remonta finalement sa culotte et son sarouel. Avant de s'écrouler peu après endormie dans la rue, dans laquelle le pharmacien la laisse seule et abandonnée.