2 members like this


Vues: 602 Created: 2020.07.22 Mis à jour: 2020.07.22

Les études de Marie-Jeanne

Le ventre se calme

Marie-Jeanne dormit plutôt bien. Les lavements purgatifs et calmants faisaient leur effet. Madame Granlean, croisant Marie-Jeanne le matin, lui demanda comment cela allait

« Pas trop mal.

— Avez-vous pris votre température ?

— Non.

— Allez-y. Essayez sous les draps, sans utiliser de Vaseline. »

Marie-Jeanne rentra dans sa chambre et fit comme la veuve lui avait demandé. Décidément, son petit trou avait plus été pénétré en deux mois ici que pendant des années chez elle ! Elle eut un léger regret que madame Granlean ne lui servît plus d’infirmière mais, après tout, elle devait apprendre. Elle se demanda à quoi son instructrice avait fait allusion quand elle parlait de nécessité de mesures de températures précises.

37,6°C… Un peu élevé pour un matin, mais sans plus. Elle nettoya le thermomètre à l’alcool et le rangea.

Madame Granlean passa la tête par la porte.

« Alors ?

— 37,6…

— Je vous ai mis la camomille à chauffer. Allez donc prendre votre purge. »

Marie-Jeanne, disciplinée, se rendit à la salle de bain et chercha le bock. Effectivement, à côté de celui-ci était rangé une seconde canule, plus longue, plus épaisse et de forme différente de celle qui avait été utilisée jusqu’à présent. Madame Granlean avait dit « canule rectale »… donc l’autre ne serait pas destinée au rectum ? Il n’y avait guère d’autre orifice possible que le vagin… ainsi on donnait aussi des lavements au vagin ?!

Ce n’était toutefois pas le moment d’éclaircir ce mystère. Marie-Jeanne suivit les instructions de la veille pour la préparation du bock, se déshabilla complètement et s’installa dans la baignoire. Elle prit sa purge. La posture s’y prêtant, elle se mit à se caresser le sexe, sans but d’aller jusqu’à l’orgasme, simplement pour passer le temps et faire oublier l’inconfort de la procédure. Comme elle avait changé depuis le temps où elle avait honte de ces manipulations !

Elle fila nue aux toilettes. Quand elle en ressortit, madame Granlean lui dit de s’installer sur son lit pour sa camomille. Marie-Jeanne se dit que quand la plupart des gens parlent de prendre une camomille, ils ne pensent pas à la recevoir dans le derrière… Enfin, il fallait bien prendre le traitement !

C’est nue qu’elle reçut ce second lavement. Madame Granlean philosopha un peu.

« Vous savez, Marie-Jeanne, culturellement, nous méprisons le corps, nous sommes invités à nous détacher des plaisirs physiques et vulgaires. Et quoi de plus vulgaire que la défécation. Pourtant, c’est un fait qu’on se sent mieux après. Il ne faut pas négliger cela. De même, notre société use d’euphémismes et est mal à l’aise pour parler de la sexualité ; or c’est un des grands plaisirs de la vie. J’ai aimé vous voir vous caresser hier. En aviez-vous l’habitude ?

— Non… de temps en temps, mais j’avais honte. Ma mère m’avait jadis vue et m’avait punie après m’avoir expliqué que c’était mal de se toucher là pour autre chose que s’essuyer ou se laver.

— Mais là vous appréciez ? Vous n’avez plus honte ?

— J’ai encore un peu honte mais cela va mieux, grâce à vous.

— Je pense qu’il est important pour une jeune fille, et aussi pour un jeune homme (mais on leur laisse plus de liberté pour cela), de comprendre son corps y compris dans ses aspects les plus triviaux ou animaux.

— Je m’en rends compte maintenant.

— Je veux que vous puissiez choisir en connaissance de cause. Nous verrons des leçons, mais sinon, n’hésitez pas à m’interroger.

— Hé bien j’ai une question. J’ai vu une autre canule avec le bock, c’est pour le vagin ?

— Tout à fait, c’est une canule de douche vaginale.

— Pourquoi faire une douche vaginale ?

— Dans certains cas, pour chasser le sang des menstrues. Je ne l’ai guère fait, mon mari et moi jugions que s’il me pénétrait pendant mes périodes, il devait assumer la possibilité d’avoir les doigts ou la verge ensanglantés. Nous prenions nos précautions avec une serviette.

— Quoi ? Votre mari vous faisait ces choses dans ces moments-là ?

— Cela vous choque ?

— Je n’aimerais pas qu’on m’impose cela quand je suis sale.

— Mon enfant, mon mari ne m’imposait pas cela. J’y consentais pleinement et même le demandais. En plus, les menstruations sont une période infertile, il pouvait jouir de mon ventre tout son soûl, et… c’était une période où j’avais parfois fortement envie.

— Je crois que j’ai beaucoup à apprendre.

— Tout à fait. J’ai l’impression que vous pensez que les relations entre hommes et femmes sont forcément que les premiers s’imposent aux secondes. C’est sans doute le cas dans de nombreux couples, mais ce n’est pas forcément le cas. Je ne peux pas vous expliquer comment choisir un homme qui veuille vivre avec vous sur un pied d’égalité de ce point de vue, mais au moins puis-je vous dire comment cela se passait pour moi.

— Oui madame.

— Sinon, pour continuer de vous répondre : on utilisait aussi la douche vaginale comme moyen anticonceptionnel, juste après l’éjaculation. Je le déconseille. Cela fonctionne mal, et puis imaginez-vous courir sur le bidet vous enfoncer la canule alors que vous aimeriez vous serrer contre votre conjoint ! »

Marie-Jeanne rit devant l’évocation de la scène, puis redevint sérieuse.

« Oui, mais si cela permet d’éviter une grossesse…

— Je vous l’accorde. Nous discuterons d’ailleurs de cela et de différentes méthodes. Pour conclure sur la douche vaginale, je vous signale qu’on la pratique souvent en ajoutant du vinaigre dans l’eau, pour obtenir un liquide acide. Vous avez certainement remarqué au goût que le vagin est acide.

— Oui. Je l’ai remarqué avec vous.

— Et si vous utilisez le même matériel pour lavements et douches, prenez garde à bien nettoyer… D’ailleurs, ne jamais ramener quoi que ce soit de l’arrière vers l’avant, notamment quand vous vous essuyez. Gare aux infections ! »

Marie-Jeanne se sentait toute bizarre de pouvoir discuter aussi librement de fonctions si intimes. Elle se sentait de mieux en mieux comprendre son corps.

Il fut temps d’aller expulser le reste du lavement à la camomille.

Comments

Aranam Il ya 4 ans  
clyso Il ya 4 ans