Vues: 549 Created: 2020.10.14 Mis à jour: 2020.10.14

Emilie, une ado particulière

Chapitre 2

Depuis ce qu'elle avait expérimenté la semaine passée, Emily n'avait qu'une idée en tête : recommencer. De jour en jour, son envie d'en remettre une grandissait, et il ne fallait pas attendre une semaine pour qu'elle ouvre son armoire, fouille un peu dans ses affaires pour en ressortir une nouvelle couche. Elle ne tarda pas à s'allonger sur son lit et attacher 'es scratchs du lange.

À nouveau, la sensation fut divine pour elle. Cependant, là où la fois présente elle était plutôt stressée à l'idée de mettre une couche, là, ayant déjà expérimentée la situation elle se sentait bien plus détendue. Ainsi, c'était également pour elle une expérience qui n'avait rien à voir avec la précédente: détendue comme elle l'était, elle ressentit bien mieux ce confort qui n'avait rien à voir avec les sous vêtements qu'elle avait l'habitude de porter. Là, le contact de sa peau avec cette matière si douce était une des choses les plus agréables qu'Emilie n'avait jamais vécue. Ce fut donc sans aucune gêne qu'elle ne se rhabilla que de son tee-shirt, le bas de son corps n'étant habillé que de la couche. Elle se regarda dans le miroir. Elle pouvait avoir l'air sotte ainsi, vêtue d'un simple tee-shirt et d'une couche, mais elle, se sentait bien dans sa tenue.

Au fil des jours, elle allait de plus en plus loin dans ces découvertes et ces expériences. Emilie expérimentait de plus en plus dans le domaine des couches, en faisant toutes ces activités du quotidien avec. Elle ne se séparait de son lange que pour aller au toilette - elle jugeait d'ailleurs le fait de l'utiliser pour ce à quoi elle était conçue à la base d'impensable - et en fin de journée lorsque ses parents arrivaient. Même si l'on pouvait qualifier le fait de porter des couches à son âge par plaisir d'incompréhensible, elle ne le voyait pas, ou plus du même œil.

Un mois plus tard, la situation n'avait pas réellement changée. Elle mettait simplement des couches de plus en plus souvent, devenant presque addicte à cela. Il lui vint même un soir où elle eut l'idée de se langer pour la nuit. Elle avait passée la soirée avec ses parents avec seule cette idée en tête. Après le dîner, ils partirent tous les trois regarder un film en famille. 23 heures passées, la mère ordonna à Emily d'aller se doucher avant de se coucher. Un sourire en coin, elle les avaient embrassés, puis s'était dirigée vers sa chambre avec excitation. Avant même de prendre son pyjama, elle se dirigea immédiatement vers son armoire où elle prit, toujours avec un sourire, la dernière couche du paquet. Elle prit après cela les affaires dont elle avait besoin pour sa douche, et fila dans sa salle de bain, en faisant bien attention à cacher la couche aux yeux de ses parents qui la regardaient marcher.

Après s'être douchée, elle prit tout d'abord la couche en frémissant d'excitation. Sans plus attendre, elle la déplia, avant de la mettre sur la cuvette en douceur. Tout comme la première fois où elle avait mise une couche, elle posa simplement ses fesses sur la couche, avant de rabattre l'avant vers elle, puis en fixant les scratchs à la couche. À nouveau, elle jubilait. Cette sensation était divine...

Elle resta ainsi pendant quelques minutes, les yeux perdus dans le vide, savourant simplement la situation. Cependant, la voie de sa mère là ramena brusquement à la réalité.

- Mon coeur tu as bientôt finie ? Cela va bientôt faire 20 minutes que tu es dans la salle de bain et cela fait un certain temps que je n'entend plus l'eau qui s'écoule. Tu ne prend pas un bain quand même ?

- Non non ne t'inquiètes pas maman ! Je met juste un peu de temps à mettre mon pyjama.

- D'accord, mais dépêche toi si tu veux bien. J'aimerai bien prendre ma douche aussi !

- Tout de suite m'man.

Ce brusque retour à la réalité lui fit prendre conscience de sa situation. Elle avait bientôt 15 ans, et elle n'était vêtue que d'une couche. Elle se regarda dans le miroir, en se disant qu'elle avait l'air maline comme ça, comme un enfant qui aurait refusé de grandir mentalement.

Cependant, elle oublia ses remords pour l'instant présent, et s'empressa de mettre son pyjama par dessus sa couche. Heureusement, il était ample, et les couches qui n'étaient pas bien grandes, car elles étaient avant tout fabriquées pour des enfants, ne faisaient que très peu de bruits quand Emily marchait. Elle se regarda soigneusement dans le miroir, avant de conclure que sa couche était quasiment invisible sous son pyjama. A moitié rassurée, elle déverrouilla la serrure de la salle de bain, puis ouvrit la porte.

- J'ai failli attendre ! fit sa mère ironiquement avec un sourire.

- Désolé, répondit Emily d'un air gêné, je ne voulais pas prendre autant de temps.

- Ce n'est pas grave, je te taquine. Quoi qu'il en soit, il est tard à présent ! Au lit !

Emily lui souhaita une bonne nuit, et s'engouffra d'en sa chambre avec un air soulagé. Elle avait réussie à passer la surveillance parentale ! Alors, elle se dirigea vers son miroir, et baissa un peu son pantalon de pyjama, dévoilant ainsi sa couche.

Sans réellement se poser de question, d'une façon presque naturelle, elle enleva son bas de pyjama pour ne rester qu'avec sa couche. Une vraie gamine, mais elle se surprenait à ne même pas prendre sa honte en considération. Après tout, elle ne faisait de mal à personne; puis, si personne n'était au courant, pourquoi en avoir honte ?

Elle finit pas s'engouffrer dans son lit tout en prenant bien soin de recouvrir tout le bas de son corps de sa couette, car si elle était surprise par quelqu'un durant la nuit elle voulait s'assurer que personne ne puisse voir son sous vêtement si particulier.

Le lendemain matin, elle se réveilla doucement à la lueur du jour. Sans ouvrir les yeux, descendit sa main le long de son corps, puis s'arrêta net d'un coup. Elle se rappela soudain qu'elle avait mise une couche hier soir, et que par conséquent elle l'avait portée durant toute la longueur de la nuit. Elle sourit à cela et commença à la caresser avec un air apaisé.

Quelques heures plus tard, Emily était habillée, et se préparait tranquillement à manger, souriante. Cependant, n'importe qui regardant attentivement le bas de son corps verrait qu'Emily avait les fesses plus rebondies qu'à l'accoutumée. Elle avait décidée de la garder pour la journée, premièrement pour les économiser, elle était tellement devenue addicte à cela que le premier paquet était parti en 1 mois seulement, et secondement car elle n'avait aucune envie de se séparer de sa couche.

Après avoir mangé, Emily était affalée sur son canapé, une manette à la main. Elle avait allumée sa console dans le ferme objectif de rembourser toutes les dettes qu'elle avait envers Tom Nook. Ce petit sacripant lui avait donné un tas de bonne chose pour qu'Emily se retrouve finalement à travailler comme une acharnée pour gagner de l'argent, argent qui partait immédiatement dans les caisses de Tom Nook lorsqu'elle le recevait.

Cependant, lorsqu'elle commença à jouer, elle senti qu'une petite envie venait la perturber très légèrement. Autrement dit, elle avait légèrement envie de faire pipi. Elle n'y fit pas attention, et joua comme si de rien étais. Elle était déterminée à jouer, et rien ne pourrait l'empêcher à le faire dans l'instant présent.

Une demie heure plus tard, l'envie se faisait plus insistante, de temps en temps, elle devait empêcher sa vessie de couler en faisant pression avec sa mains sur son entrejambe. Elle sentait bien tout cela et cela la dérangeait, mais elle était tellement fixée à son jeu qu'elle ignorait tout. Les minutes passèrent, sans que cela ne s'arrange pour le mieux. Elle croisait et décroissant les jambes en continu, mais cela ne l'aida qu'assez peu de temps. Elle sentait sa vessie sur le point d'exploser.

Quelques instant plus tard, alors qu'elle pêchait un énième poisson, Elle poussa un cri aigu et mis immédiatement les mains à son entrejambe. Un petit jet était parti, mais Emily avait réussi à le stopper presque immédiatement, et heureusement. Elle leva ses mains avec peur de ce qu'elle allait voir, mais aucune trace. Elle se souvint alors du sous vêtement qu'elle portait, mais surtout de ce qu'il pouvait faire. La couche avait tout absorbé ! Elle était stupéfaite, mais cette petite piqûre de rappel que la nature lui avait faite suffisa tout de même à lui faire mettre son jeu en pose. Certes elle était redevenue une enfant depuis plus d'un mois, mais il ne fallait pas non plus pousser le vis trop loin.

Elle se leva, mais la tâche s'annonçait ardue. Les toilettes n'étaient pas à la porte à côté, et elle avait tellement repoussé son envie qu'elle se demandait pourquoi sa vessie n'avait pas déjà cédé. Ses jambes croisées, elle n'osait pas faire un pas. Elle en était certaine : s'il elle faisait un geste, sa couche s'en retrouverait remplie. Que faire ?

Elle finit par oser un pas, mais malheureusement pour elle, ces pronostiques étaient bons : ce simple geste suffit à faire abandonner Emilie. Après un dernier moment de lutte, elle se dit :

"Pourquoi continuer à lutter, lorsque me laisser aller serait bien plus facile ?"

D'un coup, elle relâcha toute la pression, en regardant son entrejambe gonfler. L'urine n'avait aucun mal à venir mouiller le lange. Sa vessie étant sur le point d'exploser, elle n'aurait même pas pû se retenir quelques instants de plus. Elle ferma les yeux en savourant l'instant présent. Pensant que cela allait la dégouter, elle ne comprenait pas mais étant en même temps relaxé par ce sentiment si étrange, mais si merveilleux qu'était de mouiller sa couche. L'urine parcourait la couche sans aucune difficulté, accompagnée d'une sensation de chaleur divine. Elle sentit le lange s'humidifier petit à petit, remplissant d'abord au niveau de son entrejambe, en venant remplir l'arrière, puis en finissant par l'avant de la couche.

Au bout de 15 longues secondes de jubilation, elle ouvrit les yeux. Emily ne remarqua de plus aucune fuite à déplorer, alors que sa vessie était remplie comme elle ne l'avait jamais été.

"Et en plus elle remplit bien son rôle !"

Elle commença alors à caresser sa couche avec l'aide de sa main, pour ressentir à nouveau la sensation de l'urine chaude contre sa peau. Loin d'elle l'idée de s'adonner à des plaisirs sexuels - qu'elle n'avait d'ailleurs encore jamais expérimentés - mais la sensation de la couche mouillée contre son sexe lui faisait ressentir un sentiment nouveau et incroyable.

Elle resta debout, immobile, le regard perdu pendant quelques instant. La jeune fille fixa à nouveau sa couche, qui avait au moins triplé de volume, avec un air apaisé.

Regardant l'horloge, elle constata que ses parents rentraient déjà dans une demie heure. S'il elle voulait que son secret en reste un, il fallait qu'elle se dépêche !

Sa couche ayant triplé de volume, elle fut surprise de voir qu'il lui était à présent très difficile de marcher avec, en étant obligée d'adopter une démarche en pas de canard avec les jambes écartées pour pouvoir se déplacer. Visiblement, marcher avec une couche trempée lui demandera un peu d'expérience avant de pouvoir se mouvoir comme elle le souhaite !

Regardant dans le miroir pour avoir une confirmation visuelle de l'efficacité du Pampers, elle remarqua également qu'à travers son jean, la couche était plus que visible. On voyait bien les formes du lange à travers ses vêtements, et ses fesses étaient plus rebondies que jamais. Visiblement, porter une couche passe encore, mais une couche mouillée était plus compliqué à cacher.

En revanche, il était déjà temps de se débarrasser de son lange, cette fois mouillé. Elle ne tarda pas à prendre sa douche, et sortit ses affaires de cours, voulant faire bonne impression devant ses parents. Elle se mit au travail, mais l'esprit entièrement occupé à rêver par rapport à l'expérience qu'elle venait de vivre.

"C'est réellement merveilleux."