Jean


Vues: 10382 Created: 2007.11.15 Mis à jour: 2018.11.11

Afrique

Afrique

Author: Jean

NOTE DE L’AUTEUR Il est véridique que des mamans injectent de l’eau dans l’anus de leur enfants, mais un amis ayant marchandé cette pratique pour lui, se sauva en courant en voyant le marabout de la tribu vouloir officier. La verge dépassant le pagne l’avait inquiète bien qu’il regretta ensuite cette occasion perdue.

Apres un doctorat en médecine il avait souhaité exercer une année en Afrique surtout en repensant a une gentille camarade de la fac qui avait partagé ses études et parfois sa couche fort peut agréable de la cité U. Apres deux jours de voyage sur des chemin impossibles il était enfin arrivé serrant dans ses bras sa trousse toute neuve et les médicaments d’urgence qu’on lui avait confié. Elle était la entourée comme toujours d’une nuée d’enfant et bien sur de quelques femmes aux seins nus et arrogant et de quelques hommes l’air hargneux. Lali lui tendis les bras et après quelques embrassades l’entraînas visite ‘son dispensaire’. Luisant de propreté mais si pauvre en équipement et a coté des dernières spécialités reçues sans doute a titre d’échantillon ou pour en tester les effets, quelque fioles ou bocaux ou infusaient des plantes indigènes. La manie de l’analyse n’avait sans doute pas quitté Lali .

C’est curieux mais tu est de ce village et tu porte un chemisier ! C’est sans doute pour te différencier des femmes locales ?.

" Tu connais mes seins ? et oui je me doit de tenir un rôle. "

" Je te disait ça parce qu’elles ont toutes des poitrines superbes "

Cette réception dans une nuit noire tombée en quelques instants étais abondamment fournie en alcool et mets indéfinissables et il du répondre a tellement de toasts qu’il se sentis bientôt abandonnée par sa conscience et entraînée par les filles du groupes se retrouva bientôt dans le noir alors qu’on pressait une coupe contre ses lèvres et qu’il du boire. Il repris conscience a plat ventre dans l’herbe mais avec une forte douleur a l’anus qu’il sentais distendu. Le bruit le guida vers la fête et enfin il pus faire signe a Lali de le rejoindre. Elle le dirigeas vers une chambre du dispensaire. La se confiant au médecin , il lui expliquas ses doutes sur l’origine de ses douleurs.

" Il me semble qu’en profitant de mon ivresse et sans doute de quelques préparation mise dans ma boisson ils en aient profité pour me sodomiser ! "

" Je vais t’examiner, ça nous rappellera la fac après ma première sodomie mais je doit dire que tu avait été parfait et plein de prévenances ce qui fait que pour moi c’est devenu un acte d’amour que des amants s’accordent comme autre chose "

" Lali ! C’est un acte médical que je te demande ! "

" Bien sur allonge toi . Mon pauvre vieux tu a été pris par un sauvage avec une verge énorme mais a part une grande dilatation je ne vois rien et les parois du rectum semblent en bon état !je vais te passer une pommade calmante et légèrement astringence pour que tu retrouve ton petit trou. Il semble que tu ais été victime de celui qui se croyait mon promis et que je dédaignait, mais allons voir le chef "

Elle expliqua la situation au chef qui donna des ordres et quelques hommes se précipitèrent dans la brousse armée de sagaies et de machettes. Le chef expliqua avec la traduction de Lali que cette situation étais coutumière bien qu’heureusement très rare et il lui demanda si il ne sentais pas de gêne interne , car souvent les criminels introduisait dans le rectum de leur rival une graine qui a la chaleur interne se développais et perforait le ventre provoquant la mort du rival. Il fis apporter par son épouse une graine conservée dans un bocal. De la taille d’un petit œuf de poule avec une coque semblant a un avocat bien lisse. Le chef expliqua encore qu’il croyait qu’il était possible de s’en débarrasser mais soudain Lali ne traduisit plus et rougis fortement.

" Je t’en supplie , explique ! "

" C’est très gênant mais je vais te parler en copine mais surtout en médecin !

Il est impossible d’aller a l’hôpital suffisamment vite et ça ne servirait a rien, mais ici je vais devoir me faire aider par la femme du chef qui a une grande connaissance de la médecine empirique."

" Fait pour le mieux, je ne veut pas crever de perforation du colon et ensuite de septicémie. Merci de t’occuper de moi dans d’aussi piètres conditions. "

" C’est le chef et son épouse qu’on remerciera maintenant faut faire vite. "

La femme du chef rassembla plusieurs choses et pris deux jarres avec elle.

Dans le dispensaire elle le firent se placer a genoux et la femme du chef lui introduisit un os de forte taille dans le rectum et dans cet os évidé vida de l’huile de palme en remuant l’os. Quand manifestement il ne pouvait plus en recevoir plus, elle se rempli la bouche pour en forcer encore la pénétration, mais elle marmonna quelque chose a Lali qui traduisit.

" Elle se fait vielle et n’a plus la force voulue pour souffler, et rougissant ajouta, elle pense que c’est a moi de t’aider ! "

Lali pris le relais et souffla encore, enfin n’en pouvant plus elle du s’arrêter tandis que son aide préparais un bizarre instrument . Elle remplissait une pompe a vélo de beurre de karité pour remplacer dans son rectum l’os et pressant lentement la pompe lui injecta le contenu. Elle injecta le contenu de trois pompes et il sentis dans son ventre comme une déchirure et la graine franchis enfin le sphincter du colon propulsée par l’huile et le beurre pour arriver dans son rectum. Les deux femmes de leurs doigt ouvrirent lentement avec des massages répété pour qu’enfin la graine soit en mesure de distendre l’anus. Toutes ces manœuvres avaient provoqué une érection fabuleuse et pour détourner son attention Lali entrepris de le masturber les mains enduites de beurre de karité. La femme du chef avait réussit a lui dilater l’anus et a y introduire sa main qu’elle retira, et tandis que Lali accentuait sa masturbation il jouit, et la graine fut expulsée, suivie d’un torrent d’huile et de beurre avec il est vrais les résidus de la fête. La femme du chef se permis une caresse sur son pénis encore semis tendu mais tous firent semblant de ne pas l’avoir remarqué puis elle se sauvas chez elle non sans reprendre tout ses instrument.

" Quelques jours tu vas devoir porter des couches pour éviter les taches d’huile, on vas dire que tu as une fuite a ton carter ! " Elle lui fit enfiler une culotte de caoutchouc et y mis une couche mais avant de la remonter saisit le sexe tendu et d’une main preste ayant fait glisser sa culotte se l’enfourna entre les cuisses ou très vite il la fis jouir puis la tournant doucement se glissa dans un anus qu’il avait déjà sus apprivoiser et leur jouissance commune les laissant tout tremblant tandis qu’il se retirait doucementIl lui pris les lèvres et lui murmura

" Si tu veut bien de moi je serrait le plus comblé des époux "

" oui fut sa seule réponse "

Pour remercier le chef il lui offris sa montre et un porte clef lumineux qu’il sembla préférer et a son épouse avec respect tout un coupon de tissu offert par Lali qui fit briller ses yeux .Il en profitèrent pour demander au chef de les marier ce qu’il fit sur le champ et comme ses guerriers revenait avec le prisonnier coupable dans une cage nu et la verge ayant trempé dans une sève provoquant le priapisme. Tout le monde se faisant un plaisir de le masturber au passage, quelques vieilles en mal de males en profitèrent pour se l’introduire ou la fantaisie les guidait .La verge rigide trempa indifféremment dans des bouches édentées ,des vagin défoncé, ou des anus béant qu’il fut bien obligé de combler. Cette fois la fête fut magnifique et la nuit en honorant sa belle épouse il eut un vent malheureux qui les obligeas a prendre une douche et a changer la literie mais seulement après l’avoir faite crier son plaisir. Par sécurité il remis une culotte en caoutchouc pour dormir et elle promis de le langer pour leurs plaisir. Il s’endormis en tétant la pointe d’un sein qu’elle lui abandonnas.

Comments

  • clyso Il ya 8 mois
  • TINflux12 Il ya 3 ans