Vues: 426 Created: 2017.02.11 Mis à jour: 2018.11.15

Soizig

Soizig 10

Malo en profite d'ailleurs pour me demander si je connais le lavement et si j'en ai reçu, je lui dis un peu gêné par sa question que oui, je sais ce que c'est et que j'ai des souvenirs d'enfance, avec une poire rouge à la canule blanche, par contre, je ne lui révèle pas qu'il m'arrive d'utiliser secrètement la poire qui est dans l'armoire de toilette chez mes parents, sur ces entre faits, notre Soizig débarque dans la chambre, le regard fuyant, elle cherche à éluder nos questions quand à ce qu'elle est restée faire en bas avec la maman de Malo, elle nous parle de discussions entre femmes qui ne nous regarde pas, c'est Malo qui lâche le morceau à sa place, il a vu sa mère avec la poire à lavement pendant que Soize évacuait aux wc…

Notre amie vire au pourpre en même temps qu'elle cherche de l'air pour nous répondre, cela nous fait bien rigoler Malo et moi, la Pauvre, elle vient de se faire lavementer par la maman de son copain, avec ce que cela peut apporter comme gêne et côtés déplaisants et en plus, nous le savons, mais il ne semble pas que ce soit la seule raison de sa honte car Malo la rassure en lui racontant ses lavements d'antan, non, il y a autre chose, c'est surtout quand Malo lui demande si elle y a prit du plaisir que Soizig soit le plus embêtée pour répondre, il n'insiste pas et fait dévier le sujet vers les bienfaits du lavement, que ce soit pour l'hygiène et propreté rectale ou pour les transits difficiles, Soizig nous dit qu'elle en a reçue enfant…

Ce n'est que plus tard qu'elle va m'avouer la raison de sa gêne, après une partie de fesse pendant laquelle Malo et moi lui avons fait tout ce qu'elle aime et réciproquement, de lui raconter que Malo m'avait fait une pipe à visage découvert l'a déjà excitée mais le fait que j'accepte de le prendre en bouche devant elle aussi, surtout que profitant de l'excitation de nos corps, elle m'a demandée de remplacer le doigt qu'elle lui mettait dans l'anus par un des miens, je l'ai fais comme je le fais pour elle et Soizig, voyant que je me libérais de mes interdits, m'en a mit un aussi, elle m'a doigtée devant Malo puis a essayée de me convaincre de me laisser sodomiser par lui, ce que j'ai refusé, de même quand il m'a offert son anus…

Nous avons baisés Soizig comme une chienne, elle aime aussi cela bien qu'elle soit plutôt romantique, léchée, doigtée, fouillée et fourrée, elle était notre tas de viande j'ai eu le droit de l'enculer après que Malo lui ai ouvert le passage, elle s'est lâchée complètement autant en gestes et attitudes qu'en jets de son liquide intime, le lit était trempé, j'ai éjaculé dans son rectum et Malo dans sa bouche, sa mère a due l'entendre gémir, nous restons avachis un moment, fumant une cigarette, puis Malo part sous la douche, c'est là que Soizig me livre les raisons de son trouble, ce n'est pas le lavement en lui-même, bien que donné par la maman de notre copain, elle en avait déjà reçue de sa propre mère, non, c'est autre chose…

La maman de Malo, après l'avoir invitée à prendre un café dans la cuisine pour faire connaissance, l'a gentiment entreprise sur le sujet de savoir avec qui de nous deux elle sortait, Soizig à d'abord répondue Malo puis elle lui a parlée de moi, qu'elle me connaissait d'avant Malo, puis elle s'est embrouillée dans ses explications et la maman, en femme mature et d'expérience, a vite comprit l'embarras de Soizig et lui a soumit la possibilité qu'elle soit amoureuse de nous deux, ce à quoi Soizig à répondue qu'elle ne pouvait pas faire un choix, qu'elle était bien comme ça, la mère de Malo a jouée la compréhension affectueuse et à dirigée la conversation sur la sexualité à plusieurs et l'hygiène intime de chacune et chacun…

De là, elles en sont venues aux problèmes de femmes, une sorte de complicité s'établissait entre elles et tous les sujets furent abordés, comme celui de la constipation et du bien être rectal, c'est la maman qui parla de lavement la première, préférant cette méthode d'évacuation et de propreté à celle des suppositoires laxatifs, comme Soizig lui parlait des lavements reçus de sa mère, la maman de Malo lui demanda à quand remontait le dernier et lui en proposa un, Soizig hésita un instant, gênée par la proposition faite par la mère d'un copain, mais celle-ci lui présenta la chose comme un service entre femmes, elle ajouta que Malo en avait reçu jusqu'à un certain âge et qu'elle surveillait qu'il s'en fasse encore, seul…

Mise en confiance par la complicité, la gentillesse et le savoir qu'avait la maman, Soizig avait acceptée la douche rectale, aussitôt la mère de Malo avait été chercher son matériel, une poire vaginale qu'elle n'utilisait que pour le lavement rectal, à cause de sa large canule et de sa contenance supérieure lui avait-elle expliquée, puis la poire fut remplie d'eau chaude et de quelques copeaux de savon, quand la maman demanda à Soizig de se déculotter, elle vit que la situation embarrassait la jeune fille et le lui fit elle-même une fois assise sur une chaise, la gamine couchée en travers de ses jambes, elle lui écarta d'abord les fesses pour une rapide inspection de l'endroit, puis elle lui lubrifia l'orifice de pommade avec douceur…

Soizig me racontait la scène de l'attouchement anal prolongé avec un certain trouble dans la voix, la maman prenait son temps pour lui masser l'anus, si bien qu'elle commençait à apprécier la caresse, elle sentait son petit trou se détendre et bientôt une phalange de la dame commençait de la pénétrer, la maman lui conseilla de pousser un peu, comme aux wc, ce que fit Soizig, et c'est le doigt entier qui pénétra en elle, sans douleur, avec même une sensation très agréable, puis le doigt fut remplacé par la canule, et l'eau chaude commença à lui arroser le rectum, c'est là que la chose troublante se fit sentir, la maman de Malo glissa des doigts plus bas pour lui caresser la vulve, bien que surprise, elle n'osa pas refuser le câlin…

En même temps que le chaud liquide coulait en elle et la remplissait, une agréable chaleur lui montait du ventre, de la vulve et de l'anus, tout ces sensations se mêlaient, l'une augmentant l'autre, Soizig n'avait jamais été masturbée par une autre femme et elle découvrait une monté du plaisir différente de ce qu'elle se faisait toute seule, plusieurs fois la dame réajusta la canule dans ses fesses en la faisant bouger en elle et cela l'électrisait de l'anus au clito que la maman lui tripotait de plus en plus fortement, elle fit pipi sous elle, sur les cuisses de la maman de Malo puis l'orgasme la submergeât et elle se répandit encore, d'une voix douce la maman lui disait, "vas-y ma petite… laisse-toi aller…libère-toi…

Après avoir vidée entièrement la poire en elle, la dame alla chercher un pot de chambre pour que Soizig restitue le lavement devant elle, Soizig avait honte de se vider devant elle ainsi mais la maman la rassurait en lui disant que c'était pareil pour tous le monde, filles ou garçons, une fois évacué toute la chose, la maman l'accompagna à la salle de bain pour lui laver la vulve et les fesses d'une main délicate, une pour devant et une pour derrière, elle lui proposa même de vérifier sa propreté rectal à l'aide du manche blanc vaseliné d'une brosse à cheveux, après quelques vas et vient de l'instrument de coiffure dans son derrière, elle le ressortit propre et lui chuchota que si quelqu'un voulait passer par là, c'était propre…