Analove
1 members like this


Vues: 947 Created: 2015.02.04 Mis à jour: 2015.02.04

Amandine

Chapitre 2

Amandine se réveille, il est 5h du matin et elle a très envie de faire pipi. Elle n'a plus la tototte dans la bouche mais se rend compte qu'elle a une couche. Encore une fois elle pensait avoir rêvé, elle s'en veut un peu et se dit qu'il faut qu'elle arrange tout avant demain matin, elle a le temps de jeter le pantalon, d'enlever la couche et de la jeter aussi. Elle se lève en souriant à ce qu'elle a failli oser. Elle va pour sortir de sa chambre, ah oui, c'est fermé à clef. Elle les cherche, elles sont sur la table de nuit, elle commence à ouvrir la porte et là, une source de chaleur l'envahit, elle est en train d'inonder sa couche. Elle se caresse, ne sait pas trop quoi faire. Elle a encore un peu envie. Elle va s'allonger pour apprécier la sensation, oubliant ce qu'elle voulait faire, elle essaie de faire pipi couchée mais elle n'y parvient pas, elle se met sur le ventre, elle n'y arrive pas. Elle s'assoie sur son lit et réussi à faire quelque jet qu'elle essaie d'arrêter ne sachant où cela va la mener, puis elle lâche tout dans sa couche qui a résisté. Ses émotions l'ont fatiguée, elle reprend la tototte comme un réflexe et se rendort.

- Debout Chloé. Allez lèves-toi. Qu'est-ce qu'il y a ?

- J'ai fait pipi au lit.

- Ce n'est rien, ça arrive, je vais changer les draps et cette nuit tu redormiras sans couche.

- Ah, j'ai eu peur que tu m'en remettes si je n'étais pas sage.

- Ce n'est pas de ta faute.

Amandine s'est réveillée et a tout entendu. Elle commence à se lever et se sentant mouillée elle se souvient de sa situation. Elle touche la couche : trempée. Il y a une énorme auréole de pipi sur son pyjama, elle saute hors du lit, et là, ça ne fait aucun doute, tout est à changer. Elle a refait pipi en dormant, sans s'en rendre compte. Elle avait beaucoup trop bu, c'est un accident pense t'elle. Mais elle se dit qu'elle aurait du moins s'amuser à faire dans sa couche comme ça elle n'aurait pas été mouillée. Là elle se sent bête, elle ne devrait même pas songé à porter des couches. Elle se lève et va se voir dans le miroir de sa chambre, la couche est lourde d'urine et tombe un peu, ça se voit très bien au travers de son pyjama. Elle ne peut s'empêcher de se dire que ça fait très petite fille. Elle regarde les nounours devenu verts avec fierté. Elle entend que Sophie est partie emmener les enfants. Amandine doit se lever à 9h pour être à 10h à son travail. Sophie va revenir vers 8H50, alors elle déverrouille la porte, va boire deux grands verres d'eau dans la cuisine, remonte, remet la tototte dans sa bouche et se rallonge. Elle a peur de se faire gronder ou sermonner : « Une bonne mère n'agit pas comme ça, c'est irresponsable ! Quelle image vas-tu leur donner ? Comment t'occuper d'eux si tu te comportes comme un bébé ? »

Cette dernière remarque faite à elle-même l'excite : « se comporter comme un bébé ». Le pensant, elle le fait, les verres d'eau faisant effet, elle mouille sa couche de plus belle et sent bien que ça traverse, elle se sent toute trempée et tète avidement sa tototte. Elle ne parvient pas à se rendormir alors elle fait semblant.

Elle entend la porte, Sophie rentre. Elle va chercher le linge à laver, car elle met à en route à 9h. Amandine n'entend aucune remarque que Sophie se ferait à elle-même en constatant l'état du pantalon d'Amandine.

9h :

- Amandine, réveillez-vous, vous allez être en retard et pensez à vous faire belle pour votre dîner de ce soir.

Mince Amandine avait totalement oublié mais elle ne dit rien, elle s'obstine à faire semblant de dormir, la peur au ventre. Elle remonte sa couette jusqu'à mi-tête mais elle sait qu'il est bien trop tard pour faire marche arrière, elle aimerait tant et en même temps, elle est si excitée.

- Amandine, vous êtes réveillée ? Etes-vous là ?

Sophie frappe à la porte. Comme personne ne répond elle entre.

- Houlà, ça sent mauvais ici, dit Sophie en allant ouvrir volet et fenêtre. Amandine, réveillez-vous enfin vous allez être en retard. Mais qu'est-ce que ça sent ici ?

- Amandine, êtes-vous malade ?

Sophie s'approche du lit, et tire la couette juste pour découvrir le visage d'Amandine, elle recule interloquée de voir une tototte dans la bouche de sa patronne.

Amandine ouvre les yeux.

- Oui ? Marmonne t'elle avec la tototte dans la bouche, comme si elle s'éveillait, puis elle regarde son réveil enlève la tototte et la pose sur sa table de nuit comme si c'était normal, ah il faut que je me lève, c'est ça ?

- Euh, oui, oui, il est l'heure madame, dit Sophie interloquée.

- Quelque chose ne va pas ? Demande Amandine les joues rouges de honte et le cœur qui bat à 100 à l'heure.

- Non euh, c'est juste que je ne savais pas que vous dormiez avec une tétine. Je savais que beaucoup d'adultes suçaient leur pouce mais la tétine, je, enfin, je, je ne savais pas.

- Ah d'accord. Voulez vous sortir je dois me lever.

- Oui, bien sûr. J'espère que vous n'êtes pas nue, je me suis permis d'aérer, il y a une drôle d'odeur ici. Vous avez changé Paul dans votre chambre ?

- Non, pourquoi ? Par contre je veux bien que vous fermiez la fenêtre et les volets s'il vous plait, je les rouvrirais.

- D'accord.

Pendant que Sophie allume la lumière et va tout refermer, Amandine pousse la couette et reste allongée son pyjama trempée bien en vu et ne laissant aucun doute sur le fait qu'il y a une couche en dessous. Puis elle s'étire doucement. Sophie se retourne et manque de s'évanouir.

- Voulez-vous que je vous apporte un peignoir et que j'emmène vos affaire à laver ? Je vais changer vos draps pendant que vous vous doucherez.

- Merci Sophie.

- Excusez-moi madame, est-ce que je peux me permettre une question ?

- Bien sûr Sophie.

- Ca fait longtemps que vous êtes énurétique ? Parce que vous savez ça se soigne très bien.

- Ah non en fait, hier je ne sais pas ce qui s'est passé mais j'ai fait deux fois pipi dans ma culotte, oui je vous ai menti, je n'ai pas renversé de café. Alors j'ai préféré prendre mes précautions pour cette nuit et j'ai bien fait.

- Ca y'est c'est dit se félicite Amandine intérieurement, le cœur battant la chamade, la gorge et l'estomac noué.

- Vous avez bien fait. Ah au fait, pour donner à boire à Paul, je sais que ce ne sont pas mes affaires mais vous devriez prendre le nouveau biberon, il est adapté à son âge.

- En fait Sophie, c'était, c'était pour boire ma tisane hier soir et je ne l'ai pas redescendu, avoue Amandine rouge de honte et de confusion.

- D'accord, répond Sophie, je vous laisse aller vous laver. Pendant ce temps, je vais ouvrir les volets et refaire le lit. Voulez-vous que je vous fasse chauffer un café ?

- Oui merci.

- Une dernière question, où avez-vous pris la couche ?

- J'en ai pris une à Chloé sans qu'elle s'en aperçoive.

- Une chance que vous ayez la taille menue, sourie Sophie.

- Oui, répond Amandine en souriant.

Cette fois, c'est sans gêne qu'Amandine met son pyjama trempé au sale et jette la couche fièrement. Elle se lave, s'habille et descend.

- Merci pour le café Sophie.

- De rien. Au fait j'ai lavé le string de votre amie car il sentait l'urine, j'ai lavé le jogging aussi par politesse. Vous pouvez lui rendre aujourd'hui comme ça.

- Merci.

- ...

- Oui Sophie ?

- Non non rien.

- Vous semblez penser à quelque chose.

- Oui je vois que vous êtes habillée, avez-vous mis une protection ?

- Une protection ?

- Oui, une couche.

- Non. Pourquoi.

- Eh bien hier vous avez eu deux accidents et ce matin vous étiez trempée il me semble que ça serait plus prudent.

- Ca va aller ne vous inquiétez pas. Merci.

Amandine part au travail. Elle redonne le jogging et le string à sa collègue en la remerciant mais ne dit rien sur l'état dans lequel elle l'avait mis. Elle reçoit plusieurs clients, boit beaucoup d'eau et ne va pas aux toilettes. Hélène voyant cela lui conseille de s'y rendre au cas ou. Amandine lui répond gentiment que c'était juste un accident, que ça arrivait à tout le monde. Elle se dit tout de même qu'elle devrait y aller, faire dans sa culotte deux jours de suite paraîtrait bizarre. Elle s'y rend mais ne fait rien puis reviens s'asseoir. A 17h, elle a envie d'aller aux toilettes mais volontairement, elle n'y va pas, c'est la pause café. Ensuite elle reprend le travail, boit encore pas mal, puis un client arrive vers 18h. Elle commence à se tortiller sur sa chaise car elle a très envie. Hélène l'observe de loin puis viens la voir en lui disant qu'elle devrait se rendre au WC. Amandine refuse en prétextant qu'elle doit s'occuper de son client. Le monsieur est ravie de cette conscience professionnelle mais lui dit qu'il ne lui en voudrait pas : « Non vous inquiétez pas, ça va aller merci. Donc je disais voici votre billet, donc c'est en fait juste une feuille, vous devrez retirer votre billet à l'aéroport ... » Amandine sent qu'elle a très envie, elle se tortille de plus en plus, croise les jambes, passe une main entre ses cuisses mais continue à répondre gentiment aux questions du monsieur. Quand soudain, sa vessie ne tient plus et elle se laisse aller sur sa chaise de bureau, le jet était tellement violent qu'on l'entend couler sur le sol. Elle a cessé de se tortiller et écoute plus attentivement son client qui ne cesse son monologue sur le voyage qu'il va faire avec sa femme. Amandine sourit, heureuse de se sentir mouillée comme une gamine.

- Merci de m'avoir écouté, à bientôt.

- Merci à vous, bon voyage.

- Amandine, chuchote Hélène qui s'est approchée du bureau de son amie, tu devrais aller aux WC maintenant.

- Non c'est bon je n'ai plus envie.

- Ecoute Amandine, hormis ton client qui parlait il n'y, en ce moment, aucun bruit dans cette agence.

- Oui, et alors ? Tu veux dire qu'on manque de client, dit Amandine en riant.

- Non, ce que je veux dire c'est qu'à part ce brave monsieur tout le monde s'est rendu compte que tu avais fais pipi par terre.

- C'est pas vrai, s'amuse Amandine, une larme lui roulant sur la joue car elle se sent un peu honteuse.

- Non mais t'as quel âge pour te comporter comme ça ? Ca fait une heure que je te dis d'aller aux toilettes et toi ce que tu trouves de mieux à faire c'est pisser sur ta chaise de bureau. Tu vas nous empester en plus d'être ridicule.

- C'est pas ma faute, je voulais être sympa avec ce monsieur, je n'allais pas lui dire, un truc du genre excusez-moi mais ma vessie est plus importante que vous.

- Si tu aurai pu après ce qui t'es arrivé hier. Ou alors si tu ne sais pas te retenir et que tu veux être sympa mets des couches et ne nous ennuie plus.

- C'est une idée, fait mine de réfléchir Amandine.

- Non mais tu as pensé à tes mômes, avoir une mère qui porte des couches ! Faut pas être bien.

- Ils ne sont pas censés s'en rendre compte.

- Je vois que tu as déjà réfléchi à la question mais saches Amandine que les enfants ne sont pas stupides.

- Je sais.

- As-tu au moins amenés des affaires de rechange.

- Non, je ne savais pas que ça m'arriverait. Tu veux bien demander, demande Amandine, les yeux rouges, à Hélène.

- C'est la dernière fois ! dit Hélène attendrit malgré elle de voir cette belle femmes aux cheveux blonds foncés se comporter comme une enfant. Mais je te préviens là je ne garantis pas que les gens ne se moqueront pas de toi, d'autant que tu la quasiment fait exprès.

- Nan, s'insurge Amandine, les yeux larmoyants.

- OK OK, si tu veux, je redemande.

Hélène va faire son petit tour pour demander des affaires de rechange. Pendant ce temps Amandine reste assise derrière son bureau et refait un peu pipi sur sa chaise en essayant que personne ne l'entende.

- Eh bien, tu as de la chance que je fasse du sport tout les jours, en plus, j'avais pris au cas ou car normalement j'ai le temps de rentrer chez moi avant le sport le mardi.

- Merci Julie, c'est sympa Mais ça t'arrive souvent en ce moment. Oui répond Amandine en lâchant un autre jet d'urine.

- Sais-tu d'où ça vient.

- Aucune idée.

- Tu sais, tu devrais penser à te protéger ou à amener des affaires de rechange.

- Oui, ce n'est pas bête. Bon je te laisse aller aux toilettes. Remarques tu veux peut-être que je t'accompagne ? Tu dois te sentir mal à l'aise.

- Oui je veux bien, merci.

Amandine se lève et a envie de prendre la main de Julie pour aller aux toilettes mais elle s'y refuse. Hélène revient de la photocopieuse et voit son amie :

- Tu n'es pas encore changée ? Non mais qu'est-ce que tu attends ?

- C'est bon, laisse la tranquille, si ça t'arrivais à toi, tu rirais moins, intime Julie à Hélène.

- Ca ne m'arrivera pas, je ne ferai pas exprès de me pisser dessus moi, non mais sans rire, tout les clients la regardent, sympa l'image de marque.

Amandine regarde autour d'elle et baisse la tête comme une enfant prise en faute, c'est vrai tout le monde la regarde, apitoyé par son sort.

- T'es vraiment sympa comme amie toi ! se fâche Julie.

- En tout cas je ne me comporte pas en gamine à mon boulot, on est censés être des adultes ici, on n'engage pas des mômes !

- C'est toi qui te comportes comme une enfant là en ne comprenant pas ses problèmes.

- OK c'est bon, j'arrête j'ai un client qui m'attends.

Amandine se met à sangloter et c'est Julie qui lui prend la main pour l'emmener :

- Je ne sais pas pourquoi elle est méchante comme ça, elle doit avoir des problèmes, ne t'inquiètes pas Amandine, tout le monde est avec toi.

- Merci.

Amandine se change, met les vêtements dans un sac plastique et retourne à sa place. Sa chef l'attend.

- J'ai cru comprendre que vous aviez de petits accidents.

- oui, je ne sais pas ce qui se passe.

- Ce n'est rien, pensez à aller voir un médecin ou à faire quelque chose en tout cas. Vos problèmes de santé ne nous regarde pas mais il ne faut pas que ça influe sur votre travail ou sur l'image que les clients se font de nous, au quel cas, je serai concernée et nous nous expliquerons.

- Bien.

- Je vous ai mis une autre chaise et j'ai posé une alèse dessus, on ne sait jamais.

- Merci.

19h, Amandine a rendez-vous, le resto est à une demi-heure de route d'ici et à une heure de chez elle, elle y va directement.

19h45, il y avait de la circulation, elle arrive, Daniel l'attend à l'entrée, ils entrent ensemble. Elle boit beaucoup de jus de fruits et se rend aux toilettes. La soirée se passe bien. Vers le dessert, elle boit davantage et ne va pas aux WC, Daniel s'amuse de cette fille qui boit beaucoup, il pense à un régime ou à quelque chose comme ça. « Au fait, je pensais que pour un rendez-vous galant vous seriez venu autrement qu'en jogging, rie Daniel.

- Ah c'était un rendez-vous galant ? S'amuse Amandine.

- Oui, rétorque Daniel en souriant.

- En fait c'est juste que je me suis renversé du café et une fille sympa m'a filé son pantalon de sport.

- OK ...

Ils passent tout deux une excellente soirée et reprennent rendez-vous pou la semaine suivante. Amandine arrive chez elle vers 23h, elle sait que les enfants dorment. Elle entre, va dans la cuisine, s'assoie sur une chaise toute pensive. Prend le biberon qui traîne dans l'évier, le remplit et le boit. Elle le tète lentement en attendant que les boissons du restaurant fassent effet, ce qui arrive et tout en buvant son biberon, elle se laisser aller sur la chaise pour que Sophie la découvre le lendemain et la gronde. Elle lui a dit de venir une heure plus tôt et Sophie a accepté sans demander pourquoi. Elle met du lait chaud dans le biberon, boit une demi bouteille d'eau, va mettre le jogging et le string à laver, prend un livre de Paul qui traînait dans le salon et va dans sa chambre. Elle ouvre son armoire et y trouve les couches de Chloé, elle n'en prend pas, et cherche son pyjama. Finalement elle le voit, bien en vue et bien plié sur son lit, avec une couche à côté. Elle sourit de cette attention mais ne met pas la couche.Elle la pose par terre, ouvre le livre de Paul, prend le biberon et commence à le téter. Une fois le biberon finit, elle le met par terre et prend la tototte que Sophie avait laissé à sa place. Elle regarde les images du livres en tétant sa suce et en touchant son entrejambe. Elle est excitée et se masturbe un peu. Elle s'endort.