Analove
1 members like this


Vues: 871 Created: 2015.02.04 Mis à jour: 2015.02.04

Amandine

Chapitre 3

Elle se réveille vers 5h, pas mouillé mais avec une forte envie de faire pipi, cela dit, elle se doute que si elle fait maintenant ça va être désagréable mais si elle va aux toilettes, elle ne fera pas pipi au lit. Elle va juste verrouiller la porte car elle se souvient qu'elle ne l'est pas, puis elle tente de se rendormir tant bien que mal. A 5H30, elle se réveille de nouveau, encore sèche. Sophie arrive dans une demi-heure et elle ne doit réveiller les enfants qu'à 8heure. Mais Amandine lui a dit de la réveiller vers 6h15 car elle avait pas mal de boulot et elle a besoin d'elle pour préparer son petit-déjeuner. Amandine ne veut pas se laisser aller tout de suite, son bas-ventre lui fait mal mais elle réussi à s'endormir. Un quart d'heure plus tard, elle est réveillée par une chaleur qui lui parcourt le bas-ventre, elle se réveille alors qu'elle est en train de faire pipi au lit. Elle est ravie, elle se masturbe jusqu'à jouir. Elle avait très envie après s'être retenue toute la nuit et elle fait plusieurs petit pipi. Elle est contente d'être bien trempée. Elle ne parvient pas à se rendormir mais fais comme si. A 6heure, elle entend la porte d'entrée, il était temps, l'urine a refroidi et elle ne trouve pas ça très agréable, plus qu'u quart d'heure. Elle entend Sophie s'activer dans la cuisine, sûrement à laver le pipi de la veille, puis elle l'entend monter, elle commence par aller voir le linge, Amandine sait que cette fois c'est pour vérifier. Elle entend ensuite le café se mettre en route. 6h15, on frappe à sa porte et on chuchote : « Amandine, réveillez-vous » Cette fois Sophie n'insiste pas et essaie d'ouvrir mais la porte est fermée. Heureusement elle a le double de toutes les pièces et Amandine ne laisse jamais les clefs sur la porte.

- Aïe, ça sent encore mauvais ce matin, chuchote Sophie en allant vers le lit d'Amandine et sans ouvrir les volets. Elle n'est pas surprise de la voir avec sa tototte et elle lui parle doucement pour la réveiller sans éveiller les enfants.

- Oui ? Bonzour Chophie, balbutie t'elle la tototte dans la bouche.

- C'est l'heure de vous levez Amandine. Ah merci, dit Amandine en enlevant sa tototte.

- Je vois que vous n'avez pas mis la couche que je vous avais sortie.

- Non, je ne fais pas pipi au lit, c'était exceptionnel.

- Vous n'avez pas eu d'accidents cette nuit ?

- Non, joue Amandine.

- Vous êtes sûre ? répond Sophie un peu en colère de l'attitude de sa patronne et du travail que ça lui ajoute.

- Oui, je suis sûre, j'ai pas fait pipi au lit.

- Certaine ? S'insurge Sophie, en colère face à la mauvaise foi d'Amandine.

- Oui, j'ai pas fais, s'amuse Amandine.

- Ecoutez désolée de vous le demandez mais moi ça me rajoute du travail alors j'aimerais que vous me disiez au moins que vous avez fais dans votre lit pour que je puisse commencer à aller changer les draps.

- Mais j'ai pas fait pipi, dit Amandine d'un ton enfantin.

- A quoi jouez-vous Amandine ?

- A rien, c'est juste que vous ne me croyiez pas alors que je dis la vérité !

- Très bien alors désolée de vous parler sur ce ton mais levez-vous !

- Vous voulez bien sortir ?

- Non levez-vous.

- Non, je ne me lèverai pas.

Sophie enlève la couette et Amandine porte ses deux mains sur l'avant de son pyjama trempé.

- Eh bien, c'est du beau ! Pardonnez-moi mais vous pouvez me le dire je ne me moquerai pas.

- Je sais, c'est juste que j'ai un peu honte je ne penserai pas que ça recommencerai.

- Ca va pour cette fois, par contre je vous serez gré de porter des couches et de nettoyer si eu avez des accidents.

- Mais vous m'avez dis que vous alliez refaire le lit.

- Je ne parle pas du lit, vous avez fait sur une chaise de la cuisine, n'est-ce pas ?

- Oui, je suis désolée.

- Bon, ce n'est pas grave allez vous changer et mettez une couche pour aller au travail.

Amandine commence à descendre.

- Vous n'allez pas vous doucher ?

- Je vais prendre mon café d'abord, ne vous inquiétez pas, je vais rester debout.

- C'est bon, c'est vous la patronne ! S'énerve Sophie.

Amandine est ravie. Elle boit trois grands verres d'eau pendant que Sophie change les draps, puis elle boit son café. Elle lit son journal puis quand elle commence à avoir très envie de pipi, elle attend que Sophie commence à descendre les escaliers et monte :

- Excusez-moi Sophie, j'ai envie d'aller faire pipi.

- Pardon, allez y passez.

Une fois devant les toilettes, elle attend que Sophie soit en bas, elle entre dans les WC et fait pipi dans son pyjama, ça fait du bruit sur le sol. Amandine a fermé la porte pour que ça ne réveille pas les enfants. Elle attend comme ça que Sophie monte.

- Amandine que faites-vous ? Vous allez vraiment être en retard.

- J'ai eu un petit problème. J'ai ...

Elle n'a pas le temps de finir que Sophie ouvre la porte : « C'est pas vrai, il fallait que je tombe sur ça, évidemment » Sophie parle comme si Amandine n'était pas là. Sophie, comme je l'ai dit, est une belle femme de 39 ans, grande (au moins vingt centimètres de plus qu'Amandine), costaude, les cheveux d'un noir éclatant toujours épinglé en chignon et un visage au trait carrés qui se montre à la fois sévère et doux.

- Désolée, je n'ai pas eu le temps, murmure Amandine.

- Ce n'est pas grave, allez vous douchez maintenant, je m'occupe de ça.

- Oui mais j'ai encore envie, dit Amandine en joignant le geste à la parole, elle met ses mains à son entrejambe et refait pipi par terre.

Sophie ne faisant pas attention :

- OK je vous laisse.

- C'est trop tard, je suis en train de faire, je suis désolée.

- Mais c'est pas vrai, excusez-moi mais là vous êtes pire qu'une môme !

- Nan, s'énerve Amandine d'un ton enfantin, c'est juste que j'ai pas pu me retenir.

- Franchement ça mériterait une fessée madame.

- Oh non pas de fessée.

- Je plaisantais, dit Sophie en souriant jaune.

- Sophie ?

- Oui ?

- J'ai finit, je peux aller à la douche ?

- Oui, je ne suis pas votre nounou mais celle de vos enfants Amandine !

- Je sais mais je suis tellement désolée.

Amandine va se doucher et s'habiller, une couche est bien en vue sur le lit, elle ne la met pas descend, prend une bouteille d'eau et commence à boire.

- Vous avez mis la couche qu'il y avait sur le lit ?

- Non je pensais que c'était pour ce soir.

- Non, c'est pour maintenant.

- Je n'en ai pas besoin la journée.

- Si, vous en avez besoin.

- Non.

- Ecoutez, il est 7h15, vous êtes en retard et je ne vais pas tarder à réveiller les enfants, alors vous allez monter et mettre cette couche parce que je n'ai pas envie de nettoyer vos pipi culotte à longueur de temps, vous êtes grande il me semble.

- Justement je n'ai pas besoin de couche dit Amandine en laissant échapper un petit jet d'urine dans sa culotte mais rien de catastrophique.

- Ca ne va pas se passer comme ça, dit Sophie, lui prenant la main fermement et l'emmenant dans sa chambre. Attendez-moi là.

Sophie revient avec une serviette de bain, de la crème et du talc. Elle met la serviette sur le lit et dit à Amandine de s'y allonger. Celle-ci refuse, elle se sent vraiment honteuse cette fois, elle se dit que c'est allé un peu trop loin d'autant que Sophie va se rendre compte qu'elle a un peu mouillé sa culotte et ça ce n'était pas voulu. Qui plus est, elle a encore envie de pipi et souhaite faire dans sa culotte à son travail avant de porter des couches là-bas. Sophie attrape Amandine d'une poigne de fer et l'allonge de force sur le lit. Celle-ci fait semblant de se débattre, Sophie le remarque :

- C'est ce que vous vouliez ?

- Nan, je suis pas un bébé.

- Si, un grand bébé mais un bébé, dit Sophie un peu agacé mais amusé.

- Allez déshabillez-vous.

- Nan.

- Si NAN.

Devant son refus, Sophie déshabille entièrement Amandine et lui soulève les jambes pour glisser la couche sous les fesses de sa patronne. Celle-ci sent le rouge lui monter aux joues et les larmes aux yeux tant elle a honte mais elle ressent tellement de plaisir. Amandine a très envie d'uriner et quand Sophie commence à vouloir ramener la couche sur le devant, elle se laisser aller et fait pipi en prenant son pouce. Sophie ne dit rien, elle laisse Amandine faire, enlève la couche et en prend une autre. Une fois qu'elle est langée, elle met Amandine devant la glace.

- Voilà un grand bébé de 27 ans avec une couche propre Merci.

- Habillez-vous maintenant.

Amandine le fait seule. Sophie descend à la cuisine et y attend sa patronne.

- Qu'y a-t-il Sophie ?

- Asseyez-vous madame.

- Oui ?

- Ne faites pas comme si de rien n'était, vous n'êtes pas folle au moins, au quel cas, je devrais prévenir les services de l'enfance.

- Non Sophie, je ne suis pas folle enfin je ne crois pas, répond Amandine sérieusement.

- Alors qu'est-ce qui vous prend ?

Amandine conte ce qui s'est passé, comment elle a vécue ça, ...

- Vous voulez que je m'occupe de vous le matin et le soir avant et après m'être occupée des enfants, demande Sophie un peu perplexe.

- Je ne crois pas, c'était juste ce matin, j'aime bien faire la petite fille mais je suis une adulte dit Amandine en mouillant sa couche.

- D'accord. C'est pour ça que vous m'avez fait venir plus tôt ?

- Oui mais vous serez bien payée ne vous inquiétez pas, bon j'y vais moi.

Sophie s'approche d'Amandine.

- Que faites-vous Sophie ?

- Je vérifie si le grand bébé de cette maison n'est pas trop mouillé pour aller au travail. Enfin Sophie.

- Vous avez fait pipi ?

- Oui, avoue Amandine en s'amusant. Vous voulez vous changer avant d'aller travailler, non c'est bon.

- Tenez je vous ai préparé un petit sac avec une couche de rechange ainsi qu'une culotte et un pantalon au cas ou.

- Merci.

Amandine arrive au travail la couche humide aux fesses. Hélène vient la voir et s'excuse, elle accepte. Elle rend les affaires de Julie qu'elle remercie. Elle fait comme la veille, elle boit beaucoup sans aller aux toilettes, Hélène lui reproche et Amandine annonce qu'elle est protégée. Hélène sourit de cette bonne idée. La journée passe. Le midi Amandine déjeune goulûment et vers 15heure arrive ce qu'elle avait prévue, elle a très envie de faire la grosse commission. Pas de client, l'heure de pointe, c'est 17h30, à 15h, il n'y a souvent pas grand monde. Elle s'installe bien, baisse la tête et commence à pousser en prenant garde que personne ne la voit. Elle inonde sa couche de pipi tout d'abord et puis sens que son anus fait des siennes, elle essaie de se retenir par réflexe mais se concentre pour laisser la masse chaude sortir. Elle sent qu'elle s'étale sous ses fesses, elle se délecte de la sensation et se frotte contre sa chaise pour apprécier, elle se rend compte qu'elle va jouir et elle arrête pour éviter de se faire remarquer. Elle évite à présent de trop bouger, à la fois pour ne pas avoir envie de trop se masturber mais surtout pour l'odeur. Une heure plus tard, elle est bien mal à l'aise dans sa couche mais ne veut pas l'enlever. Comme elle a bien bu, elle se laisse aller à faire pipi et réchauffe le contenu de son change. La couche est pleine. Elle sent qu'elle est bien gonflée et que si elle se lève ça va se remarquer. Vers 17heure : pause café, elle est toujours dans sa couche souillée mais se lève pour y aller, elle vérifie qu'elle n'a pas de tâche : aucune mais on voit bien que ses fesses sont gonflées du fait des frais qu'on subit son étrange dessous. Arrivée dans la petite salle de pause où elles prennent le café trois par trois, elle reste debout. Julie et Hélène la rejoignent.

- Qu'est-ce que ça pue dans cette salle, s'exclame Hélène.

- C'est clair ça sent la merde, réplique Julie.

- Tu ne trouves pas ? dit Hélène en regardant Amandine.

- Si, un peu répond t'elle honteuse, puis elle se retourne pour prendre du café.

Hélène et Julie remarquent l'anormal bosse formée par le lange.

- Tu ne saurais pas d'où ça vient par hasard ? Demande Hélène.

- Non.

- Sûre ? Demande Julie en fixant l'entrejambe de la fautive.

- D'accord, avoue Amandine en savourant ce moment, j'ai fait caca dans la couche.

Hélène et Julie pouffent de rire :

- Tu déconnes ? Non, je suis très sérieuse.

- Mais c'est dégueulasse.

- J'avais envie. Quand je te disais que c'était une gamine.

- Oui, tu avais raison. Tu n'as rien pour te changer ? J'adorai jouer à la poupée quand j'étais petite. On pourrait s'occuper de toi puisque t'es un bébé, s'esclaffe Julie.

- Si j'ai une autre couche dans la voiture. Je vais aller me changer car j'ai encore envie de pipi et ça va déborder, annonce Amandine fièrement.

- Va aux toilettes, s'énerve Hélène.

- Trop tard, répond Amandine en train de se laisser aller dans son change, je suis en train de faire pipi.

Une auréole apparaît. Les deux femmes n'en reviennent pas. Hélène prend Amandine par la main, allez viens on va à ta voiture, tu ne vas pas rester comme ça, il faut que tu consultes un psy. Tu te changes et tu prends rendez-vous. ok répond Amandine.

Hélène va chercher les affaires de rechange et emmène son amie dans le bureau de la chef.

- Désolée mais il faut la changer.

- Elle ne peut pas le faire toute seule.

- Pas là, non.

- Les prochaines fois, je le ferai mais là je sais pas comment faire.

- Vous l'avez bien mis.

- Non, c'est la nounou de mes enfants qui m'a aidé.

- Eh bien, belle éducation, marmonne Hélène en étendant l'alèse en caoutchouc du siège de bureau d'Amandine par terre.

Amandine enlève son pantalon et s'allonge docilement. Julie et sa chef regardent pendant qu'Hélène s'affaire. Elle décroche délicatement les adhésifs et abaisse le devant de la couche. Elle prend le papier essuie-tout qu'elle avait emmené et commence à enlever le plus gros. Puis elle demande à Julie de lever les fesses, elle lui enlève la couche et y glisse la couche propre. « Désolée mais on fait avec les moyens du bord » Elle recolle tout. Amandine la remercie, se lève et se rhabille. « Excusez-moi Amandine mais vous êtes incontinente ? Demande sa chef Vous dîtes ça pour la grosse commission ?

- Heu oui, j'avoue que je suis un peu surprise et écoeurée.

- En fait, euh, j'avais fait pipi et quand j'ai eu envie d'autre chose eh bien, je, enfin j'ai fait ce qu'il fallait.

- Bien, je crois que vous devriez prendre un congé Amandine. On ne peux pas vous payer à vous langer toutes les heures, je m'étonne moi-même d'avoir de tels propos, je n'aurais jamais pensé en avoir de telles au travail.

- Ok, je m'en vais, vous avez raison, je vais aller voir mon docteur et me soigner.

- Super prenez une quinzaine de jours. Non mais où va le monde ?

- Merci.

Elle prend le sac plastique avec ses affaires sales et arrive chez elle. Sophie la reçoit et lui demande ce qui se passe. Amandine s'explique sans rien lui cacher et va s'asseoir devant la télé. Sophie lui apporte un biberon de lait chaud qu'Amandine tète goulûment. Elle enlève son bas et reste en couche et en maillot. Sophie n'est pas choquée. Amandine caresse sa couche et s'aperçoit qu'elle est en train de faire pipi, elle ne sait pas où se mettre et appelle Sophie comme une enfant : « Sophie Sophie !

- Oui ?

- J'ai fais pipi dans la couche.

- Ce n'est pas grave, s'amuse Sophie.

- Mais j'ai pas fais exprès.

- Ce n'est rien.

Amandine sait que ce soir, ses enfants dorment chez leur mamie, alors elle commence à pousser très fort car elle sent qu'elle a envie de faire encore une fois la grosse commission, elle laisse la matière s'étaler. Elle va chercher une bouteille d'eau, la boit puis elle s'assoit par terre en tétant son biberon et fait plusieurs fois pipi. Sophie arrive et sentant l'odeur nauséabonde qui émane d'Amandine, elle la prend par la main et va lui enlever sa couche. Elle lui fait prendre une douche et l'allonge sur le lit. Là Sophie se sent toute chose de voir sa patronne ainsi. Il faut dire qu'Amandine est vraiment très jolie et que Sophie attirée par les femmes ne peut s'empêcher en lui mettant un peu de crème de masturber discrètement Amandine, qui ne dit rien. Sophie continue sa manœuvre et le sexe d'Amandine s'humidifie de plaisir, cela encourage Sophie qui goûte aux saveurs délicieuses de sa patronne-bébé. Amandine a des spasmes, elle a du mal à respirer, se mord la lèvre inférieur et jouie de plaisir tant elle aime ce que Sophie lui fait. Elle devient toute rouge mais ne dis mot. Sophie se sent un peu honteuse et va chercher une couche qu'elle met à Amandine. Le téléphone sonne, Sophie va répondre, Amandine reste en couche et met un maillot. Sophie revient :

- Amandine, c'est votre maman, elle désire passer manger avec vous ce soir ?

- Ce soir ? Mais je pensais qu'elle gardait les enfants.

- Apparemment, elle a envie d'un petit repas de famille.

- OK, dommage.

- Amandine va mettre un pantalon assez ample et un long T-Shirt. « Vous n'enlevez pas votre protection ?

- Non Je pense que vous devriez, si votre mère le remarque, elle est capable de demander qu'on vous retire les enfants.

- Je sais mais je ne vais pas l'enlever maintenant, je suis bien dedans.

- Vous ne devriez pas tant en porter vous savez.

- Oui, oui, je sais.

Finalement la soirée se passe bien, Sophie est restée pour préparer le repas et après le dîner, Amandine et sa mère ont parlé de sujets récurrents : il faut un homme à Amandine ...Une fois que les enfants était au lit et que sa mère était partie. Amandine s'allongea sur son lit et Sophie arriva. « Ca s'est bien passé, c'est bien Oui Sophie mais je crois qu'il était temps qu'elle parte.

- Pourquoi ?

- Euh ...

En défaisant la couche pleine de pipi d'Amandine, Sophie compris qu'une heure de plus, et il y aurait eu un accident. Elle en sourie. Après tout, c'était marrant de s'occuper ainsi de sa patronne, qui plus est, elle était payée bien plus cher qu'avant, Amandine lui ayant affirmé qu'aucune autre nounou ne ferait ça .

Ce soir, Amandine a rendez-vous avec Daniel, petit jean qui lui moule les fesses, pas question de porter une couche, et un petit chemisier très sexy qu'elle ouvre d e façon à ce que l'on entrevoit la naissance de ses seins. Daniel est ravi de la revoir. Ils vont s'asseoir à la même table que la fois précédente. Ils parlent, ils rient et ils boivent. Dans le milieu de la soirée, Amandine sent qu'elle a envie d'aller aux toilettes, elle n'écoute plus vraiment ce que Daniel lui dit, elle voit là l'opportunité de se laisser aller en public et dans sa culotte comme une petite fille. Ca lui a beaucoup plu les fois où elle a fait ça. Elle se retient de se tortiller, elle ne veut pas que Daniel lui dise d'aller aux toilettes tout de suite, il faut que ça ressemble à un accident mais pas trop. Alors elle se met à boire davantage, là elle sent qu'elle a très envie, elle commence à se tortiller et à se crisper un peu et laisse échapper difficilement un petit jet, il n'y a pas la sécurité de la couche et ça la bloque un peu d'autant que là, elle n'est ni seule, ni cachée derrière un bureau. Elle tente un deuxième petit jet, sa culotte est bien mouillée mais ça ne se voit pas au travers de ses vêtements :

- Tu peux m'interrompre pour aller aux toilettes si tu veux, lui propose Daniel ayant bien remarqué son état.

- Non pour l'instant ça va, ne t'inquiètes pas. Je ne vais tout de même pas faire pipi là, rie t'elle.

- Ca serait étrange, rie Daniel.

Amandine est ravie de l'effet de surprise qu'elle va causer mais elle se demande si elle ne préfèrerait pas se lever et faire pipi devant tout le monde ou le faire sur sa chaise et appeler ensuite un des serveurs. La deuxième possibilité lui plait. Elle n'est plus du tout concentrée sur ce que dit Daniel et tente de se laisser aller, quelques gouttes et soudain sa vessie se lâche complètement, elle sent que l'urine dégouline le long de ses cuisses et tombe sur le sol, le jet est puissant, elle est soulagée et sourie de son attitude.

- Qu'y a-t-il de drôle ? S'interroge Daniel Tu ne vas pas me croire et tu vas me prendre pour une folle mais ...

- Mais non je ne vais pas te prendre pour une folle.

- Tu sais ce qu'on disait tout à l'heure et bien c'est arrivé.

- Que veux-tu dire ?

- Mon pantalon est tout mouillé, chuchote Amandine.

- NON ? Tu as fais dans ta culotte ? Demande Daniel d'une voix normal qui fait se retourner quelques têtes.

- Oui, répond Amandine à haute voix, j'ai fait pipi sous moi.

Elle appelle un serveur :

- Mais que fais-tu Amandine ?

- Je vais demander une autre chaise et quelque chose pour mettre dessus.

- Mais tout le monde va se rendre compte de ton état.

- Ce n'est pas grave, dit Amandine en buvant un grand verre d'eau.

- Tu ne vas pas avoir honte ?

- Ca va aller, assure Amandine en buvant encore.

- Mais arrête de boire.

- J'ai soif.

Un serveur arrive :

- Que désirez-vous Madame ?

- J'ai eu un petit accident et j'aimerais avoir une autre chaise avec quelque chose pour mettre dessus.

- Vous avez renversé quelque chose ? Non, dit Amandine en se levant, j'ai fais pipi par terre.

Toutes les têtes se tournent vers elle, incrédules.

- Je vous apporte ça.

- Merci.

Amandine reste debout sans aller aux toilettes et les deux grands verres qu'elle vient de boire font soudain effet, elle ne pensait pas que ça serait si rapide. Elle se tortille, met ses mains à son entrejambe et fait de nouveau pipi dans sa culotte.

- Oups, je suis impardonnable, sourie t'elle Mais enfin Amandine, que se passe t'il ?

- Rien, ça arrive à tout le monde d'avoir de petits accidents, dit-elle innocemment.

- Deux fois de suite ? Je ne pense pas.

Le serveur revient avec une chaise, une alèse et une serpillière. Le repas se termine sans qu'Amandine se laisse de nouveau aller. Daniel raccompagne Amandine jusqu'à sa voiture en lui demandant ce qui se passe :

- Rien, pourquoi ?

- Est-ce que tu es malade ?

- Non, c'est juste que je n'ai pas su me retenir.

- Et ça t'arrive souvent ?

Là Amandine se délecte de la réponse qu'elle va donner :

- Beaucoup en ce moment, je porte des couches la nuit et souvent la journée parce que sinon je fais dans la culotte comme une gamine mais là je me disais ...

- C'est de l'énurésie tu penses ?

- Non, je ne sais pas ce que c'est, mais en tout cas, c'est agréable de porter des couches, dit Amandine en en sortant une d'un petit sac de réserve à l'arrière de la voiture et en la mettant sur son siège pour ne pas le mouiller.

- Mais ce sont des couches pour enfants, il y a des dessins.

- Oui, comme tu as pu le constater ma fille est assez costaud et en plus ce sont ses couches de nuit mais comme elle ne fait plus et moi si ...Et que je suis menue et bien ...Pas de gaspillage, sourie Amandine en faisant une troisième fois pipi dans sa culotte et en regardant l'urine tomber par terre.

- D'accord, bon je te laisse et à bientôt, dit Daniel qui ne sait pas quoi dire.

Amandine rentre chez elle. Le lendemain, les enfants sont à l'école toute la journée car il y a une sortie le samedi et ils n'auront pas école lundi matin. Quand ce matin-là Sophie réveille Amandine, celle-ci se rend compte qu'elle a mouillée sa couche sans s'en apercevoir. Elle descend ainsi dans la cuisine où le vieux biberon de Paul est plein de lait chaud, Amandine sait que c'est pour elle, elle le met dans sa bouche et tète avidement. Elle fait tout naturellement pipi en prenant ce petit déjeuner surprenant et sans que ça la gène le moins du monde. Puis Sophie lui fait prendre son bain et la lange de nouveau. Sophie a installé des jouets dans le salon (c'est ce qu'Amandine lui avait demandé pour ce samedi), et Amandine descend en couche et en maillot, jouer. Bientôt on sonne à la porte, Sophie ferme la porte de la salle à manger, c'est Julie et Hélène qui désirent voir Amandine. Celle-ci entend tout mais Sophie leur refuse l'entrée. Alors fièrement, Amandine sort de la salle à manger et va jusqu'à la porte d'entrée, une tototte dans la bouche et la couche aux fesses :

- Bonzour, dit-elle, puis enlevant sa suce, bonjour les filles, entrez. Tu nous sers à boire Sophie.

- pas de problème. Elles vont s'asseoir dans le salon, Amandine pousse les jouets et rapproche les chaises.

- Tu te fais suivre ? Demande hélène.

- Non, pourquoi ? interroge Amandine.

- C'est pour toi tout ça ? Demande Julie.

- Oui, mes enfants sont absents aujourd'hui, c'est pour moi, pourquoi, c'est interdit ? S'amuse Amandine.

- Est-ce que tu es devenue folle ? S'inquiète Hélène.

- Mais non, je ne pense pas, c'est juste que je trouve tout ça très agréable, vous devriez essayer, sans rire. Porter une couche et pouvoir faire pipi ou caca quand on veut c'est une sacrée liberté, et puis, c'est agréable de se faire pouponner.

- Ah parce que la nounou, elle .... Hélène s'interrompt.

- Oui, elle s'occupe de moi, elle me change, me prépare mon biberon, et tout ça ...

- Tu es dingue, sourie Julie.

- Et là, tu es propre ? Hélène est intriguée par tout ça.

- Pour l'instant oui mais plus pour longtemps, Amandine sent un petit jet d'urine lui échapper, elle y prend tant plaisir, qu'elle se lève et montre les nounours à ses copines, et là, debout, elle met son pouce dans sa bouche, serre un nounours contre elle, et inonde sa couche. Puis elle montre les quelques nounours vert, là, j'ai fais pipi.

Amandine va se rasseoir sur sa chaise et Sophie lui apporte en souriant un biberon de jus de fruit : « Fais attention de ne pas trop boire d'accord ? Dit Sophie qui, tout naturellement, s'est mis à tutoyer ce grand bébé.

- Oui, répond t'elle en baissant la tête.

- Vraiment ça me laisse pantoise, lâche Julie, je ne comprends vraiment pas ce qui te prend. C'est quand même bizarre.

- Un peu, c'est vrai.

- Et tes enfants dans tout ça ? S'inquiète Julie.

- Ils ne sont pas là.

- Oui, ok mais ça va être difficile de leur cacher que leur maman met des couches. Surtout quand Paul n'en mettra plus.

- Ne t'inquiètes pas, je m'arrangerai.

- Si j'étais toi, j'éviterais d'en mettre quand ils sont là.

- Je ne crois pas ça serait pire si j'avais un accident de pipi culotte ou autre devant eux.

- Tu n'es pas incontinente ?

- Je ne pense pas, dit Amandine en se laissant aller à faire pipi dans sa couche sans en être totalement consciente, je ne fais plus attention.

- Tu devrais vraiment aller voir quelqu'un.

- Et toi tu devrais vraiment essayer, toi aussi Hélène, c'est vraiment super de se sentir en sécurité comme ça, en plus c'est doux et puis quand tu te laisses aller, c'est vraiment très très agréable. Par contre, je vais vous laisser quelques minutes, je crois qu'il est temps qu'on me mette une couche propre. Mais si ça vous dis, vous pouvez en mettre une et jouer avec moi ? Après tout, je suis sûre que, même sans les couches, vous rêvez parfois de vous comporter comme des petites filles, non ? J'aimerai vraiment que vous restiez là pour jouer, je saurai alors que vous êtes vraiment des amies, argumente Amandine avec une moue enfantine à laquelle il est difficile de résister.

- Bon, allez Amandine, viens je vais te changer, ordonne Sophie.

- J'arrive. Au fait les filles, chaque samedi, les enfants seront en sortie ou chez leur mamie alors si aujourd'hui vous n'êtes pas décidées, vous pouvez venir samedi prochain. Le samedi, c'est ma journée bébé dit Amandine en faisant un petit pipi involontaire dans son change.

À suivre...

Comments

Anonyzee31 Il ya 2 ans