Vues: 337 Created: 2010.07.21 Mis à jour: 2010.07.21

Biographie d'un infirmier militaire

Épisode 8 : bilan de santé

Le lendemain matin, après le petit déjeuner, Sylvia annonça le plan de la journée.

-Aujourd'hui, c'est le jour de la visite médicale, présenta-t-elle. Pour ceux qui ne connaissent pas, cette visite nous permet de vérifier que le personnel est en bonne santé. Elle se déroulera dans la première salle d'examen. Théo et moi-même vous examinerons, avant de nous faire un auto-bilan de santé.

Elle nous envoya nous doucher avant, et nous donna rendez-vous dans la salle prévue. Je partis me doucher seul pendant que Lucie, Coralie et Enora se dirigeaient vers les douches pour dames.

Un quart d'heure après, nous nous trouvions tout les quatre devant les deux docteurs.

-Ok, déshabillez-vous, et posez votre linge sur une chaise. On va séparer le travail : je m'occupe de Tom et Enora, et Théo de Lucie et Coralie.

Théo fit la moue, probablement souhaitait-il se retrouver avec Enora. Il indiqua à ses deux patientes un côté de la salle.

-Ok, installez-vous par là.

Pour la première fois que je voyais le corps nu d'Enora, je profitai qu'elle tournait la tête pour regarder sa grosse poitrine qui retombait légèrement en l'absence de son soutient gorge. Elle fut appelée en premier avec Coralie, leur docteur respectif commençant par écouter leur coeur et leur respiration à l'aide d'un stéthoscope. Puis les deux patientes passèrent un test auditif et un test de vue chacune leur tour et obtinrent de bons résultats. La visite médical continua, et mon attention fut à un moment donné portée du côté de Coralie : Théo tenait un thermomètre dans sa main, pendant qu'elle s'allongeait sur le côté.

Je compris tout de suite ce qui allait se passer. Théo souleva sa fesse supérieure, dévoilant son petit orifice brun.

Je ne m'étais jamais intéressé à ce côté avec elle, ce qui me rendit jaloux de voir un autre homme y toucher avant moi. Il s'étala une crème et poussa son index dans l'intestin de ma copine, et l'y laissa assez longtemps avant de s'enlever. Puis il planta le thermomètre dans son derrière et la lâcha.

Du côté d'Enora, celle-ci s'apprêttait à subir aussi une prise de température rectale, mais la scène fut moins impressionnante car Sylvia, contrairement à Théo, fut directe et professionnelle. Elle étala un lubrifiant en quelques mouvements sans rentrer son doigt, puis se plaça involontairement entre moi et sa patiente pour le reste. Quand elle se retira, je vis la tige de verre dépasser de quelques centimètres du cul d'Enora, ce qui restait quand même très excitant à voir.

Ensuite, après la lecture des thermomètres, ce n'était pas terminé. Les deux infirmières s'assayèrent et écartèrent leurs jambes au maximum, se mettant ainsi dans des positions assez vulgaires.

Après une longue lubrification, elle reçurent chacune un spéculum qui fut ensuite écarté. Une fois leur sexe ouvert, les docteurs y jettèrent un oeil et procèdèrent à un prélèvement à l'aide d'un coton-tige.

La visite était maintenant terminée pour elles. J'observai Coralie qui semblait soulagée de pouvoir refermer ses cuisses que déjà Sylvia m'invite à m'asseoir en face d'elle. Je passai les mêmes tests que les autres en attendant, avec un peu d'anxiété, la phase finale qui concernait les parties intimes.

Quand ce moment arriva, j'étais très tendu, et au lieu de prendre ma température, Sylvia décida d'examiner d'abord mon sexe. Alors que j'étais couché, les cuisses légèrement écartées, elle souleva mon pénis, le regarda sous plusieurs angles, et prit mes testicules dans ses mains pour vérifier que tout était normal.

-Il faudrait que vous ayez une érection pour que je puisse vérifier votre gland, me dit-elle alors que je croyais cette partie achevée.

Mais là, impossible d'avoir une érection, surtout avec tout ce monde autour de moi. En attendant que ça vienne, Sylvia m'ordonna de me tourner pour la prise de température. Comme avec Enora tout se passa très vite : elle glissa son doigt jusqu'à mon anus et y étala une crème froide, puis mes fesses furent écartées et je n'eus que le temps de sentir rentrer le thermomètre.

Après l'avoir retiré et noté ma température dans son carnet de suivi, Sylvia remarqua que j'avais un début d'érection.

-Je vais un peu te stimuler, fit-elle.

Elle glissa à nouveau son doigt entre mes fesses et appuya légèrement sur mon petit trou. L'effet attendu se produit tout de suite, et les regards d'Enora et de Coralie qui observaient la scène depuis leur chaise ne m'échappèrent pas. Sylvia attrapa mon pénis tendu et le décalotta pour l'examiner, puis me libéra rapidement.

Lucie venait de finir elle aussi, car elle attendait sur sa chaise.

-Voilà, tout le monde peut se rhabiller, annonça Théo. Il n'y a rien à redire, vous êtes tous en forme et tranquille pour un bon moment.