Glafritte


Vues: 411 Created: 2015.02.04 Mis à jour: 2015.02.04

Danièle et Catherine

Chapitre 4

Le scénario semble parfaitement ficelé. Tout avait été réglé, prévu et établi par avance sans aucune faille afin que tout se déroule comme prévu. La petite Danièle se lève le cœur battant connaissant le déroulement de sa journée. Celle-ci commençant par la douche puis le café avant l'habillement. Selon les instructions, sa couche du jour est une molicare taille L avec 2 inserts qu'elle ajuste parfaitement d'une main de maître. Soutien gorge, porte jarretelles, et culotte légèrement gainante assortis. Bas couture nylon parfaitement ajustés, il ne lui restait qu'à enfiler son fond de robe blanc et sa nouvelle robe fuchsia plissée. Son équipement parfaitement dissimulé et les entrailles nouées, elle inspire un grand coup avant de quitter la maison sur ses escarpins roses. Son passage dans la rue fit tourner beaucoup de têtes tant elle était élégante. Elle jouissait de cette sensation car nul homme ne soupçonne qu'elle porte une jolie et grosse couche. Un quart d'heure et une petite miction lui suffisent pour rejoindre le lycée. Trois cours d'une heure chacun l'attendaient. Elle devait mouiller la couche au fur et à mesure, ce qu'elle fit avec tant de plaisir tout en regardant l'heure fatidique. Son bas ventre la brûlait, elle était comme inquiète de ce qui allait se passer mais à la fois impatiente de voir ce scénario se dérouler.

Son urine chaude avait coulée par légers filets dans sa couche pendant qu'elle faisait ses cours. Elle surpris à temps un élève coquin à tenter de photographier sous sa robe. Elle savait avec son expérience de femme mûre jouer avec les hormones de ses élèves tout en se faisant respecter. Elle aimait son élégance et en jouait devant ses élèves. Bon nombre de ces derniers s'étaient abondament masturbés de longues années en pensant à elle à en croire les courriers anonymes qu'elle recevait de ses anciens élèves.

Cette fois ci, elle était équipée d'une couche bien épaisse et bien absorbante, mais nul doute que cela n'aurait rebuté aucun élève à faire l'amour à cette plantureuse créature...

La troisième heure de cours passée, la couche alourdie, Danièle quitte le Lycée à 11h35. Le « clac » de ses talons aiguilles résonne dans les couloirs jusqu'à la sortie du lycée. Elle a 10 minutes pour se rendre à l’hôtel du quartier.

Sur place, elle tape le code sur le clavier, pénètre le hall et salue le réceptionniste qui frôle la conjonctivite à regarder les coutures qui dessinent les mollets de la cliente qui se dirige vers la chambre réservée. Le code de nouveau, puis arrivée dans une chambre qui lui semble très correcte. Comme prévu elle remarque la présence de la bouteille de champagne et ne tarde pas à s'en servir une coupe, puis deux. 11H50, on frappe à la porte. Le petit cœur de Danièle bat la chamade, elle avale son champagne, et tremble jusque dans sa couche mouillée car c'est son heure...

De son sac elle sort un masque vénitien et se le pose sur le visage.

De là, elle lance :

« Entrez ».

Mot magique. Tournée vers la fenêtre elle ne doit rien dire. Quatre hommes entrent dans la chambre, eux aussi portent des masques. Elle voit ces 4 mâles bien habillés qui d'entrée de jeux dégrafent la robe de Danièle et l’entraînent vers le sol. Danièle est en soutient gorge et porte jarretelles devant 4 inconnus mais ce qui l'intimidait le plus c'est sa couche. Après tout, elle était là pour cela. Toujours aucun mot ne devait se faire entendre dans la chambre. Jusqu'ici le scénario était parfaitement respecté et les 8 mains des étalons recouvraient le joli corps de la femme en couche. Une main dans la culotte caressant la couche, une autre par dessus la culotte, une autre dans la couche, puis une derrière une jarretière puis dans un bas. La peau de soie de Danièle fit raidir immédiatement les 4 sexes qu'elle s'affaira a libérer adroitement de leurs pantalons et caleçons.

A partir de cet instant, elle plonge dans un univers parallèle et délie ses sens, ôte tout tabou, tout interdit, tout bridage. La petite prof de lettres devint une autre en un instant.

Allongée sur le lit, elle sent 2 mains lui décrocher les scotchs de sa couche mouillée, deux autres dedans (une derrière, un doigt dans l'anus et une devant un doigt dans le vagin), deux autres lui malaxaient ses seins dont le soutien gorge était déjà sur les hanches tout comme son joli fond de robe en dentelle blanche qui faisait semblant de cacher sa lingerie. Enfin deux autre mains lui tenaient sa jolie tête maquillée et un sexe dur comme l'acier vint s'introduire entre ses lèvres. Le va et vient qui s'ensuit au fond de la gorge de cette bourgeoise BCBG lui provoque un jet d'urine récupéré par la ouate de sa couche désormais ouverte.

Chacun de ces 4 mâles vint lui lécher anus, pubis, clitoris, seins, langue. A tout de rôle, ces 4 bêtes lui passent dessus. Tandis que l'un sodomise la belle, l'autre la pénètre vaginalement. Danièle passe à la casserole comme elle ne l'imaginait pas. Le premier mâle ayant vite éjaculé dans son anus, il vient se rincer l'outil dans la bouche de la prof qui se régalait de la dernière goutte de sperme et du goût de ses entrailles désormais dilatées. Ce même mâle n'eut aucun délai avant de retrouver le désir de ramoner la belle vaginalement et retourna immédiatement à sa besogne tandis que Danièle, déjà assommée par ses orgasmes successifs s'affairait malgré tout à son devoir de chienne qu'elle désirait tant.

Ainsi, chacun de ces 4 mâles put s'alléger les testicules de 2 jets de foutre dans les douces entrailles de la respectable prof de français. Elle portait désormais en elle 4 doses de foutre chaud délicatement déposé dans son colon, et 4 autres de ces doses dans son vagin. Elle s'est, par ailleurs, beaucoup appliquée à rincer et nettoyer les 4 queues de sa langue et de sa bouche qui en redemandait tandis qu'elle sentait ses jarretelles tenant ses bas au bord de la rupture tellement ses cuisses étaient repliées

En résumé Danièle se comporta comme une véritable catin durant cet exercice qui la mena vers des orgasmes impossibles à compter ni à qualifier, La petite traînée qu'elle était devenue en avait tant besoin...

En se rhabillant, chacun des quatre fournisseurs de foutre essuyât son chibre avec la jolie petite culotte gainante noire à fleurs de Danièle y laissant ainsi des traces de leur passages sur l'intimité de cette traînée qui se trouve maintenant les jambes écartées, une couche sous les fesses, les seins à l'air, quasi comateuse.

Le dernier éjaculateur conformément au scénario, sort de son manteau une poire à lavement et la remplit d'eau dans la salle de bain, puis en vide le contenu par l'anus de Danielle qui frôle l'inconscience. Un second sera nécessaire pour le remplir avant de lui placer un plug anal troué. Enfin, sa couche lui est remise en place avec précaution par les 4 étalons éjaculateurs.

Il fallut 10 bonnes minutes à Danièle pour retrouver ses esprits embrumés par le champagne et les orgasmes foudroyants successifs quelle venait d'avoir. Elle se retrouve donc avec sa couche bien serrée, 5 de ses 8 jarretelle détachées, le fond de robe et le soutient gorge sur les hanches, les 3 jarretelles encore attachées désaxées et la couture de ses bas sur le côté de ses cuisses roses.

Elle tient à peine debout, les jambes tremblotantes. Il lui faut regagner le lycée, son prochain cours commence dans 20 minutes.

Dans un sursaut, elle réajuste la couture de ses bas le long de ses mollets, attache les jarretières qui avaient cédé sous les coups de butoirs violents des 4 types qui lui avaient administrées 8 décharges de semence dans ses entrailles. La poitrine de nouveau si joliment soutenue par la dentelle, et survêtue de son fond de robe, elle finit par réajuster couche, porte jarretelles et robe.

Juste avant de quitter la chambre elle récupère sa petite culotte souillée des spermes de ses amants et se la réajusta par dessus la couche et le porte jarretelles. Elle adorait ce geste d'élégance ultime.

En quittant l’hôtel, elle remarqua le regard mille fois plus insistant du réceptionniste sur son corps. Danièle se doute qu'il avait remarqué 4 types entrer dans la même chambre que la sienne et en sortir avant elle. Peu importe, elle file au trot vers le lycée en savourant son plug dans sa couche. Ce dernier laissait passer à chaque pas un léger filet d'eau et de sperme qui se déversait dans sa couche, laquelle s'alourdissait. Danièle était impatiente de s'asseoir et de savourer la sensation de ce plug lui frotter l'anus. Arrivée à temps pour son cours. Aucun de ses élèves ne pouvait deviner que leur prof si attirante, portait une telle lingerie fine agrémentée d'une couche bien inondée et d'un plug anal qui frottait les parois de son anus rempli par le sperme de 4 inconnus qui lui avaient ramoné les orifices 30 minutes auparavant.

L'esprit ailleurs, le corps léger et la couche de plus en plus lourde, elle finit sa dernière heure de cours de la journée et sentait toujours les 4 semences chaudes s'échapper de son vagin pour se retrouver recueillies par sa grosse couche. Il était temps pour elle de regagner sa maison bourgeoise, sa couche en avait vu de toutes les couleurs aujourd'hui et arrivait à saturation. Danièle, la traînée essoreuse de sexes, videuse de bourses dépravée se satisfaisait pleinement de ce nouveau statut. Elle s’accordât même un essayage de lingerie dans une boutique en rentrant chez elle, rien que pour le plaisir de se retrouver en couche, bas et porte jarretelles derrière un fin rideau qui la cachait à peine des client(es) du magasin.

Le retour à la maison s'effectue paisiblement, sans hâte. Son vagin et son anus étaient bien protégés par sa couche et avaient reçus un traitement digne de ses désirs. La prof BCBG dépravée finit par se forcer et relâcher l'ensemble des liquides qui l’inondaient, environ 1 km avant d'arriver chez elle, juste pour le plaisir de se trouver en pleine rue et croiser des dizaines de personnes en portant de la belle lingerie et une couche culotte archi souillée.

La douche fut bonne, et Danièle décide de garder en elle ce plus anal, maintenu par un body-string en attendant son tendre époux, tout en réfléchissant à un nouveau scénario auprès de cette formidable agence d'échangistes auquel elle écrira un commentaire plus qu'élogieux...