Boutons les hors de France

Chapitre 2

Le docteur Ailiette entra dans la chambre de Victoire-Constance Boissart-Caspellin sous le regard vigilant de la vieille Marie.

La jeune fille était allongée, des perles de sueur sur le front. Et son délicat visage était couvert de plaques rouges. Et elle grelottait, faisait résonner de sa bouche juvénile un claquement de dents régulier.

A la vue du médecin, elle se redressa et afficha un pâle sourire.

- Bonjour Docteur….

Sa voix était faible et elle n’entrouvrait que partiellement les yeux.

Le médecin s’avança au chevet de la jeune fille. Ses boutons tranchaient par rapport à la paleur de sa peau, blanchie par la maladie. Lui prenant le pouls, il compta. Il y avait encore peu de battement par rapport à la norme.

- Comment vous sentez vous, Mademoiselle?

- J’ai froid...et ses affreux boutons me démangent. Les pieds me font mal...Comme si une bête me tirait.

Aliette sourit.

- Ce n’est pas totalement faux : j’ai vu vous poser des sangsues pour dégager la tête. Vous souvient il?

Victoire-Constance hésita un instant.

- Non….Je me souviens avoir parlé à ma gouvernante...et plus rien. Et quand je me suis réveillé j’avais ces horribles boutons. Et ce froid...ce froid….

La jeune fille se remit a trembler. Ses dents, fines et régulières, étaient couvertes à leur base d’un enduit rougeatre. La langue, grasse, était chargée d’une matière jaunâtre.

Le médecin fit pencher sa patience en avant : Son dos et ses épaules, fines et graciles, n’étaient pas épargnés par l’éruption.

Collant son oreille entre les omoplates, il écouta les battements du coeur. Ils étaient légèrement rapide du fait de la fièvre mais rien d’inquiétant.

Ce qui dérangeait l’homme de l’art, c’était l’éruption. Il connaissait deux maladies : la petite vérole “volante” (que le siècles futurs nommeront varicelle) et la petite vérole (future variole).

Et l’un des deux était mortelle.

Sortant de sa sacoche un pot d’onguet.

- Je vais vous demander de vous allonger sur le ventre pour vous appliquer cet onguent qui va soulager les boutons.

La patiente s’exécuta et abandonna sa camisole légère sur le sol. Le médecin ne put retenir le regard légèrement lubrique qui s’enflammait dans son esprit et son entrejambes à la vue de ce corps encore juvénile , à la peau très blanche qui se retournait pour prendre la position ordonnée. Ses épaules fines et graciles, ses lèvres taillées au pinceau. Et ses seins...petits et ronds comme des pommes ridulées par d’infimes aréoles. Avaient ils été caressés d’une main d’homme? Et elle, n’ était elle encore déflorée?

Aliette savait qu’un galant lui tournait autour. Le mariage devait se faire sous peu...Mais tout le monde savait que depuis la chute de l’EMpire, il y avait eu un...relachement des moeurs. Sans compter que les mariages à la façon de la Nature (comprendre, sans intervention de l’Eglise) existaient toujours…..

Et le vieux médecin de poursuivre sa contemplation. Le ventre, plat encore, le bassin solide. Et ses jambes, fines et fuselées….Le fait que ce corps désirable était couvert de boutons d’un rouge cerise n’otait rien à son charme

Plongeant ses doigts dans le pot d’onguent, le médecin commença par les épaules. L’odeur musquée du produit le saisit légèrement à la gorge mais cela alimenta son désir….

Il sentit le frisson secouer Victoire-Constance, et electriser ses cheveux. Non pas un frisson de fièvre, doux et régulier, mais une décharge brutale. Le contact de l’onguent?

A voir la légère humidité qui naissait de l’intimité de sa jeune patiente….il en doutait. Fortement.

Il descendit alors sur sa chute de reins et flatta son sacrum, au dessus de ses fesses charnues.

Pour sur la demoiselle était callipyge….

Puis, après avoir passé les collines, il arriva a lui masser les cuisses, fermes et délicates mais musclées par une intense pratique de la marche.

Et ses pieds complétèrent la séance. Ils étaient chauds, fermes, le talon doux et régulier, les orteils bien découpés et quelques cors la aussi du fait de la marche.

Le médecin avait fini par bander douloureusement mais il luttait pour se retenir. Elle était non seulement sa patiente mais aussi la fille d’un de ses frères de loge...et en ces temps complexes, des têtes pouvaient tomber assez vite….Et il aurait besoin de tous les appuis possibles…

Une fois l’onguent bien appliqué, le médecin sortit un flacon de vinaigre et en frictionna le ventre et la poitrine. Mais dès la première goutte en contact avec la peau, Victoire Constance se mit a hurler

- Ca brûle ! Ca brûle ! Vous me faites mal! Monstre ! Démon !

- C’est nécessaire pour assécher les boutons, répliqua le médecin.

La porte de la chambre s’ouvrit à la volée sur la vieille gouvernante Marie et Anne Boissart-Caspellin au moment ou Aliette rajoutait du vinaigre sous les seins naissants de sa jeune patiente.

- Allez cherchez des linges ! Et préparez un baquet d’eau chaude pour l’y baigner entière.

La mère et la gouvernante s”exécutèrent. Victoire Constance, toute pantelante, reprenait quelque force mais continuait à souffrir le martyr. Une fois le baquet installé, le médecin aida la jeune fille à rentrer dans le bain chaud, exalant sa vapeur. Les pieds d’abord puis le reste du corps, jusqu’aux aisselles. Dès le premier contact de l’eau avec sa peau cela l’apaisa et elle se decrispa visiblement. Sa machoire se relacha et quelques couleurs lui revinrent au visage. L’eau dilua le vinaigre...mais les boutons écorchés par l’acidité se desquamèrent, arrachant des hurlements et des larmes à la jeune fille. Sortie du bain, elle fut rapidement enveloppée de serviettes avant d’être remise au lit. Sa tête dépassait a peine des épaisses couvertures qu’on lui avait rajouté. - Il faut la faire dormir...J’ai un suppositoire somniféro-laxatif. Cela permettra aussi de la purger. - Non ! Non ! Pas ça ! J’aime pas ça ! Le médecin soupira tristement - Je sais….Mais il faut vous y résoudre. De gré ou de force.? Elle soupira a son tour et se retourna, de mauvaise grâce, sur le ventre. Aidé de la mère et de la gouvernante, il replia les couvertures pour dégager les fesses, charnues comme il a été dit précédemment. La toison, abondante, fut dégagée d’une main experte par l’homme de l’art qui défit le suppositoire de son emballage, avant d’insérer le bâton gras dans le fondement noir et profond de Victoire-Constance, qui eut un cri etouffé

- C’est moins douloureux avec du lubrifiant bien sur, mais cela nuit à l’efficacité.

Sentant le réflexe de rejet, il obtura l’anus en repliant les chairs grasses. Anne Boissart-Caspellin, qui était restée assez passive, tatait le front de sa fille pour la rassurer

- Son front est toujours chaud….

- Vous avez raison….

Etant sur que le suppositoire avait fondu, le médecin alla chercher son thermomètre au fond de sa saccoche en cuir. - Tirez la langue. Elle s’exécuta: sa langue était toujours embarassée et chargée. Le médecin pointa le bout métalisé du thermomètre vers la machoire et inséra l’instrument sous la langue Il ne put s’empecher de franchement bander comme un âne en voyant cette pauvre jeune femme couverte de boutons, misérable, avec le thermomètre lui sortant de la bouche, visiblement renfrognée à la fois du fait de sa maladie et de l’humiliation du suppositoire. Le tout sans compter les légères tâches de sang nées des boutons écorchés et les petits chouinements qui renforcaient cet ineffable sentiment d’excitation chez le médecin…. Puis le médecin retira le thermomètre et regarda la ligne de mercure colorée

- 38.5 °C…..On dirait une varioloide. Elle fut de sortie difficile mais je pense que le plus gros de la tempête est passé. Tenez prêt un bassin pour lui permettre de se vider. Je repasserai demain….

Le médecin prit congé mais Anselme Boissart-Caspellin le retint.

- Pourrais je vous dire un mot en particulier mon ami? Le docteur Aliette se fit alors conduire dans le cabinet de travail du maitre de maison et prit place sur son invitation dans le fauteuil de bois ouvragé.

- Oui? Que puis je pour vous...mon frère? Le maitre de maison sourit en s’entendant appeler du nom que se donnaient les maçons et qui plaçaait la conversation sous le sceau de la confidence….

- Vous savez que je fréquente...quelques endroits particuliers loin du lit conjugal…. Aliette acquieça : il devait bien y avoir jusqu’au dernier soudard russe occupant Paris à ne pas l’ignorer.

- Une de mes...conquêtes, une jeune fille à soldats réclame protection. Apparament elle a batifolé un peu trop vite sous le règne de l’Usurpateur….et notemment avec Edouard de Chalençon-Aubrécourt...a qui Victoire-Constance est promise.

Le médecin pinca les lèvres.

- Et vous craignez pour la...Salubrité de votre future gendre? - Parfaitement. La gourgandine loge dans une misérable pension près de la barrière Denfer. Je vous adjoins quelques hommes d’industries de ma connaissance….Allez...l’inspecter. De gré. Ou de force. Et voyez si elle est saine...Et si elle a pu contaminer Edouard. Je vous paierai grassement en plus de votre dû….Et puis...Je vous connais. Vous êtes un homme a femme...et comme vous ne pouvez avoir Victoire-Constance sans avoir...mon courroux. Je vous donne cette garce en...dédomagement.

Les deux hommes achevèrent leur concilabule en souriant. Passant devant la chambre fermée de la fille de la maison, le médecin entendit un bruit équivoque.

- Ah, la purge se fait….(Se retournant vers Anselme). Ce sera fait cher ami…..

A suivre...

Comments

arthur Il ya 1 an
Maec Il ya 1 an