Zouzou88


Vues: 383 Created: 2008.09.09 Mis à jour: 2008.09.09

Baby-sitter au ski

Chapitre 3

Je somnole bercée par le rythme du moteur. Antoine et Zoé ont l'air de dormir comme des anges. La voiture ralentie avant de s'arrêter dans une station essence. Les pneus crissent doucement sur le sol enneigé. Plusieurs conducteurs de voiture mettent des chaînes à leurs pneus. Il neige abondamment. Je me rappelle tout d'un coup que je suis la baby-sitter. Une masse ouateuse écarte mes jambes enveloppées dans des collants de laine. Je porte une couche. Je suis en charge de deux enfants. Nous sommes tous les trois protégés par des couches, et je ressemble de taille à Zoé.

- Sandrine il faut vraiment que j'aille aux toilettes.

- On s'est arrêté pour mettre les chaînes. Le chalet n'est plus qu'à 2 heures de route. Venez, je viens avec vous, on va voir s'il y a des toilettes.

Nous nous dirigeons vers la station, le sol crisse sous mes pas. La neige n'arrête pas de tomber, il doit faire quelques degrés en dessous de zéro. Je suis en collant et en doudoune. Sandrine m'a noué dans le dos, en plus de la cagoule blanche, une écharpe autour du cou. J'ai du mal à marcher avec le paquet que j'ai entre les jambes. J'ai l'impression que tout le monde fixe mes fesses moulées dans mon collant de laine blanche. Devant les toilettes la queue des adultes me fixe. Une saleté repoussante et une odeur nauséabonde nous obligent à faire demi tour.

Avant d'ouvrir la porte de la voiture, Sandrine me demande de baisser mon collant de laine. Elle veut vérifier de ses doigts l'état de la couche et l'adhérence à mes cuisses. Chacun peut me voir, dans le parking, en doudoune, le collant sur les genoux, couche sur les fesses.

- Solène, votre couche semble déjà un peu mouillée.

- Oui je sais, j'ai trop envie de faire pipi !

- Ça tiendra bien jusqu'au chalet.

Sandrine me remonte le collant au moment où j'éternue de nouveau fort laissant passer un jet dans ma couche. Là je ne peux plus me retenir. Je ré éternue laissant cette fois ci le pipi envahir ma couche comme une délivrance. Le liquide chaud se répand dans la couche. Je passe ma main sur mon entre jambe. Heureusement il n'y a pas de fuite.

- Rentrez vite dans la voiture Solène, vous êtes en train de prendre froid.

Sandrine me rattache avec la ceinture. La couche a l'air de tenir. Elle s'est gonflée et semble peser sur mon collant de laine. J'espère qu'elle va tenir. Elle me retire l'écharpe nouée autour de mon cou mais avec ses doigts tire la cagoule serrée sous mon menton pour la placer sur ma bouche. Fred a referme le coffre les chaînes installées. Antoine se réveille demande où on est. Je lui tends un biberon d'eau sucrée que vient de me donner Sandrine. Naturellement il vient caler sa tête dans ma poitrine engloutissant son biberon comme un bébé. Petit à petit je sens un plaisir nouveau m'envahir. La ouate de ma couche est humide et chaude, mes fesses sont au sec. Je pense que Sandrine ne s'est aperçu de rien, elle ne voit qu'une jeune fille donnant le biberon à son fils, son bébé, qui va se rendormir en tétant son biberon.

Elle ignore juste que sa baby-sitter, elle aussi, vient de mouiller son change !