Zouzou88


Vues: 360 Created: 2008.09.09 Mis à jour: 2008.09.09

Baby-sitter au ski

Chapitre 6

Il fait nuit. Je ne sais pas si je suis dans un rêve mais je suis allongée, coincée dans une grenouillère en laine. Je ne sais plus quel âge j’ai ni où je suis. Il doit bien faire moins de 10° dans ce chalet je n’ai pas d’autres choix que de dormir. Je ne peux pratiquement pas bouger. La grenouillère est tendue par le pull, le collant et la couche. Je me rappelle que nous sommes rentrés dans la nuit après la messe de minuit. Zoé, dans son sommeil, vient de remuer et de se retourner contre moi. Nous sommes dans le même grand lit. Je me demande si elle ne fait pas semblant de dormir. Elle se sert contre moi, écarte ma cagoule, embrasse mes lèvres. Je ne rêve pas, je suis bloquée dans ma grenouillère, les jambes écartées par une couche, à coté de Zoé dont je suis censé m’occuper ! Je suis la baby-sitter. Cette gamine vient de m’embrasser, de glisser ses doigts sous ma cagoule avant de me souhaiter bonne nuit et de plonger dans les bras de Morphée. Où suis-je ?

Cette fois je m’éveille d’un lourd sommeil. La neige tombe derrière la fenêtre. J’aperçois Zoé avec sa frimousse je me réveille avec en face des yeux un visage plein de taches de rousseur et des yeux verts qui me regardent sortir de mon sommeil. Je me rappelle nous trois, cote à cote dans l’église. Zoé est penchée sur moi, sa grenouillère a disparue. La couche aussi, ses fesses sont justes recouvertes par son collant bleu clair. Son pull marine lui laisse le nombril à l’air. Adieu la cagoule. Ses cheveux sont en liberté, les manches de son pull remontées au dessus des coudes. Zoé est vraiment mignonne mais semble m’observer avec une idée derrière la tête.

- Bien dormi bébé Solène ? Ah oui c’est bête tu ne peux pas te déshabiller toute seule ! J’avais oublié. C’est vraiment stupide !

En disant cela, Zoé vient d’un bond de sauter à califourchon sur mon ventre s’agitant vigoureusement en se basculant sur ma vessie. Elle en profite, me chatouille. Je ne peux m’empêcher de rire ! Mais je me rends compte vite que je dois subir l’assaut de Zoé. Je suis prisonnière de la grenouillère en lainée des pieds à la tête, incapable de bouger. Ce qui doit arriver arrive, je peux plus me retenir, je viens de me lâcher dans ma couche. Une douce chaleur se répand alors entre mes jambes, une sensation de délivrance.

- Arrête Zoé s’il te plait !– Arrête, Arrête tu me fais faire pipi !

Zoé se penche sur ma cagoule, la tire sous mon menton m’embrasse :

- Non, bébé est en train de mouiller sa couche ? Heureusement Zoé est là pour s’occuper de bébé Solène.

- Zoé Libère moi, arrête, c’est plus drôle. Je joue plus. Ne dis rien à tes parents. - Qui parle de jeu ? Je veux bien arrêter mais à une condition ! - Laquelle ?

- Aujourd’hui c’est moi la baby-sitter, la condition : tu m’obéis sur tout d’accord j’ai dit sur tout ?

- D’accord mais arrête de me chatouiller ! Ok je t’obéis… Mais ne dis rien à tes parents !

- Promis. Viens bébé, retourne-toi que je déboutonne. Voilà enlève tes bras, je te libère Voilà. Oh dit donc la couche a l’air bien remplie ! Non, non, non, tu gardes la cagoule pour le moment. Tu gardes aussi ta couche. Je te changerai plus tard. Cela ne t’empêchera pas de faire du surf mais tu dois rester bien couverte toute la journée. Allez viens avec Zoé, on va prendre le petit déjeuner.

C’est à ce moment que Sandrine nous interpelle :

- Alors les filles, ça y est vous êtes réveillées ? Vous pouvez descendre !

- Oui Maman on arrive hurle Zoé en finissant de m’enlever ma grenouillère. L'heure est venue de descendre toutes deux en collant au petit déjeuner. Je suis la baby-sitter et je dois descendre avec ma couche mouillée !

Sandrine nous accueille dans la cuisine.

- Alors les filles comment allez vous ? bien dormies ? Vous n’avez pas eu trop froid cette nuit Solène ? Tenez je vous ai fait des bols de laits chauds. Zoé occupe toi de Solène s’il te plait. Mangez bien je vous emmène skier toute la journée. Alors prenez des forces, Papa nous rejoindra au refuge avec Antoine. J’ai préparé vos affaires dans votre chambre.

Effectivement je découvre mon pantalon et mon anorak mais à la place de mes sous-vêtements Sandrine a remplacé des vêtements que je ne connais pas : un change complet garni, un body en laine rose manche longue qui se finit par une cagoule en laine ainsi que deux collants, des moufles, une écharpe en laine.

- Mais ce n’est pas mes affaires !

- Chut mon bébé, du calme, ta baby-sitter est là mon bébé, viens que je te déshabille.

- Regarde maman a laissé des lingettes pour que je te nettoie.

J’en reviens pas Zoé me retire ma cagoule, m’embrasse, fait glisser mon collant, m’allonge en enlevant mon pull. Je suis à sa merci, poitrine à l’air nue comme un ver. Ses doigts attentionnés s’appliquent à nettoyer mon pubis, ses lèvres embrasse mon ventre.

- Soulève maintenant tes jolies fesses mon bébé, maman va glisser la couche, je vais même rajouter même à l’intérieur une deuxième protection. Si si c’est nécessaire ! Voilà je ferme bien les scratchs. Lève toi maintenant, oui je sais ça fait un gros paquet entre les jambes, mais comme ça tu seras bien protégé mon bébé. Viens on va mettre maintenant le body rose à manche longue d’abord la tête, les bras, je tire sur le body et je ferme les boutons sous la couche. Ca y est. Oui voilà je sais la cagoule est un peu serré mais comme ça tu ne pourras pas l’enlever. Maintenant enfile le collant de laine, rajoute le gros pull en laine, enfile ton pantalon de surf et ton anorak. Bon je m’habille et je te rejoins. Descend voir mon père pour qu’il te règle ton surf.

Je descends voir le père de Zoé.

- Solène, essayez ces chaussures je vais vous régler votre surf ?

- Qu’est ce que fait Zoé ?

- Elle est en train de finir de s’habiller, elle arrive !

Je choisis mon surf quand Zoé arrive elle semble toute fine dans son pantalon et son anorak. Elle a sur la tête mon bonnet Péruvien et mes lunettes de soleil sur le front. Elle me regarde droit dans les yeux. J’ai l’air d’être l’enfant elle l’adulte, je vais l’attraper quand le regard de son père me retient.

Solène, qu’est ce que c’est que cet accoutrement ? Sandrine avait tout préparé.

- Papa je me suis habillé comme maman voulait, j’ai juste emprunté le bonnet et les lunettes de Solène, elle est d’accord - Ce n’est pas à toi que je parle Zoé, C’est vrai Solène ? » - Je fais oui mollement de la tête.

- Eh ben moi je le suis pas du tout. Zoé Enlève-moi ce bonnet tout de suite. Solène allez me cherchez tout de suite les affaires. Tout de suite, Merci !

Je m’exécute. Je reviens avec écharpes, cagoules et moufles. Fred enfile sur la tête de sa fille sa cagoule bleu clair puis me prend des mains la blanche et me l’enfile sur la mienne déjà encagoulée de rose. Il nous noue alors autour du cou dans le dos, chacune, une écharpe écossaise. Zoé me regarde furieuse, nous avons l’air de deux gamines.

- Allez en avant à nous les pistes ! Dit-il en me poussant mes fesses garnies.

J’avance en canard comme un bébé mon surf à la main. Zoé marche en courant elle n’a pas l’air du tout gêné par sa couche. Je ne comprends pas car moi je suis incapable de courir. Je suis obligé d’avoir une démarche ralentie d’une jambe sur l’autre.

- Allez les filles grouillez-vous on est parti !