Christophe, jeune homme naïf

Une peur et une requête inattendues

Christophe et Cécile reprirent leur vie de petit couple studieux. Un petit train-train s’était installé : ils passaient la nuit chez l’un ou l’autre, il y avait le câlin du soir ou le câlin du matin, parfois les deux, parfois aucun.

Cécile appréciait particulièrement se faire caresser et masser le dos et les fesses. Christophe essaya plusieurs positions pour cela : Cécile allongée sur le ventre sur le lit, allongée sur le côté, allongée en travers de ses genoux… Il trouva particulièrement amusante et excitante cette position quand sa partenaire se mit à écarter les cuisses afin de suggérer que ses câlins se déplaçassent dans son intimité. Christophe la taquina du bout des doigts puis, pris d’une inspiration, se lécha le pouce et l’introduit dans le vagin pour la masser de l’intérieur. L’hymen, à force de pénétrations digitales, était maintenant quelque peu détendu, et surtout sa propriétaire appréhendait moins les introductions. Christophe se met à la masser en appuyant en direction du nombril (il avait entendu ce conseil à propos du « point G ») ; Cécile poussa un petit cri et ses fesses tressaillirent.

« Non arrête maintenant !

— J’ai fait mal ?

— Non c’est juste que j’ai joui ! J’aurais aimé que cela dure plus longtemps avant, là c’était trop tôt.

— Tu as joui ??

— Oui, quand tu as appuyé à l’intérieur. Ça a un peu fait mal, et aussi comme une envie de faire pipi, puis j’ai joui. »

Les expérimentations se poursuivirent. Un soir, Christophe se mit en tailleur pour masser Cécile, et eut l’idée de la faire s’allonger sur ses jambes croisées, sur le ventre, une jambe de chaque côté de son corps. Il se mit à la masser. Il se rendit compte que sa verge en érection frottait contre le sexe de Cécile ; c’était bon ! La jeune femme appréciait aussi. La position semblait toutefois plus propice à maintenir une excitation réciproque qu’à atteindre l’orgasme, aussi celui-ci fut obtenir par des moyens plus habituels pour nos deux tourtereaux.

Les règles de Cécile devaient arriver… mais n’arrivaient pas. Elle s’inquiéta. Lorsque Christophe lui rappela les frottements sans préservatif de sa verge sur son sexe, elle s’affola : du liquide séminal avait pu s’égarer ! Christophe dut aller acheter un test de grossesse, qui se révéla heureusement négatif. Les règles arrivèrent enfin. Cécile se maudit encore de ne pas avoir obtenu de contraception. Elle finit par prendre rendez-vous chez une gynécologue, mais ce n’était pas possible avant janvier.

Un soir, Cécile eut une requête inhabituelle pour Christophe.

« Mon cœur, tu pourrais me mettre un suppo de glycérine ?

— Tiens, tu es constipée ?

— Non. Je voudrais juste être propre de là. »

Christophe s’exécuta. Les deux jeunes gens continuèrent de travailler, puis s’amusèrent un peu sans trop déshabiller Cécile, avant que celle-ci ne dût s’éclipser pour répondre à un besoin pressant. Lorsqu’elle revint, elle se mit à déshabiller Christophe, tout en le caressant au passage. Elle finit par le slip, qu’elle baissa en émettant un petit « hum » approbateur, devant la légère difficulté à faire passer l’élastique par-dessus la verge déjà dure. Elle soupesa légèrement les testicules et acheva de retirer le slip.

« Déshabille-moi maintenant. »

Il s’exécuta. Ils tombèrent sur le lit et se caressèrent à leur habitude. Christophe appréciait de sentir le clitoris gonflé de Cécile sous ses doigts.

« Christophe, j’ai un peu honte de demander cela, mais j’aimerais que tu me prennes par-derrière.

— Mais je croyais que tu n’avais pas aimé quand nous avions essayé ?

— Oui et non. C’est compliqué. Mais là j’en ai envie. Essaye d’être encore plus progressif, et ne te pousse pas à jouir tôt. »

Christophe passa un gant et la pénétra d’un doigt, puis d’un deuxième. Pendant ce temps, Cécile, sur le ventre, se masturbait. Il retira ses doigts et mit sa verge lubrifiée. Cécile respirait fort. Il la sodomisa lentement tandis qu’elle se touchait. Il entendit une respiration plus forte, un mouvement, et sentit un spasme de l’anus.

« Ca y est…

— Ah ?

— Oui. Attends que je me détende un peu et fais-toi plaisir. »

Christophe ne fut pas long à libérer sa semence. Comme la première fois, Cécile fila vite aux toilettes ; Christophe se lava la verge au lavabo.

Ils se blottirent l’un contre l’autre.

« Je suis surpris je ne m’attendais pas à ce que tu me demandes cela.

— Tu sais si on m’avait dit il y a deux mois que je demanderais à ce qu’un garçon me prenne par-derrière, je ne l’aurais pas cru non plus. Bon, c’est tout de même un petit peu inconfortable, j’ai le cul encore un peu sensible.

— Mais tu as joui.

— Oui. En me touchant, bien sûr, mais il y avait quelque chose en plus. J’ai joui plus fort et… enfin j’ai senti comme si je jouissais aussi par le cul. Je ne te dis pas que je ferais ça tous les jours mais oui j’ai aimé et je recommencerai. »

Comments

Aranam Il ya 1 an