1 members like this


Vues: 416 Created: Il ya 2 ans Mis à jour: Il ya 2 ans

Maddy en visite chez des amis

Imprudente

Robert et Louise avaient prévu une sortie touristique à la journée. Les deux couples partirent donc après le petit déjeuner. Maddy avait obtenu de pouvoir sortir avec un soutien-gorge, afin qu'on ne lui voie pas les aréoles, mais elle avait dû mettre le même T-shirt que la veille. Bien entendu, maquillage interdit : « cela ne convient pas aux petites filles ».

À un moment, Maddy traversa la rue sans regarder, un cycliste dut piler, manquant de tomber. Maddy s'excusa, mais Louise et Robert semblaient mécontents. « Je t'avais pourtant dit de faire attention ! ». Samuel observa : « Oui, je me souviens que Louise t'avait fait la remarque. ». Maddy jeta un regard furieux à son copain.

La sortie se passa sans plus d'incident.

De retour à la maison, Louise annonça aux jeunes gens qu'il était temps de s'occuper un peu de leur discipline.

« Pour commencer, nous allons traiter le comportement imprudent de Maddy sur la route. Maddy, pose ton pantalon et ta culotte. »

Maddy jeta un regard effrayé à Louise. N'osant désobéir, elle se déculotta. Louise se saisit de ses vêtements et inspecta l'entrejambe, émettant un petit murmure de satisfaction.

« As-tu fait caca aujourd'hui ?

- Oui, ce matin. Je me suis lavée après.

— Bien. Maintenant tu vas te pencher sur l'accoudoir du canapé et nous montrer tes fesses. »

Maddy, lentement, obtempéra. Elle resta un temps dans cette posture, qui exposait ses fesses et aussi sa zézette maintenant imberbe.

« Reste comme cela. »

Louise était sortie. Quand elle entendit Louise revenir, elle tenta de jeter un œil.

« Que mérites-tu Maddy pour ton imprudence malgré les avertissements ?

— Je… je ne sais pas ?

— Allons. Si tu nommes et accepte ta punition, j'aurai un peu d'indulgence.

— La… la fessée ?

— Oui. Quand je t'ai prise à te toucher la zézette, comme tu as admis très vite ta faute après avoir désobéi, je t'ai mise sur mes genoux et t'ai donné la fessée à la main, pas vrai ? »

Samuel eut un petit ricanement. Cela le rassurait que Maddy elle aussi s'était faite prendre.

« Oui. Excuse moi encore.

— Mais cela ce n'était pas grave, juste de la désobéissance sans mensonge. Là, tu as désobéi sur une question de sécurité. Tu aurais pu avoir un accident. Tu penses que la même punition conviendrait ? »

D'une petite voix serrée, Maddy convint que non.

« Et donc quelle punition mérites-tu ?

— Je… je ne sais pas. »

Louise s'approcha de la tête de Maddy, qui vit le martinet.

« Le martinet ! Non s'il te plaît !

— Et pourquoi pas ? C'est mérité, non ? Ton copain l'a bien reçu pour s'être touché et surtout avoir menti.

— Non ! Non ! Je… je serai sage.

— Je pense qu'en effet après une bonne fessée tu penseras plus à nous écouter pour ta sécurité.

— Je dois… je dois faire caca !

— Hé bien allons-y. »

L'angoisse d'une cuisante punition avait provoqué chez Maddy un réflexe de défécation. Elle se vida, et en profita pour uriner. Sous le regard de Louise, elle se lava la zézette et l'entrefesse sur le bidet, le regard baissé, n'osant regarder le martinet.

« Très bien. Maintenant tu vas revenir prendre ta fessée. »

De l'air d'un condamné qui marche vers l'échafaud, Maddy revint au canapé et reprit sa position. Sans plus attendre, Louise lui fouetta les fesses. Maddy chercha à rester stoïque au début, mais la brûlure du fouet était trop importante. Ses fesses bougeait par réflexe et elle poussait des petits cris. Elle avait les larmes aux yeux quand la fessée s'arrêta.

« Viens t'admirer dans le miroir. »

Les fesses de Maddy avaient pris une belle couleur rouge, sans pour autant qu'il y ait blessure ou hématome. Son visage aussi était rouge, ses yeux humides. Le sexe épilé renforçait l'impression d'immaturité.

« Une vilaine gamine imprudente et qui n'écoute pas, et qui a reçu une bonne fessée. Allez, au coin. »

Maddy dut s'exposer ainsi.