1 members like this


Vues: 475 Created: Il ya 2 ans Mis à jour: Il ya 2 ans

Maddy en visite chez des amis

Petit garçon

Samuel avait assisté avec intérêt à la fessée de sa petite amie. Il avait été lui-même fessé au martinet le matin même, elle semblait avoir apprécié le spectacle et l'humiliation, alors — réponse du berger à la bergère — il appréciait le spectacle, même si cela n'allait pas sans une certaine sollicitude.

Une fois Maddy au coin, Louise ne perdit par de temps.

« Et toi Samuel, nous allons nous occuper de ton comportement. Va dans ta chambre. »

Samuel avait à l'esprit la fessée retentissante infligée à Maddy. Cela le rassurait qu'on lui demande d'aller ailleurs ; si Louise, mécontente pour on ne sait quelle raison, avait voulu lui donner la fessée, elle aurait pu le faire sans désemparer ! L'image de Maddy, touffe pubienne enlevée, recevant la fessée comme une gamine, le troublait considérablement.

Robert le rejoignit bientôt. Robert couvrit le lit d'une feuille protectrice, et déposa du matériel, rasoir, crèmes… à côté.

« Déshabille-toi. »

Samuel se doutait d'à quoi le matériel était destiné. Maddy n'était pas la seule qui devrait prendre une apparence impubère. Il obéit. Louise arriva sur ces entrefaites.

Le zizi du jeune homme était visiblement durci. Louise se moqua.

« Hé bien Samuel ! On dirait que cela t'excite, de voir ton amie recevoir la fessée ! Petit vicieux ! »

Robert et Louise, chacun un rasoir, rasèrent les aisselles de Samuel, puis ses jambes. Ce fut ensuite le tour du pubis et du sexe, il dut écarter les cuisses pour favoriser l'accès sous ses bourses. Puis il fut mis sur le ventre et il rasèrent l'arrière, fesses et même entrefesse compris. C'était assez long.

Louise ressortit brièvement.

Ce fut le tour de la crème dépilatoire. Une fois celle-ci étalée, Louise et Robert, comme si de rien n'état, entamèrent une conversation avec le jeune homme sur ses études. Samuel entendait le bruit lointain d'un aspirateur. Le temps d'action passé, ils raclèrent la crème puis l'emmenèrent à la douche. Robert se chargea de le doucher, tandis que Louise partait chercher quelque chose.

Robert se sentait ridicule avec le sexe rasé et épilé, qui lui donnait une allure infantile. Il ouvrit de grands yeux interrogateurs quand il vit le dispositif que Louise portait.

« Mon garçon, tu sembles avoir quelques problèmes pour contrôler ton zizi et tes mains. Aussi nous avons décidé de t'aider. Viens vers moi. »

Le zizi avait dégonflé depuis tout à l'heure, et Louise n'eut pas de difficulté à le faire rentrer dans la petite cage qu'elle avait apportée, qu'elle fixa à la base des bourses et cadenassa.

« Tu porteras cette cage de chasteté tant que tu seras ici et que nous ne pouvons pas te surveiller. Tu feras pipi, bien sûr, en t'asseyant. Tu t'essuieras et au besoin tu prendras un bain de siège. »

Samuel était très embarrassé et se sentait ridicule.

Le trio ressortit et alla à la rencontre de Maddy.

Celle-ci portait son T-shirt et, en dessous, sa ceinture de chasteté. Louise s'était ravisée quand elle était partie s'occuper de Samuel : jugeant que laisser Maddy seule au coin avec le sexe à l'air était de nature à l'encourager à l'onanisme, elle lui avait fait porter pour la fin de son séjour au coin, puis lui avait fait garder pour sa corvée de ménage.

Samuel et Maddy virent les dispositifs dont ils avaient été dotés. Maddy vit comment Samuel avait été, comme elle, rasé.

Le repas du soir fut embarrassé. Ensuite, l'un après l'autre, les deux jeunes gens furent emmenés à la salle de bain. Là, on les débarassa de leur dispositif, ils purent passer aux toilettes, puis se laver les dents, le sexe et l'entrefesse. Ils furent tous deux recadenassés pour la nuit.