Vues: 5670 Created: 2010.08.18 Mis à jour: 2010.08.18

Chantelle

Chapitre 1

Chantelle a 22 ans. Grande femme brune, elle mesure 1.75m et pèse environ 70 kilos. Elle est spontanée et très enjouée de nature. Depuis quelques mois, notre jeune fille a des douleurs interminantes à la fosse iliaque droite; le diagnostic de l’appendicite est à oublier, Chantelle n’a plus celle-ci depuis l’âge de 6 ans. La douleur, lorsque présente, l’oblige à s’accroupir et à s’obliger à prendre de grandes respirations, mais elle se dit que ce n’est pas l’appendicite et donc que ce n’est pas grave. Chantelle ne veut pas en parler à son ami, Ken est étudiant en médecine et c’est certain qu’il lui ferait plein d’examens.

La journée de Chantelle a été longue. Elle n’a pas eu sa pause pour le dîner, de plus, elle avait trop mal pour vouloir manger. En arrivant à la maison, une bonne odeur de cuisine l’attend, notre belle commence à avoir faim. Voilà maintenant un an que Ken est avec Chantelle. Il a donc préparé un souper aux chandelles. Il se place à l’arrière d’elle, il commence à la caresser, à la bécoter et Chantelle répond bien aux avances. Ken l’amène dans la chambre, il finit de se dévêtir, et ne cesse de la caresser. Chantelle jouit et Ken tente de la pénétrer, il n’est pas à la moitié en elle, qu’elle se tord de douleur, elle crie, pleure et l’exorde à arrêter. Ken sort lentement de Chantelle. Il commence à lui perler lentement, il lui fait un petit massage pour qu’elle se détende. Il lui demande ce qu’elle a et celle-ci lui répond qu’elle a une petite douleur au ventre mais que ce n’est rien, puis elle s’excuse de son comportement. Ken ne dit rien, il continue son massage, mais il a fermement l’intention d’examiner sa partenaire avec ou sans son consentement. Les caresses sont si douces que Chantelle oublie sa douleur. Ken arrive au moment fatidique, il veut faire un toucher vaginal à sa partenaire, un toucher médical, c’est évident. Il entre ses doigts, il les fait tourner, Chantelle a simultanément une douleur et un plaisir, honnêtement elle aime bien cette sensation. Ken ne trouve pas l’origine du problème de son amie au niveau du vagin. Il se doit donc, en bon médecin, faire un toucher rectal à Chantelle. Il sait à l'avance qu’elle va refuser, Chantelle est vierge de ce côté-là et elle est fermée à l’idée que l’on introduise quoi que ce soit entre ses fesses, même un thermomètre.

Ken demande à Chantelle si elle va mieux et celle-ci répond que oui. Lui est certain du contraire. IL dit donc a son amie, qu’il vient de lui faire un toucher vaginal très profond et que celui-ci est responsable de la jouissance qu’elle vient d’avoir. Il lui dit que le lendemain, il a l’intention de lui faire subir un examen sous spéculum, mais que pour l’instant, il n’a pas l’instrument. Il cogite et cherche comment faire comprendre à Chantelle que le toucher rectal est obligatoire. Bon, ne trouvant rien à dire pour aider, il informe seulement Chantelle de ses intentions. Comme il se doit, Chantelle se rebelle, elle l’insulte, elle se débat et elle lui dit qu’elle n’est pas sa patiente, mais bien sa conjointe. Ken est triste de la réaction de sa copine, mais en bon professionnel qu’il est, il refuse de changer d’idée. Il attrape Chantelle, il la place perpendiculairement à ses jambes, soit la même position que celle que l’on prend pour donner une fessée. IL attrape les mains de Chantelle de sa main gauche puis lentement, il passe les doigts de sa main droite sur la vulve et dans le vagin de Chantelle qui est prisonnière sur Ken. C’est la seule chose qu’il avait pour lubrifier ses doigts. Lentement, il commence à faire entrer son index entre les fesses de Chantelle. Comme on s’y attend. Chantelle crie, se débat et donne des coups de pieds. Elle arrive même à attraper la tête de Ken à quelques reprises. La douleur qu’elle a avec le toucher rectal est double. Elle a mal à son ventre oui, mais elle a aussi mal à son identité. Le doigt de Ken est en elle, il ne bouge pas. IL lui parle doucement, elle se calme alors un peu. Ken lui dit qu’il va faire des cercles avec son doigt et que si elle veut éviter d’avoir trop mal, elle soit se détendre. IL lui chante une berceuse tout en effectuant l’examen. Chantelle ne bouge plus, elle ne fait que pleurer, de plus, la douleur est augmentée par ce toucher. Ken est perplexe. Il sait que son amie n’a plus d’appendice, qu’elle n’est pas en période d’ovulation alors il cherche la source de la douleur. Avec un seul doigt, il ne trouve rien. Il explique à Chantelle qu’il doit donc placer deux doigts, mais que comme il n’a rien pour bien lubrifier, ce sera très pénible sauf si elle lui promet d’être gentille et de se laisser faire, car dans un tel cas alors il pourrait mettre du lubrifiant. N’ayant pas vraiment le choix, Chantelle accepte. Il l’aide à se mettre au lit, il la couvre un peu puis il quitte la chambre pour aller dans sa trousse. Vite, il revient avec un gant de vinyle et le tube de lubrifiant. Il demande à Chantelle de se mettre à quatre pattes devant lui, elle hésite. Ken lui dit que de toute manière, il va faire son examen et que si son comportement ne change pas, alors ce n’est pas juste un examen qu’elle va avoir, mais aussi une fessée magistrale. Chantelle prend donc la position demandée. Ken replace son index en elle puis lentement il fait entrer son majeur. IL ne sent toujours rien. Il enlève ses doigts. Jette le gant souillé puis en remet un nouveau. Il demande à Chantelle de se coucher sur le dos. De placer ses poings sous ses fesses et de bien ouvrir ses jambes. Chantelle fait ce que Ken lui demande, l’idée d’une fessée ne l’emballe vraiment pas. Ken fait un double toucher à son amie. Un toucher vaginal et rectal de la mais droite puis avec la gauche, il pèse très fort sur le ventre de Chantelle. La douleur de Chantelle est vive, mais Ken n’en trouve pas encore la raison. Il demande à son amie de rester allongé, il lui dit qu’il va aller à la pharmacie pour se procurer un antidouleur efficace. Chantelle est contente d’être enfin seule, elle ferme les yeux et s’endort doucement, de pleurer ainsi lui a fait perdre ses dernières forces.

Pendant ce temps, Ken tout en se dirigeant vers la pharmacie, appelle à la clinique où il travaille. IL se fait réserver une salle d’examen complète pour le lendemain. Fais annuler toutes ses visites et demande à la secrétaire d’aviser son superviseur qu’il aurait besoin de lui en matinée. Sachant que le lendemain, Chantelle va passer plusieurs examens et qu’elle n’aimera certainement pas, surtout devant le patron de Ken, il décide de prendre des suppositoires à base de Démérol. Ceux-ci vont aider Chantelle à avoir moins mal et à être plus détendue.

En entrant dans l’appartement, il ferme la cuisinière, il ne veut pas gaspiller le souper. Puis il entre voir Chantelle. Il remarque qu’elle dort, il est content. Tout doucement, il lui touche le dos, elle ne bouge pas. Ken trouve que son amie est chaude, il a l’impression qu’elle fait de la température. Il n’a pas le thermomètre auriculaire du centre avec lui. Il ne veut pas non plus réveiller son amie. Il sait qu’elle a besoin de se refaire des forces pour les examens que Ken veut lui faire passer. Il décide donc de lui prendre la température par voie rectale. Doucement, il place Chantelle sur le côté gauche, il lubrifie un peu son index déjà ganté et le fait entrer dans l’anus de Chantelle, celle-ci émet comme un petit soupir. IL retire son doigt et y place le thermomètre digital. Les secondes passent, Chantelle dort toujours. Le bib du thermomètre se fait entendre, la température de la jeune fille est de 38.1 alors il n’y a pas vraiment de fièvre. Malgré tout, il lui insère un suppositoire de Paracétamol contre la fièvre, Chantelle ne bouge pas, elle dort toujours. Après deux minutes, il déballe le suppositoire de Démérol, il le place tout contre l’anus de sa dulcinée et commence à le faire entrer alors que Chantelle se réveille. Il est trop tard, les suppositoires sont bien en place et l’index de Ken est toujours dans l’anus de la jeune fille afin de s’assurer qu’elle ne puisse pas les faire sortir. Chantelle se sent toute engourdie, le temps qu’elle se réveille complètement et Ken en a fini avec les suppositoires, enfin pour quelques heures. Chantelle dit à Ken qu’elle doit aller aux toilettes pour le nº 2. Ken lui demande d’attendre encore 20 minutes. Elle refuse alors il lui dit qu’elle a une fausse envie et que celle-ci est donnée par les deux suppositoires qu’elle vient de recevoir. Chantelle est rouge de rage, elle est courroucée par ce que son ami lui dit. Ken lui parle lentement et tout doucement, comme on le fait avec un enfant et elle se calme. Pour la faire patienter et lui faire oublier le temps, il recommence ses caresses. Chantelle tente de combattre ses sensations, mais médicaments aidant, elle s’abandonne doucement aux caresses habiles de son copain. Il la fait jouir à nouveau. Elle est toute trempée et totalement détendue. Il lui fait ouvrir les jambes et elle le fait. Alors, à nouveau, il fait un toucher vaginal très profond et là encore, il ne trouve rien. Profitant de l’état de sa conjointe, Ken refait un double toucher et Chantelle semble y prendre plaisir cette fois. IL ne veut pas profiter de l’état de celle-ci, il enlève ses doigts, dépose un baiser à son amie, la recouvre puis il quitte la chambre.

Il contacte son superviseur sur le cellulaire de la clinique pour s’assurer que celui-ci sera avec lui le lendemain matin. Ensemble, ils conviennent des examens que passera Chantelle. Dans un premier temps, il y aura un examen vaginal au spéculum puis un examen proctologique. Un premier pour ne voir que l’anus et dilater le rectum légèrement puis un second pour voir les premiers centimètres du colon de Chantelle. Des analyses sanguines, d’urine et des selles seront aussi effectuées, rien ne sera laissé au hasard. Si rien n’est alors trouvé, Christelle aura à subir une cytoponction pour la vessie et aussi une coloscopie longue. Le superviseur confirme à Ken qu’il a fait pour ce soir, tout ce qu’il y avait à faire. Il demande à son protéger de remettre encore à Chantelle les deux suppositoires soit l’un contre la fièvre et l’autre contre la douleur puis à 4 heures du matin, de lui insérer deux suppositoires de Démérol. Il doit en outre empêcher son amie de boire et de manger. Il l’informe aussi que Chantelle va recevoir deux ou trois lavements avant de débuter les examens. Ken informe son patron des réticences de sa copine, celui-ci lui dit : « Alors dans ce cas, ne lui dit rien. Le Démérol va la garder dans les vapeurs et demain, on lui donnera un petit truc contre la douleur et qui lui permettra, je l’espère d’avoir des sensations agréables. Donc n’oublie pas les suppositoires tout de suite et ceux de demain matin. À demain Ken. »

Comments

clyso Il ya 11 ans
omega44 Il ya 11 ans
clyso Il ya 11 ans
chevreuil Il ya 11 ans
omega44 Il ya 11 ans
clyso Il ya 11 ans
pitchoun Il ya 11 ans
madame Il ya 11 ans
omega44 Il ya 11 ans
clyso Il ya 11 ans
pitchoun Il ya 11 ans