Vues: 411 Created: 2017.02.11 Mis à jour: 2018.11.15

Soizig

Soizig 20

Le départ de Malo pour l'armée approchait et je venais d'avoir un contact pour du travail sur Paris, Soizig se désespérait de nous voir partir loin d'elle, la maman de Malo nous avait promit de veiller sur elle, sachant qu'elle lui avait aussi présentée son "bon ami" et son bel outil, le Monsieur aimant aussi les jeunes filles, je voyais déjà comment cela allait ce passer et pour mettre les points sur les i avec lui, afin qu'il comprenne que Soizig était sous notre protection, Malo et moi sommes allés chez lui un soir prendre un verre, le "bon ami" était content de nous recevoir, pensent sans doute qu'il allait pouvoir ce faire sucer et nous monter dedans, j'avais prévenu Malo pour le gros engin qu'il avait mais que nous étions là pour nous affirmer…

Nous avons discutés autour d'une bière et une fois les choses dites et cadrées, l'homme a commencé à nous tripoter le devant et l'arrière du pantalon mais une fois nos verges bandées sorties des culottes, nous lui avons demandés de nous sucer pour sceller cette nouvelle amitié, puis l'avons prévenu que s'il voulait sodomiser notre Soizig, il devait y passer avec nous avant, d'abord surpris, il céda ensuite à nos conditions, allant de l'un à l'autre, il nous prit en bouche chacun notre tours puis tous deux ensembles, il suçait bien, égarant par moment un de ses doigts sur notre anus, je me serai bien laissé aller dans sa bouche jusqu'au bout mais nous avions ses fesses à visiter, en lui baissant le pantalon, Malo a vu le gros engin…

J'ai compris à son regard émerveillé qu'il allait vouloir l'essayer dans son trou de balle, je lui disais de se retenir et d'attendre un peu, nous devions montrer notre autorité en enfilant le cul du "bon ami", après lui avoir craché sur l'œillet pour le lubrifier, pendant qu'il nous implorait de l'enculer doucement car ça faisait longtemps qu'il ne s'en était pas prit une dans le rond, j'ai dit à Malo de passer le premier pour faire le chemin et déjà là, malgré sa verge plus fine que la mienne, il a arraché un râle plaintif au monsieur, après quelques vas et viens en douceur dans son rectum, Malo m'a laissé sa place à regrets car il avait apprécié l'étroitesse de l'endroit, j'ai pris mon tours de sodo en essayant de lui rentrer ma queue d'un coup de reins…

Effectivement, l'endroit était étroit et le conduis serré, j'ai dû m'y reprendre à deux fois pour lui rentrer toute ma queue, il a râlé plus fort, je lui ai rappelé qu'il ne s'était pas gêné pour me déchirer le cul l'autre fois puis j'ai commencé à lui ramoner la boîte à chocolat, Malo, gourmand comme pas deux, était déjà sous le monsieur à lui flatter le manche et les boules des deux mains puis il le décalotta de la bouche, essayant d'avaler tout le morceau, le "bon ami", qui commençait à s'habituer à ma présence dans son rectum, glissa quelques doigts saliveux entre les fesses de Malo, sans doute pour y apprécier sa disponibilité anale, il n'en fallait pas plus à mon pote pour écarter les cuisses et se laisser doigter l'anneau…

Pour bien marquer mon territoire, je ressors ma queue plusieurs fois du rectum du Monsieur et la lui remet pour lui faire revivre le passage de mon gland dans son sphincter, je lui branle l'anus avec la couronne de chair, il semble aimer cela à présent car il me dit de continuer comme cela, Malo vient de se mettre à quatre pattes sous lui et réclame la saillie en s'écartant les fesses des deux mains, l'homme lui salive la rondelle et dirige son manche dessus, Malo lui tend son derrière et s'empale lui-même sur le braquemard en poussant un râle de douloureuse satisfaction, nous voilà tel l'hydre à trois têtes, l'un besognant l'autre, pour ma part, l'enserrement du conduis rectal sur ma queue me comble de sensations et je ne tarde pas à sentir monter l'orgasme…

Je jouis en déchargeant ma purée dans le cul du "bon ami" puis je reste planté en lui pour lui faire ce qu'il m'a fait l'autre jour, lui arroser le rectum de mon pipi, il a comprit ce que je vais lui faire, il me traite de petit salaud mais se laisse lavementer au naturel, trop occupé à fourrer Malo qui en redemande à chaque coup de bite, il vat falloir au monsieur de faire maintenant un exercice périlleux, jouir tout en retenant le liquide, je me retire de son trou en choux fleur et vais à la cuisine chercher une cuvette pour lui mettre sous les fesses, en cas de fuites intempestives, je reviens juste à temps, agrippé aux hanches de Malo, secoué par ses derniers soubresauts spasmodiques éjaculatoires, un jet incontrôlable lui jaillit de l'anus..

L'homme se retire précipitamment des fesses de Malo pour filer aux wc, le trou de balle de mon pote ressemble à l'entrée du tunnel sous la manche, avec en plus ce qui en ressort, il me dit qu'il n'a pas jouit alors quand l'homme revient des toilettes, je lui demande de finir la fellation qu'il avait commencé sur lui, histoire de remercier Malo de lui avoir offert son anus et de finaliser nos accords, le "bon ami" s'exécute, compréhensif, Malo lui décharge au visage, ce qui n'a pas l'air de le déranger, à moi, il me fait des remerciements pour ma façon douce et agréable avec laquelle je lui ai fais le cul, il m'invite même à repasser le voir quand je serai dans le coin, comme quoi, un bon coup de bite dans l'oignon peut créer des amitiés…