Vues: 682 Created: 2014.08.09 Mis à jour: Il ya 1 an

Une romance imprévue

Chapitre 17

Une romance imprévue - 65 ► 68Chantal, toujours nue, nous rejoint, portant une boite d'une taille assez importante qu'elle pose sur la table sur laquelle nous avons déjeuné. Le sommet de la boite, de couleur noire, associe les photos de la terre vue depuis la lune et de l'appareil photo lui-même et annonce le contenu: Hasselblad 500 CM et précise; "the camera that went to the ,moon, special commemorative edition". L'ensemble a indéniablement "de la gueule". Chantal précise: "voila, on a ouvert la boite une seule fois, quand on l'a reçue il y a deux ans. Depuis, elle est resté dans un coin de mon armoire. Maintenant que tu es "presque" dans la famille, tu peux l'ouvrir….et faire joujou avec,....Attention, tu sais que l'engin vaut assez cher, même en comparaison de mon Leica."Je rappelle à Chantal que, depuis que je m'intéresse à la photo, je sais que Hasselblad est l'appareil des photographes de mode et de charme et qu'il est effectivement à l'origine des photos des missions Appollo sur la lune. Et mes origines suédoises ne font que confirmer ma "sympathie" pour cette marque. Quant au prix, je me souviens que mon père m'a dit il y a longtemps que le Hasselblad de base coute plus cher qu'une voiture. Pour l'heure, le père de Chantal nous observe depuis sa table et commente: "Notre oncle d'Amérique est un peu fou, comme il n'a pas d'enfants, il passe son temps a gâter nos filles,....Vous avez vu la Mustang de Chantal….. Vous savez, c'est lui qui a payé notre piscine,.... Il a dit que c'était parce qu'il veut prendre son bain quotidien quand il vient nous voir une semaine tous les deux ou trois ans…"Impressionné par la circonstance, j'ouvre la boite. L'appareil photo est protégé par un coffrage de polystyrène et un sac en plastique d'où je l'extrais avec précaution . Je prends enfin l'engin en main. L'appareil lui-même, équipé d'un objectif Zeiss Planar de 80 mm, est complété par un chargeur supplémentaire qui doit valoir plusieurs milliers de francs à lui seul.Je m'amuse à essayer le viseur de l'appareil, au sommet de l'appareil comme sur tous les 6/6. je cadre le doux visage de Chantal, puis lui propose de prendre différentes poses au bord de la piscine pour lesquelles je me lève de mon siège. Accroupi tout près de ma copine, j'imagine une photo d'elle allongée nue sur le ventre au bord de la piscine et je me félicite une nouvelle fois d'être "habillé", au contraire des filles nues, ce qui me permet de cacher l'érection que provoque chez moi la simple idée de photographier le cul splendide de Chantal. Je suis fasciné par l'idée de faire des négatifs de 6 cm sur 6, soit quatre fois plus que ceux de nos 24X36, même pour le Leica.Ma copine estime que j'ai assez joué avec l'appareil photo de luxe. Elle annonce: "Maintenant, tu ranges le Hasselblad dans sa boite. La prochaine fois que tu viendras,..si prochaine fois, il y a, ….on amènera les pellicules adéquates, tu le chargeras et tu pourras te prendre pour un artiste….Je ne pense pas que ce serait une bonne idée de te dire de l'amener avec toi en Californie,.....Le Leica devrait te suffire pour frimer auprès des nanas, américaines ou françaises…. .On va maintenant donner satisfaction à Solange et elle va enfin pouvoir faire son expérience d'hypnose,....si tu es d'accord bien sûr…"Je cède à la demande de ma doctoresse préférée. Je range soigneusement l'appareil. Tenir en main le Hasselblad a été une expérience extraordinaire. La proposition d'hypnose de Solange m'enthousiasme moins a priori…..Une romance imprévue - 66Justement, Solange quitte sa place à table, annonçant: "Je dois me préparer, je reviens tout de suite"Je me retrouve seul avec Chantal;, les parents sont rentrés à l'intérieur de la maison ;La jeune femme me dit, sur un ton mi-badin, mi-sérieux: "J'ai compris que Solange voudrait une "baise romantique", (c'est un peu un "oxymore" non Honey ?)…..pour vous deux, sans moi….. en fait, ça tombe finalement plutôt bien,....je viens de parler avec ma mère, elle veut que je l'accompagne voir une vieille tante en train de mourir,....bref, un truc pas du tout pour toi,....., on en aura pour deux ou trois heures….je suis obligée de te laisser seul avec Solange.... si vous voulez "baiser", c'est votre affaire." Un peu bêtement, je demande à Chantalq: "Mais toi, ça ne te dérange pas ?". " Ecoute, mon petit chéri, Je t'ai dit, cette nuit ou ce matin, que j'aurais adoré voir tes jolies petites fesses se crisper et se relâcher en cadence quand tu aurais honoré ma chère sœur et, plus encore te mettre un thermomètre dans ton mignon petit cul au moment crucial et peut-être même lui en mettre un dans son petit cul à elle, également mignon tu en conviendras, quand elle t'aurait fait des choses……. mais bon, tu sais que je ne suis pas jalouse…..et puis, j'aime bien ma sœur et je veux éviter les drames….au moins, comme ça,. tu auras quelque chose à me raconter pendant notre voyage de retour….je veux tous les détails bien sûr…."Je comprends que Chantal n'est pas absolument enthousiaste à cette idée de "baise romantique" entre Solange et moi, mais nous laissera faire, à regret. Je me sens un peu coupable de "tromper" ainsi Chantal en baisant sa sœur sans qu'elle "supervise" nos ébats , mais suis également excité à l'idée de faire l'amour "normalement" avec Solange, qui représente mon fantasme de beauté nordique….Le retour de Solange met fin, au moins provisoirement, à notre discussion. Solange a revétu une sorte de toge blanche. Je la trouve encore plus craquante ainsi vêtue que toute nue, …..mais je suis peut-être pervers, ou tordu. Elle explique: " J'ai passé ce vêtement pour que des considérations d'ordre sexuel ne viennent pas perturber notre expérience….il ne faut pas que je m'exhibe à poil devant toi…". Solange s'installe à la table, juste face à moi. Elle suggère à Chantal de s'écarter de quelques mètres du champ de notre expérience. Ma copine obéit sans rechigner. Solange me donne quelques explications supplémentaires:"Si tout marche bien, tu aura d'abord droit à une sorte de "sons et lumières" , un ballet de couleurs fantastiques accompagné d'une musique super, ….comme si tu avais pris quelque chose, …. après, normalement, tu devrais voir une succession de paysages très beaux, c'est la phase de syncronisation de nos karmas, de nos cerveaux…...puis après, c'est là que ça devient intéressant,....tu verras, ou plutôt tu vivras, des scènes de ta vie future... pour cette expérimentation, on va se limiter à un futur très proche, tu verras…ce sera un peu comme un rêve, mais en plus intense et tu seras toujours conscient que ce n'est pas la vie réelle ….enfin, sache que ni moi, ni personne ne saura rien de tes visions…..ce sera purement privé pour toi…..alors, prêt, mon petit cobaye….".Solange m'invite à lui serrer la main fermement et à ne plus penser à rien, et "surtout pas à des histoires de cul". Elle me demande enfin de bien la regarder dans les yeux et de me laisser faire sans inquiétude. Je n'ai jamais participé à aucune séance d'hypnose et suis assez sceptique sur ce type d'expérience. J'essaie de suivre scrupuleusement les instructions de Solange. La regarder dans les yeux n'est pas si difficile, j'ai déjà dit que l'on a envie de se noyer dedans.Cependant, rapidement, je ressens quelque chose de bizarre qui se développe en moi….lUne romance imprévue - 67Mes sens perçoivent une succession de couleurs et une musique particulièrement appaîsante. En même temps, je ressens une sorte de pléinitude; Tous ceci est vraiment étrange. Puis, des paysages enchanteurs se présentent à moi, d'abord des forêts profondes entourées de lacs, puis des plages p dearadisiaques, enfin des sommets rocheux sur lesquels se dressent des châteaux romantiques de plus en plus biscornus avec une profusion de tours et de clochetons. Tout à coup, tous s'arrête, tout devient noir, la musique s'interrompt et je me trouve projeté dans un autre univers, tout en sachant que je suis toujours assis dans le jardin des parents de mes deux copines. J'entends d'ailleurs la voix de Solange qui annonce: "Maintenant, tu vas avoir ta première vision".Je suis debout, entièrement nu dans un cabinet médical, face à une femme encore jeune, qui est en train de m'ausculter. Elle déplace le disque froid de son stéthoscope sur différents points de ma poitrine. Je sais, sans pouvoir l'expliquer, que je suis en train de passer cette visite médicale de demain qui me fait si peur. La situation ne parait cependant pas si dramatique. La femme d'une quarantaine d'années, une grande blonde avec un chignon compliqué, me rappelle l'actrice Marina Vlady. Je lui trouve beaucoup de classe et le contact de ses doigts sur ma peau n'est pas désagréable, loin de là. Sa voix est douce quand elle me donne ses instructions. Malgré tous nos jeux avec Chantal et Solange, malgré la petite pilule bleue que Chantal m'a donnée ce matin, mon cœur continue de battre beaucoup trop vite et la doctoresse ne peut ignorer ce fait. Comme tous les médecins qui m'ont examiné, elle m'en fait la remarque et me propose de faire, à l'occasion, un électrocardiogramme, suggestion que j'ai toujours ignorée jusqu'à présent.La doctoresse me fait me retourner pour écouter mes poumons. Elle me félicite de ne pas fumer et me déconseille fortement de commencer à le faire, ne serait-ce qu'en raison de ma nervosité.La toubib en a fini avec mon cœur et mes poumons. Elle s'assiet sur un tabouret face à moi, sa jupe courte révèle des jambes bien galbées et bronzées. Son chemisier ouvert laisse deviner une poitrine respectable. Elle m''invite à m'approcher d'elle. Je sais ce qui va se passer et mon rythme cardiaque s'accentue encore. Je suis nu devant cette femme superbe et mon sexe reste minuscule. Je me dis que je dois être ridicule, même si je me souviens tout à coup que Chantal m'a dit qu'elle n'aime pas les patients qui bandent devant elle dans l'exercice de ses fonctions."Ah, voilà un garçon bien élevé" fait la toubib et devant ma surprise, elle précise: " Tes petits camarades ont trouvé malin de se présenter devant moi avec leur sexe en érection, ils bandaient…, toi, tu sais te tenir en société et te contrôler, c'est bien" Se disant, la femme saisit mon sexe dans sa main, avec fermeté, mais douceur aussi. Elle le fait sauter entre ses doigts, puis le décalotte plusieurs fois. Je me sens de plus en plus géné. Je me demande si elle peux voir que mon sexe n'a pas chomé ces derniers jours. La toubib passe aux testicules qu'elle palpe avec le même mélange de douceur et de fermeté. Ayant terminé son examen, la femme me regarde dans les yeux et me demande: "Est ce que tu es vierge ? " J'ai la réponse à la question que je me posais, je me sens vexé et je répond fermement "non". La femme n'insiste pas sur le sujet. Elle m'annonce; "la visite'est presque finie, mais je dois encore te prendre la température, mets toi sur le ventre sur le lit d'examen" A ce moment, la "vision" s'interrompt. Tout devient noir et j'entends la voix de Solange qui me propose: "Tu veux une deuxième vision ? "J'accepte volontiers, espérant que celle-ci sera un peu moins "medfet" que la première.Une romance imprévue - 68 Ma première "vision" semble indiquer que la visite médicale de demain ne devrait pas trop mal se passer, même si je ne sais comment va se dérouler la prise de température, qui sera rectale, donc forcément humiliante, mais peut-être aussi excitante. La question reste, les prédictions dont Solange me gratifie ont-elles la moIndre valeur ? Ma deuxième vision me projette dans un vaste hall animé. Même si je n'ai jamais pris l'avion, je comprends que je suis à l'aéroport d'Orly pour mon départ vers la Californie. Mes parents m'ont accompagné, mais, Dieu merci, sont immédiatement repartis vers leur maison de Normandie où ils veulent passer quelques jours. J'identifie rapidement le lieu de rencontre fixé et je reconnais quelques visages vus lors de la réunion de samedi dernier avant notre départ, Chantal et moi, pour l'Alsace. Pénélope est également présente. Me voyant arriver, elle m'adresse un grand sourire, puis me gratifie d'un chaste bisou. Elle me propose de laisser là mes bagages avec ceux des autres membres du groupe et m'entraine dans un coin plus discret de l'aérogare. "Il faut qu'on parle, me dit-elle alors que nous marchons vers une sorte de pub où elle nous fait entrer: "On a tout le temps, note-t-dit-elle, ils ont déjà annoncé que l'avion aura au minimum une heure de retard" Nous nous installons à une table dans un coin qui me permet de garder un œil sur mes affaires. Pénélope commence par m'interroger sur ma visite médicale de lundi, celle que ma première vision vient de me faire vivre, ou revivre, ou vivre par anticipation," La saleté de toubib n'a pas été trop vache avec toI ,? " me demande-t-elle. Je trouve Pénélope un peu excessive et me permets de le lui dire: " Saleté, c'est un peu exagéré, non…". La jeune rousse réagit avec vigueur: "Après ce qu'elle m'a fait subir lundi et que je t'ai raconté juste après, je crois que je n'ai plus à avoir aucun égard pour cette…., je ne sais même plus comment la qualifier, . et je constate que tu la défend, je suis un peu déçue…Est ce qu'elle t'a fait bander quand elle t'a mis son thermomètre dans ton cher petit cul ? " Je proteste: "Bien sûr que non" mais je précise: "Ca s'est relativement bien passé, même si j'ai bien eu droit au thermomètre et à un examen "complet". Pénélope se reprend, même si quelques larmes coulent sur son beau visage, ce qui à mon avis, la rend encore plus désirable.: "Excuse moi, dit-elle, mais j'en ai encore la chair de poule quand je repense à son thermomètre et à ses réflexions déplacées…". Pénélope retrouve son calme et m'annonce tout de go: "Tu sais, j'ai beaucoup réfléchi depuis lundi, ce qui s'est passé dans la chambre de ma copine ce jour-là n'aurait jamais dû arriver. Tout est entièrement de ma faute, c'est moi qui t'ai dragué comme la dernière des putes. Mais j'ai réfléchi, je n'ai pas le droit de te prendre à ta copine, de baiser avec toi, même si c'était merveilleux lundi, que ce soit dans l'avion qu'on va prendre ou ailleurs. Je dois respecter votre amour…." A ce stade, Pénélope fond en larmes. Je na sais pas ce qui s'est passé, ou se passera, lundi, mais je comprends que Pénélope et moi avons sans doute baisé entre nos visites médicales respectives et que la jeune rousse en éprouve un remord qui parait sérieux. Je veux poser ma main sur celle de Pénélope, mais elle la repousse avec fermeté. Elle reprend la parole entre deux sanglots pour me congédier proprement: "Je t'en prie, laisse-moi, j'ai tellement honte de moi, va rejoindre les autres et oublie-moi. Moi, je ne t'oublierai jamais…." Un peu dépité, trouvant la réaction de Pénélope un peu exagérée, je quitte en effet le pub pour rejoindre les autres du groupe. Alors que je récupère mon sac pour préparer mon enregistrement, le responsable de notre groupe m'aborde pour m'annoncer que le départ de l'avion est retardé à demain matin. L'organisme de voyage a réservé pour nous des chambres dans un hotel à Paris, ou bien nous pouvons rejoindre nos familles ou amis et revenir le lendemain à 8 heures.Un peu tourneboulé par la réaction de Pénélope, je trouve une cabine téléphonique ( note de l'auteur: nous sommes en 1972 et les portables n'existent pas) et compose le numéro du cabinet de Chantal où ma copine doit se trouver. Après un certain nombre de sonneries, elle décroche, sa voix semble mal assurée : "Docteur Chantal Knecht …. Ah c'est toi, écoute, comme la fois précédente où tu as appelé pendant mes consultations, j'ai un patient…..j'interromps bêtement ma copine "à qui tu prends la température"...."Tout juste, et je viens à l'instant de couper le haut-parleur" je réalise que je viens de commettre une nouvelle gaffe. J'imagine la tête du patient en question. Et là, de manière curieuse ou diabolique, ma vision se transporte à l'intérieur du cabinet de Chantal où, outre ma copine, en jupe courte super sexy, assise au bord du lit d'examen sur lequel je voie un garçon d'à peu-prés mon age, nu sur le ventre sur le lit d'examen, avec un thermomètre planté dans son cul. C'est la première fois que je ''voie'' un mec se faire prendre la température et j'en suis quelque peu émoustillé. Je réalise que je bande et je panique à l'idée que Solange puisse s'en rendre compte. Et soudain, je réalise en voyant le visage pour le moins contrarié de ce garçon qu'il s'agit de mon ami Philippe. Je suis un peu surpris de le voir là. A-t-il eu l'idée de profiter de mon départ pour ajouter Chantal à la liste de ses conquêtes? Je note au passage que. Philippe est plus musclé que moi ( c'est pas difficile ) et je suis impressionné au passage par ses fesses fermes de sportif. Je me surprends à me demander à quoi ressemble sa bite et si le thermomètre dans le cul le fait bander. J'imagine un instant que j'aurais interrompu quelque chose entre Chantal et lui. Est-ce qu'elle a joué avec le thermomètre dans le cul du ''pauvre'' Philippe ou est-ce qu'elle a juste posé ses mains sur les fesses de mon ami. Je chasse ces pensées peu charitables et j''explique à Chantal la raison de mon appel: L'avion ne part que demain. La vision me permet de constater que Chantal se réjouit de cette nouvelle. Elle hésite un instant, puis m'annonce: "Je ferme mon cabinet après ce client, et je te rejoins. On va se faire 24 heures d'enfer au Hilton d'Orly, tu connais? J'arrive tout-de-suite.,"Alors que je suis encore au téléphone avec Chantal, ne serait ce que pour fixer un lieu de rendez-vous, la vision s'interrompt. J'entend la voix de Solange qui me propose une "troisième vision". L'exercice me plait plutôt et j'accepte sans hésitation.

Comments

arthur Il ya 6 ans  
clyso Il ya 6 ans  
Svensson Il ya 6 ans  
clyso Il ya 6 ans  
arthur Il ya 6 ans  
clyso Il ya 6 ans  
clyso Il ya 6 ans  
arthur Il ya 6 ans  
kytty Il ya 6 ans  
dudu Il ya 6 ans  
Svensson Il ya 6 ans  
kytty Il ya 6 ans  
Svensson Il ya 6 ans  
clyso Il ya 6 ans