Vues: 552 Created: 2014.08.09 Mis à jour: 2014.08.09

Une romance imprévue

Chapitre 19

Une romance imprévue - 73 ► 76

Je suis surpris, ahuri, par la demande de Solange. Je n'ai jamais donné de fessée à une fille, il faut dire que ma vie sexuelle se résume à une semaine avec Chantal. Et puis , j'ai un peu peur que la fessée ne devienne un substitut à la "baise romantique" que la jeune fille m'a promis. J'avoue mon ignorance à Solange, qui en rigole: "Tu ne vas t'en tirer comme ça, mon petit Honey, je suis surpris quand tu me dis que vous n'avez pas échangé quelques fessées, Chantal et toi, je sais qu'elle aime ça,....ou alors elle a peur que tu prennes ça mal à cause de votre différence d'age… ça la travaille beaucoup, tu sais…" Solange revient à sa demande: "ce n'est pas très difficile de donner une fessée, quand même. Je te demande de me donner une fessée, de taper sur mon cul..j'attends que tu te décides"

Tout en me demandant si la meilleure punition ne serait pas de ne pas donner suite à la demande de la jeune Alsacienne, je me dis que je dois quand même être capable de fesser Solange. Je lui donne une première tape sur les fesses. Solange rigole à nouveau: "Tu te fous de moi, ça, c'est pas une fessée, c'est une caresse appuyée, je ne dis pas que je n'aime pas, mais ce n'est pas ce que je te demande, Okay…" Je renouvelle mon geste, en m'efforçant d'y mettre plus de force. Là, je constate une réaction des fesses qui se contractent alors que je les touche. " C'est mieux, décrète Solange, maintenant, encore plus fort , s'il te plait". Peut-on qualifier cela d'une poussée d'adrénaline, je commence à me piquer au jeu et je frappe plusieurs fois le postérieur de la jeune fille avec beaucoup plus de force. Solange est contente: "C'est bien mon chéri,...là, tu me fais mal,....et j'aime ça." Tout en continuant de fesser la jeune fille, d'ailleurs c'est moi qui commence à avoir mal à la main, j'observe: "C'est quand même une drôle de punition, si tu aimes ça, non ?". "mais non, répond Solange, en fait, là c'est une punition pour ma méchante blague, mais nous sommes aussi en train de faire l'amour, tout autant que quand tu me mets ta queue où je pense" Emporté par mon élan, mais pas tout à fait convaincu par les arguments de Solange, je continue cependant de frapper le postérieur de la jeune fille avec vigueur. elle gémit et me supplie maintenant d'arréter mes coups. Ses fesses sont striées de marques rouges, je me demande si je n'y ai été un peu fort. Pantelante, la jeune fille se lève de sa position sur mes genoux et se précipite sur son lit où elle constate rapidement qu'elle ne peut rester allongée sur le dos, tant son derrière lui fait mal, et doit se tourner sur le ventre. "Tu m'as bien amochée, on dirait, dit la jeune fille en grimaçant de douleur,...mais je reconnais que je l'ai bien cherché".

Solange me demande de la laisser quelques instants reprendre ses esprits, mais m'annonce pour la suite, qu'elle va "me sucer jusqu'à la moelle". Maladroitement, je veux lui caresser ses fesses endolories pour la soulager. Elle proteste: "là, tu me fais encore plus mal, chéri, toi qui a eu des coups de soleil sur tes fesses, tu dois le savoir,..." Je retire ma main et attends que Solange soit disposée à reprendre notre séance de baise infernale. Je regrette de l'avoir frappée si fort, mais j'estime que c'est plus qu'un peu elle qui m'a poussé à le faire.

Une romance imprévue - 74

Je reste allongé sur le dos à coté de Solange elle-même sur le ventre . Elle n'a pas voulu que je lui touche ses fesses endolories, mais sa main à elle vient se placer sur mon entrejambe pour constater que je ne bande plus, alors que j'avais une belle érection depuis notre entrée tout à l'heure dans la chambre de la jeune fille; "Tu t'inquiètes pour moi ou tu as peur qu'on ne puisse pas baiser" interroge Solange, rigolarde malgré ses douleurs. Se levant avec peine, elle murmure: "Ne t'en fais pas, en tant que presque médecin, j'ai tout ce qu'il faut pour me soulager dans mon armoire à pharmacie". Se disant, elle se rend dans la salle de bain mitoyenne à sa chambre ou elle s'enferme un moment.

Elle en ressort, l'air soulagé, m'interpelant à nouveau; "Je me suis regardée, enfin j'ai regardé mon cul, dans la glace, on ne m'avais jamais esquintée à ce point, et j'ai pris quelques cachets. On peut reprendre nos petits jeux". "Mais, tu ne bandes toujours pas, Honey", note-t-elle en s'allongeant à nouveau sur le ventre à coté de moi. Une fois installée de manière pas trop inconfortable, la jeune fille pose sa main sur ma poitrine et annonce; "J'ai une idée pour "ranimer ta flamme". et joignant le geste à la parole, elle commence à me caresser les tétons. " J'adore tes petits seins" me dit-elle alors que son geste provoque rapidement son effet, au niveau des tétons, du moins. Pour ma queue, ce sera un peu plus long, mais je suis moi-même convaincu que l'érection de mes tétons amènera à bref délai celle de mon pénis. Je me laisse faire avec délectation. Solange est au moins aussi douce dans ses caresses que sa sœur.

Mon sexe retrouve peu à peu sa vigueur et se dresse bientôt, pointant vers le plafond. Solange prolonge un moment ses caresses de mes tétons par sa bouche. Estimant son objectif atteint, elle abandonne mes seins à leur triste sort et s'assiet au bord du lit, en commentant: "Ces antidouleurs américains sont remarquables, je ne sens presque plus rien". Elle me demande ensuite de me lever et de la rejoindre, comme hier "quand on a joué au docteur". je lui obéis et me retrouve ,debout, devant elle, mon sexe bien dressé. La jeune fille me palpe une nouvelle fois la bite et les couilles. Elle semble satisfaite de son examen et annonce crument: "Assez trainé, petit Honey, maintenant je vais te sucer". Elle joint le geste à la parole et sa bouche engloutit goulument ma queue.

La sensation est pour moi extraordinaire. Pendant que Solange s'occupe, et plutôt bien, de ma queue, variant à l'infini le rythme de la succion dont elle me gratifie, mes mains se posent sur les seins de la jeune fille, si doux, si fermes, si chauds, sur lesquels je fantasme depuis que j'ai vu la jeune fille, même si elle-même les juge trop petits. Ses mains à elle agrippent mes fesses. Je sens que je vais venir très vite et je convoque toutes mes pensées négatives, notamment la perspective de la visite médicale de demain, mais aussi de celles "annoncées" en Californie, pour retarder l'échéance. En même temps, je sens soudain que quelque chose a forcé mon anus, puis s'est glissé dans mon rectum et s'agite en moi comme un petit sexe qui me ferait l'amour. Je m'étais attendu à ce que la jeune Solange me mette un thermomètre avant de me sucer et je réalise maintenant que la jeune fille m'a carrément mis un doigt dans le cul. Je gagne plutôt au change.

Tout à coup, je ressens un formidable orgasme qui me laisse pantois et provoque chez moi une sorte de spasme des pieds à la tête, au moment où ma semence gicle en plusieurs jets successifs de quelques fractions de secondes dans la bouche de la jeune fille. Solange avale mon sperme avec avidité. Puis sa bouche rejette mon pénis flasque. "En fait, contrairement à tout ce qu'on raconte, le goût est assez dégue….. annonce-t-elle avec un sourire plus que pervers, mais c'était quand même pas mal". Je ne trouve rien d'autre à dire que "C'était vraiment fantastique, j'ai beaucoup aimé". Maintenant, fait Solange, tu vas, toi, me sucer avant qu'on baise vraiment".

Une romance imprévue - 75

Debout à coté du lit de Solange, Je reste un instant comme groggy après la formidable fellation dont la jeune fille vient de me gratifier. Elle m'a bien pompée, la salope. Ma queue pendouille lamentablement et je me demande si elle retrouvera sa vigueur tout à l'heure pour baiser Solange. cette dernière s'est à nouveau allongée sur le dos, les jambes légèrement écartées, offerte à mes caresses. Je la trouve vraiment splendide Elle affirme que ses fesses ne lui font plus mal. Pour ma part, je m'assois au bord du lit et mes mains se posent à nouveau sur les petits seins de la jeune fille. Mes mains palpent le corps, peu volumineux il est vrai, des seins et titillent les mamelons dressées. Solange veut arrêter ma main: "Je ne sais pas ce que tu as avec mes seins, tu sais que je ne les aime pas". Elle développe son propos: "je suis plate comme une limande,"as flat as a pancake" en anglais, J'ai autant de poitrine que Jane Birkin Elle ajoute narquoisement: "j'ai voulu te le dire tout à l'heure, mais j'avais quelque chose dans ma bouche" Tout en assurant Solange que j'aime bien Jane Birkin, j'abandonne à regret les seins de la jeune fille pour lui caresser doucement le ventre, avant de passer aux choses sérieuses. Alors que je lui caresse son ventre plat et ferme, mais à la peau si douce, Je repense malgré moi à la palpation hier de mon ventre à moi par la jeune fille, qui "révisait son anat" et à sa "blague" que j'ai du mal à oublier et à pardonner.

Je me déplace légèrement pour être au niveau du pubis de la jeune fille. Si dans l'ensemble, Solange et Chantal se ressemblent peu, j'ai la confirmation de ce que j'ai constaté hier en jouant au photographe : sous des toisons de couleurs différentes, les "chattes" des deux filles sont étonnement semblables Je joue quelques instants avec les poils de la toison de Solange, moins fournie que celle de sa sœur, blonde alors que celle de Chantal est d'un noir de jaie. Solange semble apprécier mes caresses, elle me dit: "Depuis que je t'ai vu à poil, j'ai constaté qu'il n'y a pas que les yeux que nous avons en commun, j'imagine nos deux toisons qui vont se mélanger tout à l'heure".

Avec, je l'espère assez de délicatesse, mes mains se font plus aventureuse et j'écarte carrément les grandes, puis les petites lèvres de la jeune fille et j'explore son intimité. Je suis conscient de mon ignorance en matière de caresses, mais je m'enhardis à tenter un cunnilingus Je ne dois pas être si mauvais puisque Solange gémit bruyamment lorsque je rend hommage à son clitoris, orgame auquel Chantal voue une affection particulière, qu'elle m'a fait partager. "Tu fais ça bien, estime la jeune fille entre deux râles, je suppose que je dois remercier Chantal pour ses leçons". Estimant avoir réussi mon examen de passage du cunnilingus, mes lèvres et ma langue ayant honoré le vagin et le rectum de la jeune fille, je laisse mes doigts se glisser profondément à l'intérieur du vagin puis du rectum et les laisse s'agiter vigoureusement. "tu me rends folle" commente Solange avant de m'inviter à cesser mes caresses audacieuses pour que nous puissions vraiment baiser.

Je me place sur elle dans la position traditionnelle du missionnaire. Solange prend en main mon pénis comme Chantal l'a fait plusieurs fois au début de notre relation et place mon organe à l'entrée de son vagin. Je donne un coup de rein ferme. Ca y est, je baise Solange….une sensation merveilleuse. Alors que je commence à aller et venir en elle, Solange me lance: "Attention, n'oublie pas de me regarder dans les yeux quand tu sentiras que tu viens…"

Une romance imprévue - 76

Alors que mon pénis dur va et vient dans le fourreau merveilleux du vagin de Solange, je ressens quelque chose de très fort, de très intense. Je n'ose pas dire que c'est mieux qu'avec Chantal, c'est différent. Impressionné par la séance de visions dont elle m'a gratifié, je me demande ce que les yeux de Solange peuvent me réserver pour l'orgasme. Je m'efforce, ce que je n'ai peut-être pas assez fait depuis le début de notre "baise romantique" de bien regarder Solange dans les yeux, au fond des yeux. Je suis toujours fasciné par le fait que, pour autant que je puisse juger, nous avons, elle et moi, des yeux exactement de la même couleur. Je me dis que trois siècles plus tôt, un soldat, j'imagine plutôt un officier, suédois de la Guerre de Trente Ans a dû mêler ses gênes à ceux de la famille alsacienne de Chantal et Solange. Pour en revenir à ces yeux, des années plus tard, une chanson parlera d'une fille aux "yeux révolver", je crois que l'expression ne peut mieux s'appliquer qu'à la sœur de Chantal à qui je suis en train de faire l'amour. Peut-on d'ailleurs parler de "faire l'amour" puisque nous sommes conscients tous les deux que notre "rencontre charnelle" d'aujourd'hui doit être un évènement unique et particulier de notre vie puisque, comme Solange l'a dit tout à l'heure "j'appartiens" en quelque sorte à Chantal.

Pour l'heure, je m'efforce de faire profiter la blonde enfant du peu que j'ai pu apprendre en moins d'une semaine avec Chantal et je varie le rythme des mouvements de mon pénis, tantôt rapides et de faible intensité, tantôt lents et investissant le plus loin possible le vagin de la jeune fille. Solange semble apprécier. Outre ses gémissements et les classiques "c'est bon" et "baise-moi" et les égrillards "met là moi bien au fond", elle multiplie les serments d'amour, quelque peu incongrus compte-tenu de ses déclarations un peu plus tôt. "C'est avec moi que tu dois vivre….Fuck Chantal et son gros cul…Je t'aime… Je t'aime tant". Alors que je besogne Solange avec toute l'énergie et le délicatesse dont je suis capable, comme tout à l'heure quand la jeune fille me suçait, je sens que Solange à glissé un doigt dans mon rectum qu'elle agite, elle aussi, selon un rythme variable. Percevant mon trouble, elle me dit de sa voix la plus perverse: "On a encore oublié de te mettre un thermomètre dans ton petit cul.. j'espère que tu n'es pas trop déçu que mon doigt le remplace"

A un moment, alors que je sens que je vais bientôt venir, malgré les pensées négatives, toujours liées à la médecine dans mon cas, que je mobilise, Solange me propose de changer de position, pour un "final en beauté". "J'ai cru comprendre que Chantal t'a dépucelé dans la "cowgirl position", je pense que tu apprécieras de conclure notre baise "romantique" de la même façon". Je ne peux qu'être d'accord. Maintenant, c'est Solange qui me chevauche. et qui en plus fixe le rythme de la fin de notre chevauchée fantastique. Alors que je sens que mon sperme s’apprête à gicler dans l'intimité de Solange et que je m'efforce de la fixer au fond des yeux avec le plus d'intensité possible, la jeune fille m'annonce: "Là, maintenant, tu vas voir ce que c'est qu'un orgasme, mon petit chéri"

Comments

arthur Il ya 6 ans  
clyso Il ya 6 ans  
kytty Il ya 6 ans  
arthur Il ya 6 ans  
Svensson Il ya 6 ans  
clyso Il ya 6 ans  
clyso Il ya 6 ans  
arthur Il ya 6 ans  
arthur Il ya 6 ans  
Svensson Il ya 6 ans  
arthur Il ya 6 ans  
Svensson Il ya 6 ans  
clyso Il ya 6 ans  
Svensson Il ya 6 ans  
clyso Il ya 6 ans  
Svensson Il ya 6 ans  
clyso Il ya 6 ans