Vues: 561 Created: 2014.08.09 Mis à jour: 2014.08.09

Une romance imprévue

Chapitre 21

Une romance imprévue - 81 ► 84

Alors que la Mustang traverse les villages endormis de l'Alsace profonde, Chantal se préoccupe de mon confort: "tu n'as pas froid, tu sais que j'aime mettre la clim au maximum...si tu veux de la musique, il y a des cassettes dans le vide-poches….si tu veux dormir, je suis capable de fermer ma gueule pendant tout le trajet,...on sera à Paris dans deux heures et demi" Toujours quelque peu frustré de ne pas conduire, je réponds de manière laconique: "Ca va, je vais essayer de dormir"

Un peu plus tard, alors que la puissante Américaine avale les kilomètres de l'Autoroute de l'Est et que l'aiguille du compteur de vitesse flirte avec les "120' affichés, ce sont des miles/heures, ce qui signifie quasiment 200 kilomètres/heures, j'entends distinctement que Chantal sanglote doucement. Cela m'inquiéte et, en parfait égocentrique que je suis, j'interpelle la jeune femme. " Chantal, qu'est-ce-que tu as? Est-ce-que tu m'en veux parce que je t'ai trompé avec Solange ?". "Mais pas du tout, réplique la jeune femme entre deux sanglots, d'abord, tu ne m'as pas trompé avec Solange, c'est moi qui t'ai mis dans son lit, ce qui n'était pas très sympa vis-à-vis de vous deux. Si je pleure, c'est parce que je suis nulle et que j'ai transformé ce week-end, qui aurait dû être merveilleux en un véritable cauchemar. D'abord, il y a eu cette blague, qui était vraiment déguelasse, puis il y a eu cette baise entre Solange et toi où je vous ai laissé seuls. Si j'avais été là, tu nt te serais sans doute pas évanoui, et puis ce matin, il y a eu mon attitude ridicule quand j'ai refusé que tu…." Elle hésite sur le mot à employer, mais finalement utilise celui qu'elle voulait éviter: "quand j'ai refusé que tu m'encules".

Je tente maladroitement de calmer Chantal. "Ecoute, cette blague, c'était peut-être un peu con, mais il me semble qu'on a dit que c'est oublié, pour la baise avec Solange, je crois que je suis un peu responsable, elle ne m'a pas violé que le sache. Et pour notre baise de ce matin, moi, j'ai trouvé ça super. J'ai eu et j'aurai, j'espère d'autre occasions de te sodomiser"

Mes paroles sont sans effet sur ma copine. Elle est dans son délire d'autoflagellation. Alors que ses pleurs augmentent encore d'intensité, elle réduit heureusement sa vitesse. "Cette nuit , tu parlais de me larguer, c'est tout ce que je mérite, tu es trop bien pour moi, mais tu ne t'en rends même pas compte. C'est moi qui doit décider de ne plus te voir, pour ton bien"

Réduisant encore sa vitesse, au point qu'un poids lourd belge nous double en klaxonnant rageusement, dans un éclair de lucidité, Chantal estime qu'elle n'est plus en état de conduire et annonce qu'elle va s'arrêter quelques minutes dès que possible. Cependant, elle est tellement perdue dans ses pensées qu'elle ne voit pas le panneau annonçant un parking. C'est moi qui le lui signale. La Mustang déboite et s'immobilise sur un espace désert, mal éclairé par des lampadaires blafards. Chantal coupe le contact et peut librement donner libre cours a ce que j'espère ête un délire: "Je ne te mérite pas. Le seul intérêt que je pourrais avoir pour toi, c'est le fric de mes parents, j'ose espérer que ce n'est pas ça que tu recherches. Trouve-toi une nana de ton âge, moins conne que moi." Ses pleurs redoublent de vigueur. Je commence à m'inquiéter de la situation. Consciente de son état, Chantal propose que je prenne le volant, ajoutant: "Profite en bien, c'est la dernière fois que tu conduiras la Mustang".

Face au délire de ma copine, qui contraste avec ses serments d'amour lorsqu'elle me prenait la température dans la chambre de Solange juste avant notre départ, je suis un peu héberlué.

Une romance imprévue - 82

"La donna e mobile", "Souvent femme varie". Je ne crois pas être particulièrement misogyne ou macho, mais je comprends mal l'évolution des sentiments, en quelques heures, de Chantal à mon égard. Je serais vraiment enchanté de reprendre le volant de la Mustang, mais pas si c'est pour perdre Chantal, j'essaie de raisonner ma "copine", si je peux encore la qualifier ainsi:

"Moi, je trouve que j'ai passé un week-end formidable, peut-être le plus beau de toute ma vie" Chantal me répond vivement: "ouais, à cause des cadeaux de mes parents" "Mais non, reprends-je, à cause de tout ce qu'on a fait, la pseudo visite médicale et les photos hier soir, les deux fois où on a baisé ce matin, le Hasselblad….". la jeune femme m'interrompt: " tu peux ajouter ta baise avec Solange, le super-orgasme qu'elle t'a donné, avec le résultat que l'on sait, et sa séance d'hypnose,...en fait, c'est avec Solange que tu t'es bien amusé ce week-end, pas avec moi,...nous, on s'est engueulé toute la nuit si je me souviens bien,.... c'est peut-être Solange la fille pour toi, avec son physique de "princesse des neiges", ses petits seins et son cul étroit",…d'ailleurs, est-ce que tu l'a enculée, elle?…et est-ce que c'était bien, mieux qu'avec moi ."

La conversation, si on peut parler de conversation puisque Chantal continue de sangloter en parlant, est plutôt mal engagée. J'essaie maladroitement de rattraper les choses: "Non, je n'ai pas sodomisé Solange et en ce qui concerne mes relations avec elle, tu te méprends totalement, ta sœur m'a dit qu'elle considérait que je t'appartenais et qu'elle ne chercherait jamais à prendre ta place…"

Un ange passe, Les pleurs de Chantal se font plus discrètes. Un peu calmée, elle reprend: "Tu ne veux pas comprendre , c'est parce que je t'aime vraiment très fort que je ne veux pas que tu gâches ta vie avec moi". Je réponds: "Mais, et si moi, j'ai envie de passer ma vie avec toi, ….je crois qu'il y a quelque chose de profond, vraiment très profond entre nous. En fait, ce qui m'a le plus touché pendant ce week-end, c'est quand tu es restée à me regarder dormir et ce que j'ai vraiment beaucoup aimé, c'est ce que tu a dit après, quelque chose comme que me regarder dormir, c'était pour toi, comme faire l'amour avec moi". D'une vois soudain plus assurée, Chantal me demande: "Tu penses vraiment ce que tu dis, là?"

Je réponds avec assurance: "Bien sûr". Chantal semble touchée. D'une voie redevenue chaude, métamorphosée par l'évidence qu'elle vient soudain de réaliser, elle me lance cette invitation sans ambigüité: "Alors, s'il te plait, embrasse-moi" Je défais ma ceinture de sécurité qui était restée attachée et je me tourne, avec quelques difficultés, vue l'architecture de l'intérieur de la bagnole, vers Chantal, jusqu'à ce que nos visages se touchent. Nos bouches se rejoignent en un baiser particulièrement sensuel. Avons-nous déjà eu un baiser aussi profond, aussi chargé de sens? Après notre étreinte, Chantal me dit: "ne t'inquiète pas, si je pleure encore, c'est de joie, de bonheur" et son discours change radicalement: "Je t'aime vraiment très fort, tu sais, je ne veux plus te larguer, même pour ton bien, je veux qu'en continue ensemble, jusqu'à ton voyage en Californie et même après, je suis sûr que ça continuera et qu'on pourra trouver des solutions…." Chantal prend ma main et la serre très fort dans la sienne" La crise est passée.

Une romance imprévue - 83

La crise passée, nous nous accordons quelques minutes pour récupérer. Mais il faut tout de même songer à rentrer à Paris. "Alors, tu me passes le volant" demandé-je avec une certaine impatience à ma copine. Elle me répond d'un ton qu'elle arrive à rendre énigmatique; "Je ne crois pas que ce serait une bonne idée...tu vas être très fatigué, sous peu.." Je ne comprends pas ce que veut dire la jeune femme, qui maintenant rigole carrément. Accentuant sa pression sur ma main, Chantal me dit de sa voix la plus suave: "Depuis qu'on a quitté la bicoque de mes parents, oui je l'appelle comme ça de temps en temps, j'ai très, mais alors vraiment très, envie de toi,...mon petit Honey, et tu vas passer à la casserole, là maintenant".

Je suis, comme souvent avec ma chère Chantal, un peu éberlué. "Quoi,...tu veux baiser,... là dans la bagnole,….et puis je croyais que je devais me ménager après mon évanouissement". "Tu ne vas pas jouer ta chochotte quand même, c'est toi le mec dans notre couple, non" répond sans cacher son ironie ma copine. Elle poursuit: "Ton évanouissement, c'était, malheureusement pour moi, après le super-orgasme de ma chère sœur, là, au mieux, tu auras un tout petit orgasme minable,.... de mec, justement,.. en tant que médecin, je peux t'assurer que ton cœur tiendra" Elle ajoute encore: "En fait, non seulement j'ai envie de toi, mais j'ai l'image de mon refus de ce matin dans la salle de bain qui me poursuit,....bref, je veux réparer ça…" Si je reste quelque peu surpris par la proposition explicite de ma copine, l'idée de faire l'amour avec elle, et même si je comprends bien de la sodomiser, ne me déplait pas, bien sûr. Je constate que j'ai retrouvé mon érection.

"Maintenant, me dit Cantal sur un ton autoritaire, tu vas faire exactement ce que je te dis, okay, mon petit Honey…. tu vas sortir de la voiture et tu vas te mettre debout devant moi, qui aurai bien sûr ouvert ma porte." J'obéis à ma copine, abandonnant comme souvent depuis le début de notre relation, tout amour-propre. Quittant notre intérieur climatisé, j'ai l'impression d'une chaleur intense quand j'ouvre la lourde porte du coupé. Je fais le tour de la voiture et je constate, sous l'éclairage blafard de ce parking désert, que Chantal a ouvert sa porte et se tient assise sur le bord de son siège

Debout face à elle, je réalise que ma situation reproduit exactement celle qui devrait être la mienne demain face au médecin, la doctoresse si la prédiction de la "vision" se confirme, pour cette fameuse visite médicale qui m'angoisse tant. Chantal a gardé les habits qu'elle portait quand elle s'est occupé de moi tout à l'heure, jupe plissée pas trop courte et chemisier blanc largement ouvert. Ce que j'aperçois des cuisses charnues et des seins fermes de ma copine maintient la vigueur de mon érection et accélère mon rythme cardiaque. Je devine à quoi m'attendre. "Dèsolé si ça te rappelle tes visites médicales, dit en souriant Chantal, mais je veux d'abord m'assurer de la fermeté de ton engin,...n'oublie pas que je suis médecin". Elle soulève mon Tshirt et m'invite à m'en débarrasser. Elle ouvre ensuite mon jean qu'elle laisse tomber sur mes chevilles et constate en voyant la bosse de mon slip que j'ai une belle érection. "Waouh" fait-elle en appréciant la fermeté de mon sexe à travers l'étoffe. Tout en faisant glisser mon slip, Chantal rigole: "tu feras moins le fier demain devant un vrai toubib...pas vrai, Honey"; La remarque de ma copine manque me faire perdre mon érection, mais je suis trop excité et c'est un pénis bien droit qui se dresse face à la jeune femme.

Une romande imprévue - 84

Debout nu face à Chantal habillée assise sur le bord de son siège, la situation dans laquelle nous nous trouvons me renvoit aux différentes visites médicales que j'ai passées avec leur mélange d'humiliation et d'excitation. Cependant, alors que, à toutes les visites médicales que j'ai passées, j'aurais été incapable de bander, là, ce soir, peut-être parce j'ai oublié que Chantal est aussi médecin, je bande, et pas mal. Ma copine apprécie de ses doigts habiles la fermeté de mon pénis et exprime sa satisfaction. "Tu m'impressionne, Honey, ...Après la journée que tu as passée et au moins quatre orgasmes, y compris le super-orgasme que t'a procuré ma sœur, tu me parais en mesure de remettre le couvert et de satisfaire mon petit caprice". Satisfaite de son examen de mon pénis, l'attention de Chantal se porte sur mes testicules qu'elle fait longuement rouler entre ses doigts. "J'adore tes petites couilles" note au passage la jeune femme, tout en se corrigeant immédiatement: " enfin, petites, c'est une façon de parler, elles sont plutôt grosses en fait". Face à toutes ces appréciations sur mes capacités, en petit mâle satisfait, je bois du petit lait.

Chantal abandonne mon pénis qui se dresse fièrement face à elle et, sur un ton curieusement autoritaire me demande: "Maintenant, mon petit Honey, tourne-toi et montre moi ton joli petit cul". Un peu surpris par la demande de ma copine, je m'exécute cependant. C'est lorsque je réalise que ma girlfriend a récupéré son sac, style besace, sur la banquette arrière de la Mustang et que je l'entend farfouiller dans le sac en question que je comprends ce qui va se passer, et qui n'est pas pour me déplaire. J'ai bientôt la confirmation de mon intuition lorsque je sens que Chantal m'écarte fermement les fesses et glisse dans mon anus un thermomètre, qu'elle enfonce avec détermination au plus profond de mon rectum. L'instrument mis en place, Chantal m'explique de sa voix chaude: "Là, mon petit Honey, je te prends la température, pas uniquement pour m'amuser, même si tu sais que j'aime bien prendre la "tuture-cucul" aux petits garçons, ...ta température, après ton évanouissement, m'a paru un peu basse et m'a inquiété. . alors je vérifie qu'elle remonte bien,... tu comprends, Honey" Il n'en faut pas plus pour paniquer l'hypocondriaque extrème que je suis. Même, si j'apprécie énormément de me faire "thermomètrer" par Chantal, qui, comme à chaque fois, me gratifie des petits mouvements pervers de son thermomètre, je suis préoccupé par l'inquiétude dont vient de ma faire part ma copine. "Tu penses qu'il y aura une "tuture-cucul" demain à ta visite" m'interroge Chantal. Le temps que je réponde: "Hélas oui, puisque c'est inscrit sur le formulaire à remplir", la jeune femme me retire d'un coup sec le thermomètre et lit le résultat, avec difficulté, à la lueur d'une des veilleuse de sa bagnole. "C'est très bien, Honey, ta température redevient normale,.... 37,0 si tu veux le chiffre, petit hypocondriaque, ….Tu sais ce que cela signifie ?" Soulagé, je réponds du tac au tac; "Que je peux te baiser" ."Tout juste, reprend Chantal, et même plus, si tu vois ce que je veux dire". Je vois.

A ce moment, Chantal s'extrait de sa voiture. Elle pousse un soupir: "Il fait vachement chaud, non…." Sur ce, elle se débarrasse de ses vêtements et se plante, entièrement nue, face à moi, tout aussi nu, et décrête: "Maintenant, tu vas pouvoir faire ce que tu voulais faire ce matin". Comment refuser une telle invitation ?

Comments

clyso Il ya 5 ans  
kytty Il ya 5 ans  
clyso Il ya 5 ans  
arthur Il ya 5 ans  
clyso Il ya 5 ans  
Svensson Il ya 5 ans  
clyso Il ya 5 ans  
arthur Il ya 5 ans  
clyso Il ya 5 ans  
arthur Il ya 5 ans  
clyso Il ya 5 ans  
Svensson Il ya 5 ans