Vues: 437 Created: 2017.04.08 Mis à jour: 2017.04.08

Mona et Janig

Chapitre 2

Mona et Janig… (2)

On a encore tisés(picolés) chez les Pays, et pis pas des p'tits verres, sauf pour ceux qui prennent de l'eau de feu, Janig m'a demandée si je rentrais avec elle pour voir son nouvel appart, j'ai dis oui, j'avais une vieille envie de lui manger la moule et de tremper mon pinceau en lui faisant des trucs dégoutants, elle aussi avait des envies car elle essayait de s'asseoir sur mes genoux alors que j'étais debout, Mona nous regardait de loin nous faire des papouilles, avec un air envieux mais consentant, le temps que j'aille me vider l'eau des pommes de terre, elle parlait avec Janig quand je suis revenus des cagoinces, Mona veut rentrer avec nous, me dit Janig, je lui répond, c'est toi qui voit, c'est chez toi, mais je viens d'avoir comme une bouffé de chaleur à la poitrine, une émotion sans doute, les choses se précisaient et j'avais rien eu à faire pour, Janig lui dit que ça la gêne pas, Mona lui répond, "juste amicalement", alors on s'est fait la soie(on se casse) du trocson pour aller prendre le dur, comme y en a plus, on prend un tacos, pendant le trajet, personne ne l'ouvre, pas de câlins, pas de mains baladeuses, j'commence à penser qu'on vat là-bas pour cuver et roupiller, va savoir où ça commence la pudeurs chez les mousmés et où ça s'arrête, le "juste amicalement" de Mona me revient à l'esprit, peut-être ne veut elle rien de plus que de l'amitié…

Arrivés à son appart, on visite, trente m2, c'est sur qu'c'est mieux qu'sa cellule de trois mètres sur trois de chez les P'tit Travail Tranquille, elle nous sert une tite prune de par chez elle, Mona va pisser, c'est pas insonorisé, on entend le jet dans la cuvette, j'regarde Annie, elle sourit avec une moue presque gourmande, Mona passe à la salle de bain, revient et c'est Janig qui y va, normal avec toute la bière que l'on s'est mit dans le cornet, Mona entend Janig faire son pipi mais ne me regarde pas, elle a l'air gênée car elle comprend qu'on l'a entendus faire le sien, j'y vais à mon tour pendant que Janig va faire ses ablutions, je balance les quinze litres que j'ai picolé, une vraie lance à incendies, quand j'reviens, j'ai droit aux commentaires égrillards de Janig…

- Ben dis donc… quel jet… y en aurait eu pour tous le monde…! Ricane Janig avec comme un regret dans la voix.

Mona a un sourire en coin, elle semble attendre avec une légère inquiétude la suite des événements ou c'est de l'impatience, j'ne sais pas trop, c'est Janig qui précipite les choses en disant que le lit est assez grand pour trois, un padoque à l'ancienne que Janig a récupérée aux puces …

- Assez grand pour trois…? interroge Mona en regardant le plumard, c'est vrai que Janig l'a pas prit p'tit, on sent qu'elle aime ses aises ou qu'elle avait l'intention d'y mettre du monde en l'achetant…

- Je peux te mettre un matelas par terre si ça te gêne…? C'est comme tu veux… lui répond-elle en commençant à se dessaper.

Je fais pareil, Mona nous regarde faire un instant puis se décide à faire comme nous, ça se fait au ralentis, on voit que ça hésite un peu, qui sera celle ou celui à poil en premier, Janig à tamisée la lumière avec un tissus sur sa lampe de chevet, je garde mon caldé, pas par pudeur mais parce que j'aime bien que l'on me l'enlève puis j'm'affale sur le pieux, Janig me rejoint en culotte, ses petits nibards à l'air, elle se couche à ma gauche, Mona nous rejoint, gardant teeshirt et culotte, elle nous demande où elle se met, Janig lui dit en rigolant de venir à côté d'elle si elle a peur que j'lui fasse des choses, elle lui dit qu'elle est con, en rigolant et se met à ma droite, il y a comme un silence de mort pendant un moment, personne ne bouge, personne ne parle, tous le monde regarde le plafond où il ne ce passe rien…

J'avance une main timide vers Mona et une autre moins timide vers Janig qui se love contre moi, me caresse le torse en me léchant la gueule, puis envoie sa main directement dans mon calbar pour jouer avec mes affaires, Mona a prit ma main et l'a posée sur ses seins, je les caresse puis joue avec ses tétons qui durcissent doucement, je tourne mon visage vers elle, elle attrape ma bouche et nous nous roulons une pelle, Janig me suce les tétons puis fait glisser sa langue vers mon bas ventre, elle baisse mon slip et commence à me sucer le prépuce en me caressant les couilles, elle demande à Mona si elle peut me le faire, elle lui répond que ça ne la gêne pas qu'on le fasse devant elle, je lui demande si elle a envie aussi, elle me répond qu'on est pas obligés de faire attention à elle…

Mona nous regarde en glissant une main sur ses seins pour les caresser, je découvre Mona la mateuse, elle semble vouloir regarder le spectacle en se donnant du plaisir elle-même, Janig est maintenant à genoux et me suces face à Mona, délicatement, en me massant la queue des deux mains, Mona rehausse son oreiller pour mieux voir, elle ne me suce jamais, je lui ai demandé plusieurs fois de me le faire mais elle a refusée en disant que ça l'étouffait, j'ai trouvé cela étrange comme réponse, on est pas obligé de se la mettre au fond de la gorge pour le faire, je me suis dis après qu'elle avait due vivre une mauvaise expérience de pipe forcée ou un truc dans le genre, une bite sale peut-être aussi, ou elle n'aime pas le sperme, mais là, rien n'oblige d'avaler non plus, j'en parlerai à Janig…

Je glisse une main dans la culotte de Mona pour lui caresser le gazon, elle écarte les cuisses, me faisant comprendre qu'elle veut plus bas aussi, sa chatte est trempée, sa culotte est trempée, ça doit faire un moment qu'elle a envie de ce moment, Janig me tend ses fesses et je fait glisser son slip, elle se met en soixante neuf sur moi, me donnant sa vulve à brouter, croupe tendue et cuisses largement écartées, elle sent bon, je continus de doigter Mona d'une main pendant que de l'autre, je caresse les fesses de Janig, frôlant son sillons culier des doigts, tout en lui suçant la figue, Mona se redresse et viens à genoux regarder ce que je fais à Janig, par le fait, elle me donne plus d'accès à sa fente et à sa raie, son anus est accueillant comme à son habitude, elle est trempée de là aussi…

Alors je lui rentre mon pouce dedans pendant que mes autres doigts lui caresse la moule, je l'entends pousser un soupir d'aise, mon autre main sur Janig à glissée dans sa raie et je titille sa rosette de pucelle en y passant la langue pour la lubrifier, elle contracte sa petite entrée mais frotte sa vulve sur ma bouche, son nectar intime me dégouline sur les babines, je suis le plus comblé des hommes, deux filles pour moi tout seul avec chacune sa spécialité, Janig l'excellente pipeuse, Mona la belle sodomite, pourtant il reste encore des choses à faire pour que mon plaisir soit total, j'attends le moment où elles auront devant moi des gestes affectueux l'une envers l'autre, je ne veux pas les y inciter, je souhaite que cela vienne d'elles, naturellement, sans obligation, comme elles qui ont décidées d'être trois ce soir.

J'ose quand même un rapprochement féminin, je prend la main de Mona et la pose sur les fesses de Janig qui ne voie rien, occupée à me sucer la bite, Mona retire sa main, je recommence, elle la laisse mais ne caresses pas le derrière de Janig, quand je me salive le doigt pour entrer une phalange dans l'anus de Janig, elle baisse les yeux, gênée, quand je le ressort pour le sucer et le remettre encore, elle se cache le visage derrière les cheveux mais laisse flâner sa main sur les courbes fessières, elle y vient petit à petit, Janig s'agite sur ma bouche et ma langue, je le sent prête à jouir, Mona aussi remue sur mes doigts, le regard fixé sur les vas et viens de la bouche de Janig sur mon engin, ceux de ma langue sur sa chatte, et le bout de mon doigt dans son anus, son bassin est prit de spasmes…

Les gémissements de mes amoureuses s'amplifient et se mélangent, Janig se cambre sur mon visage et m'arrose copieusement, Mona en voyant les giclées de plaisir crispe ses doigts sur les fesses de Janig et jouit à son tour en me mouillant la main, Janig me branle énergiquement en me suçant le gland, j'éjacule en plusieurs saccades dans sa bouche puis je vois les yeux de Mona s'agrandir quand Janig, provocante, lèvres entrouvertes, lui montre ma semence débordant aux commissures avant de l'avaler, c'est comme un message envers elle qui semble vouloir dire, moi je le suce et je l'avale, pas toi, Mona reste silencieuse quelques secondes puis comprenant l'allusion, lui répond en basculant en arrière pour lui montrer mon pouce planté dans sa rondelle, saisissant ma main, elle le fait aller et venir en elle…

Janig a saisie le message, allusion à sa virginité anale, mes deux cochonnes sont en concurrence, l'une fait ce que l'autre refuse et réciproquement, je crains un instant l'affrontement jaloux et possessif mais le calme se fait, ce silence extatique qui vient juste après l'orgasme, mes deux femelles se couchent à mes côtés, chacune m'enlace et moi toutes les deux, petites bises et câlins, nous restons silencieux bercés par le rythme de nos souffles qui s'apaisent, je m'enfonce dans un sommeil post-coïtale bienheureux, plus tard j'entends les filles se lever pour aller aux cagoinces, elles font leur pipi ensemble en discutant à voix basses, quel en est le sujet, moi…?, elles…?, nous…?, ou apprendre à bien faire une pipe ou de se laisser sodomiser, je ne sais, je me lève à mon tour pour aller pisser, elles se taisent…

A SUIVRE…

Comments

arthur Il ya 7 ans  
arthur Il ya 7 ans  
mondoi Il ya 7 ans  
mondoi Il ya 7 ans  
arthur Il ya 7 ans  
clyso Il ya 7 ans  
mondoi Il ya 7 ans  
arthur Il ya 7 ans