Vues: 408 Created: 2017.04.11 Mis à jour: 2017.04.11

Mona et Janig

Chapitre 3

Mona et Janig… (3)

Le lendemain au matin, nous prenons le p'tit dèj ensemble, les filles sont en petites tenues, culotte et teeshirt, je les embrasse sur la bouche toutes les deux avec une main au cul pour chacune, j'ai le droit à un massage furtif du paquet en signe de bonjour, cela me durcit de suite et elles en rigolent, mais le kawa passe avant tout, personne ne parle de la soirée de la veille, seuls les regards échangés entre deux croissants sont porteurs de sentiments troubles, comme interrogateurs sur le possible d'une continuité à trois, avec en suspend la question de ce que chacun désir y faire ou y vivre, il ne faut pas confondre complicité féminine et désir de saphisme, surtout si c'est là le fantasme de l'homme, c'est-à-dire moi, sont elles attirées l'une par l'autre ou juste des amies se partageant un mec…?

Les deux femmes sont face à face, chacune prenant son plaisir à des allusions pour troubler l'autre, Janig regarde Mona, Mona regarde Janig, elles se toisent gentiment, sans provoc, dans un naturel exquis…

- Tu as de beaux seins…dit Janig.

- Ils sont trop gros…répond Mona

- Pffff…t'as vue les miens…? Tout juste des petites poires… ajoute-t-elle

- Elles sont mignonnes tes p'tites poires… lui dit Mona avec un sourire affectueux

- J'aimerai bien avoir les mêmes… Je peux les toucher …? demande Janig en se levant pour venir derrière Mona

La tournure que prend la situation me plait et me durcie la verge, Mona dit oui aux mains de Janig qui se posent sur sa poitrine, enveloppantes, caressantes, puis bientôt malaxantes, elles soupèsent les mamelons aux pointes qui se durcissent.

- Je peux aussi…? demande Mona en se levant pour lui faire face

Avançant les mains vers les poires de Janig, celle-ci bombe le torse dans une acceptation muette, Mona lui rend ses caresses, douce et attentive à son plaisir

- Je t'aime bien…lui dit Janig

- Moi aussi… réponds Mona

Je vois leur visage se rapprocher l'un vers l'autre et leurs bouches s'épouser dans un patin torride, la chose est maintenant certaine, ces deux la on des envies d'amitiés particulières, leurs mains partent à la découverte des courbes de chacune dans de doux effleurements, le moment est magique d'érotisme, le saphisme fantasmé prend corps, ma queue se tend à l'extrême dans mon caldé, les deux jeunes femmes se tournent vers moi et me tendent la main, invitation silencieuse à les rejoindre dans leur étreinte affectueuse et charnelle, je me lève, dévoilant la turgescence qui déforme mon slip, les filles en sourient et m'attirent à elles pour une pelle baveuse à trois bouches, pas facile à réaliser la première fois, nos bras nous enserrent puis les mains glissent sur les peaux électrisées par le désir…

Janig est fascinée par les seins de Mona et en tète les pointes, celle-ci semble la materner, la couvrant de bises et de câlins, à la différence qu'elle en fait plus qu'une nounou, glissant une main dans sa culotte pour lui caresser la vulve, Janig le lui rend bien, j'entends le clapotis des doigts sur les fentes trempées, les mains restées libres m'ont baissées le slip et s'activent sur mon dard et mes fesses, nous sommes telle la pieuvre à trois têtes s'auto-satisfaisant de toutes ses tentacules, sans concertation, mus par les mêmes envies, nos pieds glissent doucement sur le sol comme un slow imprévu en directions du lit, arrivés à la couche qui nous tend ses draps, nous nous y affalons, finissant d'enlever les culottes déjà mouillées d'émoi et libérant les intimes parfums montant des chattes en feu…

Encore hésitantes à passer à l'acte pure, les filles s'embrassent et se caressent encore, chacune veut goutter l'autre mais juste du bout des doigts, c'est Janig qui ose la première descendre à la cave, accroupie entre les cuisses écartées de Mona, elle lui broute le minou avec délicatesse, je tend ma bite à Mona, espérant qu'elle y dépose quelques baisés, même si elle ne suce pas, elle pourrai me la lécher mais elle me prend juste la queue en main et commence à me branler à sec, Janig qui a vue la chose, remonte de l'entre cuisse pour venir saliver sur mon gland et donner quelques coups de langue en lui disant que c'est comme ça qu'il faut faire…

- N'ai pas peur… ça n'étouffe pas les léchouilles… Tu as déjà léché une glace et des sucettes…? Et bien c'est pareil… dit-elle en lui montrant l'exemple.

Mona fait oui de la tête et entrouvre timidement la bouche pour sortir sa baveuse et me lécher le grand chauve, Janig redescend à son ouvrage, gourmande et appliquée, elle enfonce son visage dans la vulve ouverte et dégoulinante, je l'entends laper et sucer les chairs, Mona ferme les yeux par instant, dégustant les douces caresses buccales qu'elle reçoit puis elle revient du bout des lèvres sur ma bite, elle semble s'habituer à la sucette de viande, elle s'enhardie et en lèche la longueur et le gland, le happant même de ses lèvres, je ne cherche pas à le lui faire emboucher complètement, pas de brusquerie, laissons faire le temps, elle vient de franchir une barrière, de plus, elle se laisse aller au plaisir que lui donne Janig en oubliant le mien, alors je quitte sa bouche pour aller manger la moule de Janig…

Accroupie entre les jambes de Mona, elle me tend sa croupe impudiquement, réclamant par son offrande que je m'occupe d'elle, je contemple un instant son petit cul, fesses mignonnes et rondes séparées par une raie légèrement duveteuse où nichent ses trente six plis, rosace brunâtre hermétiquement serrée qui attend son jour, plus bas, son abricot fendu au pelage châtain et lèvres roses d'où s'échappe un filet de mouille qui lui pendouille de la figue, je m'agenouille de suite pour aller le lui laper du plat de ma langue, de suite le parfum de sa chatte me vient au nez, Janig ne s'est sans doute pas lavée ce matin, elle sent bon le pipi, mélangé à son abondant mucus, la chose est délectable, une chatte, ça doit sentir la chatte, mais pas trop, et là, je suis gâté, le parfum de son entre-fesses en rajoute au plaisir…

Janig m'accueille en collant sa vulve à ma bouche et remuant son derrière, elle sait qu'elle sent bon de la foune et que cela me plais, elle se la lave sur moi, le double effet Kiss-broute, toilette intime et plaisir des muqueuses, son œillet plissé est à portée de doigt, je salive dessus et commence une douce stimulation afin de le détendre, Mona est en extase de par ce qui lui arrive, une fille entre ses cuisses lui lèche la vulve, sa première fois on dirai car elle n'arrête pas de murmurer, ma Doué, ma Doué…(mon Dieu, en Breton), la scène me rend dingue au point que je voudrai tout leur faire et leur faire faire, l'anus de Janig s'assouplit, sa chatte bouillante dégouline, alors je me relève et lui enfonce mon pieux dans la foune, je ne résiste pas à pénétrer sa rondelle d'un doigt entier mouillé de salive…

Elle proteste en me râlant "Ailleuuu…!", mais se laisse faire, Mona lui demande qu'est-ce qu'il se passe, elle lui répond dans un souffle, "il m'a mit un doigt dans le cul…!",

- Ce n'est pas grave… Laisse-toi faire… Tu vas aimer … Moi j'aime ça… lui dit Mona.

- Mais il ne m'a pas demandé avant…! proteste Janig.

- Et moi…? J'ai besoin de te demander avant…? interroge Mona.

- Hein…!? Pourquoi…!? Tu veux que je te…Heuuu…?! Tu veux pareil…??? lui demande Janig qui a relevée la tête interloquée.

- Si tu veux me le faire… J'aime bien… lui répond Mona les yeux fermés et se cachant le visage avec l'oreiller, comme honteuse de lui avouer cela.

Ca devient de la folie entre les deux filles alors qu'il y a si peux de temps, je n'aurai même pas osé les faire se rencontrer ni faire la moindre allusion au plaisir entre femmes devant elles, voilà que j'assistais médusé au glissement progressif vers la découverte de leurs bissexualité, je ralentis le burinage vaginal de Janig pour la regarder faire, elle laisser couler un filet de salive de sa bouche sur l'anus de Mona puis se met à lui caresser délicatement l'ouverture boursoufflée, je connais sa façon délicate, elle me l'a fait furtivement quelque fois, Mona a ramenée ses genoux vers sa poitrine qu'elle tient des deux mains en se malaxant les seins, Janig prolonge l'attouchement anal, semblant encore hésiter mais bientôt, je vois une phalange glisser dans les plis, puis une autre, et enfin tout le doigt…

Mona, les yeux toujours clos, se mord l'avant bras en laissant fuser un gémissement étouffé, quand Janig commence à lui masser le sphincter de lents vas et viens en retournant à son ouvrage buccale, les ma doué…ma doué… recommencent, mais plus rauques cette fois, comme Janig ne se plaint plus de mon index dans son cul, je copie le rythme et les mouvements qu'elle donne au sien tout en continuant le ramonage de sa chatte étroite et mouillée, je veux les voir jouir avant moi, j'y met un point d'honneur mais surtout de curiosité dépravée, c'est tellement bandant de les voir se faire plaisir, de regarder la honte de Mona qui découvre qu'elle aime se faire brouter par une femme, de voir l'excitation de Janig qui commence à bander de l'anus tellement elle pousse pour se le faire doigter profondément…

Je n'en peux plus de cette débauche de sens, je lime doucement mais le plaisir monte, s'est Mona qui se libère la première après avoir aussi retenue ce qu'elle voulait cacher à Janig, sa jouissance fontaine, le bassin agité de convulsions spasmodiques, elle lui asperge le visage de plusieurs jets en la tirant par les cheveux pour que sa bouche reste collée à sa fente et boive son nectar, Janig avale goulument tout ce qu'elle peut capter, adorable pisseuse qui aime tant me boire quand je l'arrose, la voilà qui déguste avidement le jus de femme, cela participe sans doute à la venue de son orgasme car je sens son liquide me ruisseler sur les couilles au moment où elle pousse des gémissements mélangés au clapot de sa langue sur la chatte de Mona et de ma queue dans son vagin gluant, elle fait sous elle…

A SUIVRE…

Comments

mondoi Il ya 7 ans  
mondoi Il ya 7 ans  
clyso Il ya 7 ans  
arthur Il ya 7 ans