Glafritte
1 members like this


Vues: 615 Created: 2015.02.04 Mis à jour: 2015.02.04

Danièle et Catherine

Chapitre 2

Le lendemain matin, après une nuit très active sexuellement, Danièle se leva la culotte trempée jusque sur sa chemise de nuit de nylon bleu. Les deux ne purent absorber l'abondance de semence de Monsieur qui éjacula abondamment dans les entrailles de sa belle durant la nuit. Malheureusement, il dut partir tôt ce matin, l'empêchant d'honorer sa belle Danièle une dernière fois avant sa journée de boulot. Danièle qui ne demandait que cela se leva malgré tout, l'entre jambes dégoulinant de sperme. Elle ôta délicatement sa jolie culotte à dentelle rose qui se voyait à travers sa chemise de nuit, afin de ne pas étaler de sperme sur ses bas à pois noirs qu'elle avait mis hier soir. Dans le lavabo, Danièle lança sa culotte devenue éponge. Un bruit sourd se fit entendre lors de l'arrivée de ce morceau de tissus doux sur la faïence de l'évier, tellement il était imbibé de semence masculine. Danièle ouvrit un de ses tiroirs de lingerie et sortit une autre culotte, qu'elle enfila délicatement, en prenant soin de se mettre devant la fenêtre qui donnait sur l'immeuble en face si un voyeur désirait se masturber en la voyant. Danièle a ce côté exhibitionniste qu'elle a cultivé depuis son expérience libertine.

Les jarretières autofixantes de ses bas et sa culotte apparentes à travers sa chemise de nuit, Danièle descend les escaliers avec son innée élégance, puis rejoint la cuisine pour préparer son café. Chacun de ses gestes son érotiques.

Assise, les jambes croisées, Danièle pense à Catherine et ses couches. Une multitude de questions envahissent son esprit. Pourquoi, comment etc... Le regard perdu dans sa tasse de café, Danièle se remémore les paroles de son amie. « Catherine n'est pas folle, c'est mon amie et je la connais bien » se dit-elle, malgré tout avec le sentiment d'avoir été trahie car Catherine ne lui avait pas TOUT dit depuis qu'elles se connaissent. La tasse terminée, la vue du change complet que Catherine avait glissé dans son sac lui revint à l'esprit. Cet accessoire était caché au cœur de ses petites culottes, dans un de ses tiroirs... Qu'en faire ? Se dit-elle.

Elle avait rendez-vous avec son amie dans 3 heures, ce qui lui laissait largement le temps de se préparer.

Que faire ?

En premier lieu, Danièle choisit ses sous-vêtements. Pour aujourd'hui ce sera son porte jarretelles à 6 jarretelles en satin rouge avec sa nouvelle paire de bas nylon noirs. Très discret mais hautement élégant. Puis elle sortit sa robe fuchsia plissée avant d’attraper le soutien gorge assorti à sa culotte de chez « secrets in lace » ; Excellent magasin en ligne qu'elle avait découvert.

L'esprit rendu brumeux par cette couche, Danièle ôta sa culotte de nouveau remplie du sperme de Monsieur... Décidément cette couche qui dormait au cœur de son tiroir privé la perturbait. Deux culottes, une paire de bas et une chemise de nuit à laver... La présence de ce sperme qui coule sans cesse lui fait penser à ce change complet doux qui attend dans le tiroir,,.

Elle accelère et passe à la douche laquelle lui remet les idées au clair.

Notre belle quinquagénaire, fraîche et propre s'enduit de crème et se parfume délicatement. Derniers moment de réflexion ultimes. Daniéle ouvre son tiroir, en extrait la couche de Catherine et la jette sur le lit avant de la déplier et de l'observer à côté de sa lingerie qu'elle venait de sortir. L'inconnu est trop fort, la petite femme est curieuse et étale la couche sur le lit et se pose dessus, honteuse. Elle saisit l'avant et le rabat sur son ventre . Des sensation inconnues l'envahissent et elle ne peut résister à poursuivre... Elle décolle le premier scotch et le colle sur le devant en prenant soin de bien serrer les jambes. Même chose de l'autre côté, puis avec les scotchs hauts de chaque côté. Les yeux fermés, Danièle se tortille sur le lit conjugal en caressant sa couche sur le devant, l'arrière et les côtés. Debout, elle ne peut s’empêcher de se regarder dans le miroir et de faire un tour dans la maison en prenant soin de passer (comme à son habitude) devant les fenêtres qui donnent sur l'immeuble en face. La cuisine explorée en couche, le salon parcouru en couche, Danièle regagne la chambre d'une démarche tendre et habille malgré cet accessoire sur ses fesses et entre ses jambes.

Dans un moment de doute elle pensa à ôter sa couche, mais s'empressa de mettre en place son porte-jarretelles et d'enfiler ses bas qui glissaient merveilleusement sur ses jambes douces. Debout, elle attacha avec la plus grande précaution les 6 jarretelles à ses bas. Elle s'observa ainsi vêtue d'une lingerie archi élégante et de sa couche. Par dessus, elle enfila sa culotte en satin rouge style vintage, qui couvrait entièrement le change blanc et vierge. Soutien gorge en place, Danièle enfile sa robe plissée et parfait ainsi sa tenue de sortie avec Catherine. Reste à chausser ses talons aiguille roses qui se marient à merveille avec cette douce robe soyeuse qui caresse ses bas à chaque pas. Cette sensation unique, c'est son mari qui la lui enseignée au fil des années. Elle y a prit plaisir, et ne peut concevoir une sortie sans un minimum d'élégance dans ses dessous. Cette fois ci, un accessoire nouveau va perturber quelque peu son assurance habituelle procurée par sa lingerie et ses tenues parfaitement ajustées mais aucune gêne flagrante ne vient l'empêcher de sortir . Danièle est prête à affronter l’extérieur vêtue de sa couche. Dans le miroir, absolument rien ne se voit, c'est parfait, en voiture.

Le trajet vers le même café qu'hier s'effectue rapidement. Danièle ne voit pas la route mais pense uniquement au bruit de sa couche contre sa culotte à chaque fois qu'elle appuie sur les pédales, mêlé au bruit de ses bas qui crissent l'un contre l'autre. Douce harmonie entre nylon, plastique et satin. Danièle se sent bien et se demande comment Catherine va aborder le sujet de sa couche qu'elle a mise dans mon sac hier. Une excitation envahit notre jolie conductrice, et envahit son bas ventre. Etait-ce le jus de son homme qui continuait à couler ou était-ce une excitation sexuelle qui était en train d'envahir sa vulve épilée ? Peu importe, la couche était là pour palier aux deux problèmes et Danièle commençait à en prendre conscience.

Garée, elle sorti de son véhicule pour la première fois vêtue en couche et lingerie fine sous sa robe très bourgeoise. Personne ne savait sauf elle. Même Catherine ne peut deviner, pourtant son regard se porta largement sur ses fesses lorsqu'elles se retrouvèrent . Catherine sachant que son amie a forcément découvert une couche dans ses sacs, Danièle sait ce que son amie a fait et sait ce qu'elle devine.

La conversation s'entame le plus naturellement possible, c'est à Danièle d'aborder le thème. Lors d'un blanc dans la discution, elle lâche :

J'ai essayé, je l'ai sur moi...

Catherine émet un large sourire et demande ce qu'elle en pense. Danièle répond un timide « ca va » sans vouloir trop manifester d’enthousiasme. Catherine enchérit en demandant à Danièle si elle voulait bien lui montrer sa couche. L'intimité des deux amies prenait une toute autre tournure. Catherine argumente en précisant que c'est un jeu entre elles rien de plus, sans conséquences, ce qui a pour effet de rassurer Danièle dans sa couche déjà humide pense-t-elle du sperme de son homme qui l'aura plus qu'honorée la nuit dernière. Les deux beautés font un tour dans le parc. Perchées sur leurs hauts escarpins, elles dégagent une classe et une désirabilité immense. Personne ne sait qu'elles portent toutes les deux une belle et douce couche qui, dissimulées sous leurs lingeries, émet un tendre crissement à peine perceptible.

Là, une conversation plus solennelle s'installe entre les deux femmes. Ouvertement, Catherine lui dit qu'elle porte un change complet garni de deux couches droites. Franck, son mari est au courant de ce qu'elle porte et il sait avec qui elle est mais elle ne lui a rien dit au sujet de la couche cachée dans le sac de Danièle. Un doux vent de printemps vient s’engouffrer sous les deux robes, Danièle sens la différence de température entre ses jambes et le haut de ses cuisses carressées par le vent. Elle ne ressent forcément pas le vent sur son intimité protégée par sa couche, mais apprécie grandement cette sensation de vent, de douceur, de fraîcheur et de sécurité depuis ses chevilles nylonnées jusqu'à ses jarretelles qui tendaient érotiquement ses bas vers le haut. La conversation se faisant de plus en plus franche, Danièle finit par avouer un certain plaisir à porter sa couche. Elle ne la gênait pas, elle faisait partie d'elle à présent. Au bout de 45 minutes de marche, Danièle eut sa vessie qui arrivait à ses limites et en fit part à sa confidente et initiatrice. Catherine lui avoua avoir mouillée sa couche à plusieurs reprises depuis le début de leur promenade. Dans un coin isolé du parc, Catherine se mit devant son amie et souleva sa jupe longue et laissa apparaître un doux spectacle à Danièle qui n'en fut qu'émue. Catherine s'était munie d'un petit porte-jarretelle tout en dentelle et de bas couleur chair, avec sa couche double insert. L'ensemble était bien humide, les marqueurs ayant changé de couleur. Danièle eut la preuve des mictions de Catherine et en rougit...

Devant son regard, la jupe de son initiatrice rabaissée, elle ne pu s'empêcher de lâcher un jet d'urine dans sa propre couche en regardant au loin. Voyant l'abdomen de Danièle bouger, Catherine comprit que son amie était en train de pisser dans sa couche. L'instant se prolongeant, la petite couche de Danièle se gonfla sous sa culotte de satin de belle femme bien sous toutes les coutures. Un sourire échangé entre les deux femmes en dit long, elles se comprirent et poursuivirent leur balade, leurs couches souillées de leur urine et heureuses. Les passants croisés n'y virent rien, Danièle prit confiance en elle, vêtue de cette couche qui de toutes façon ne pouvait être vue même si le vent venait à soulever sa robe. Qu'importe sa culotte masquait tout. Assises sur un banc public, la matière absorbante de leurs couches remplit son rôle parfaitement sous le poids des fesses de ces deux magnifiques femmes.

Heureuse et convaincue, Danièle annonça à son amie qu'elle avait aimé porter sa couche et la mouiller en public. Cependant son époux n'étant pas au courant de cette pratique elle émit quelques réserves et cela constitua une ombre au tableau. Elles devront garder cette expérience secrète pour préserver le doux équilibre de son foyer. Catherine, humble, se retira sans évoquer les changes. Le sien commençant à montrer des signes de faiblesse, elle se retira d'une démarche inchangée. Danièle fit de même après avoir terminé le tour du parc en mouillant son change qui lui avait procuré plus de plaisir qu'elle n'aurait cru.

Seule dans sa voiture, elle prit un tout autre itinéraire déserté par les promeneurs et s'arrêta dans un chemin dans les bois. Moteur éteint, Danièle touche sa culotte et sent sa couche gonflée de sa chaude urine à travers. Elle retire le bout de tissus de sa culotte si douce et se caresse à travers son nouveau sous-vêtement moelleux. Très tôt elle arrive à jouir dans sa couche d'une force qui la terrasse, la tête sur le volant. 3 minutes lui sont nécessaires pour reprendre ses esprits, remettre sa culotte et retourner chez elle...

Voiture garée dans la propriété, Danièle constate la présence du véhicule de son doux mari rentré plus tôt. Paniquée, mais calme à la fois elle pousse la porte d'entrée. Son mari est en train de préparer à manger. Danièle, comme si de rien n'était l'aide dans les préparatifs. Son mari jette son regard sur les fesses de Sa douce mais ne remarque rien à travers sa robe plissée en satin . Soulagée, Danièle lâche un dernier jet d'urine dans sa couche, comme pour immortaliser cet instant avant de prendre sa douche et de revêtir une tenue plus adéquate pour la soirée.

La couche détrempée sera dissimulée au fond d'une poubelle qui sera jetée dès demain matin.