1 members like this


Vues: 808 Created: 2014.08.09 Mis à jour: 2014.08.09

Une romance imprévue

Chapitre 29

Une romance imprévue - 113

Nous nous retrouvons donc nus tous les trois dans le splendide appartement sous cette désormais fameuse terrasse où ma copine m'a dépucelé en beauté il y a tout juste une semaine. Je mesure le chemin parcouru depuis cette date mémorable. Chantal nous indique que l'objectif de cette après-midi est de réparer, en quelque sorte, le "fiasco" du Week-end dernier et que Solange et moi puissions baiser, "tu préfères sans doute dire faire l'amour" me dit une nouvelle fois Chantal, en toute innocence sous le regard constant de ma copine. Cependant, Chantal, qui a, on le sait, une tendresse particulière pour la température rectale souhaite que je commence par lui prendre sa température à elle, après quoi, Solange et moi nous thermemètrerons mutuellement et Chantal indique qu'elle nous soumettra alors en plus à un petit check-up avant de nous laisser nous aimer. Il suffit de ces mots pour me faire paniquer. L'air sans doute affolé, ce qui amuse fortement Solange, j'interroge ma copine; "Qu'est ce que tu vas nous faire,... tu sais bien que j'ai horreur des visites médicales,.. je crois que j'ai eu mon compte de ce point de vue ces derniers jours,...et si en plus, ma famille de fous en Californie m'en impose encore,.....et s'il vous reprenait l'envie de me faire une blague comme votre coup de l'appendicite en Alsace,..." Chantal est presque fâchée: "Je croyais que, entre nous, cela ne te déplaisait pas tellement de te faire examiner,...et de toute façon, ce sera rien du tout, juste pour que je ne m'ennuie pas trop, ...tuture-cucul qu'on aura déjà fait en plus, mesure de la tension, auscultation, ca devrait être tout,...ne me dis pas que tu n'apprécieras pas d'écouter le petit cœur de Solange…" Encore une fois, j'ai été ridicule et je m'en excuse auprès des deux nanas. "Ce n'est pas grave, conclut Chantal, nous savons que tu as un problème de ce côté-là, c'est ta personnalité et c'est pour cela que nous t'aimons". "Maintenant, ajoute-t-elle, et en préalable, tu vas me prendre ma température à moi,...je pense que tu n'auras pas d'objection". Elle m'invite alors à m'assoir au bord du lit et s'installe sur mes genoux. Chantal s'adresse à Solange en lui proposant d'immortaliser avec le Polaroid, puis avec le Leica, cette prise de température. "Je crois qu'on a pas de photo où Honey me prends la tuture-cucul,...ça manque vraiment,...vous ne trouvez pas" observe Chantal alors qu'elle me tend le thermomètre.

Il est vrai que j'adore prendre la température de ma copine. Sous l'œil de Solange fixé dans le télémètre du Leica, je me prépare à glisser le thermomètre entre les fesses, puis dans le rectum de Chantal. Avec délectation, j'écarte les fesses charnues de ma copine, j'observe un instant l'orifice somptueux de l'anus de la jeune femme, et je glisse l'instrument entre les fesses, puis je l'enfonce carrément au plus profond de l'intimité de ma copine. Le spectacle de ma copine, si vulnérable avec le thermomètre planté dans son cul, me touche au plus haut point et provoque chez moi une érection conséquente que ma copine ne peut ignorer contre son bas-ventre appuyé contre moi. "On n'a pas dit combien de temps on le laisse" observe Chantal entre deux soupirs appuyés que lui provoquent les petits mouvements de va-et-viens du thermomètre que je manie avec détermination. Nous nous accordons sur un temps de mesure plus que raisonnable de cinq minutes, qui sera le même ensuite pour Solange et moi, pour ne pas perdre trop de temps pour nos "jeux" le reste de l'après-midi. Solange mitraille la scène avec le Leica après avoir tiré deux clichés avec le Polaroid. "Tu sais, j'ai aussi un Leica, pareil que celui de Chantal, qui a survécu à mon séjour en Inde,..un jour, je te montrerai les photos" m'assure la jeune fille. Les cinq minutes passent, à la fois trop longues et trop courtes. A plusieurs reprises, Chantal me félicite et me dit que je fais ca si bien. Finalement, je retire le thermomètre et m'apprête à annoncer sa température, un 37,2 tout à fait normal, à ma copine lorsque celle-ci m'arrête, me disant: "Attends, ne me dis rien, ta copine Marina Vlady, ta doctoresse, m'a donné une idée,...en fait, si nous nous prenons la température, ce n'est pas pour le résultat, c'est parce que nous aimons ca, tu es d'accord ? ...donc, aucune indication sur les températures enregistrées aujourd'hui, ...d'accord, Honey….d'accord, soeurette"

Maintenant, Solange et moi allons nous prendre mutuellement la température, perspective qui ne me déplait pas, même si elle ravive en moi le souvenir de la blague des deux sœurs, puisque, à la suite de son pseudo diagnostic d'une appendicite gravissime, Solange m'a pris, avec, je le reconnais, une infinie tendresse qui m'avait alors touché, la température dans la fameuse diaper change position. Et là, justement,Solange annonce son intention de "récidiver" et de me demander de lui laisser me prendre la température dans cette position peu confortable et passablement humiliante. La jeune fille, qui passe ses appareils photo à sa sœur qui va poursuivre le reportage, justifie sa position: "Je sais que si Honey se met sur le ventre, on verra son petit cul qui nous fait craquer toutes les deux, mais moi, je préfère prendre la température à tous mes malades dans la diaper change position, parce que cela permet de voir le visage de la personne de qui on s'occupe". "Ouais, avec notre Honey ca te permet surtout de voir sa queue et ses couilles,...non" répond vivement Chantal . "Oh" fait Solange en faisant semblant d'être choquée. Chantal propose de me laisser décider. Bon prince, je suggère que Solange fasse ce qu'elle veut, même si je n'aime pas trop la diaper change position. Je m'allonge donc sur le lit et attend le bon vouloir de ces dames; Solange vient s'assoir à côté de moi, me fait replier mes jambes jusque sur ma poitrine, puis avec une lenteur calculée, glisse le thermomètre entre mes fesses et l'enfonce dans mon rectum. La sensation est certes extraordinaire, peut-être plus que pour une prise de température "normale" pour des raisons bêtement anatomiques. Je dois dire que ma chêre Solange a bien enfoncé l'engin. Pendant les cinq minutes de l'examen, Solange me fixe d'un regard d'une douceur, d'une tendresse, infinies, qui me touche particulièrement, même s'il me rappelle sa prise de température au moment de sa blague. Je lis tout son amour dans ses yeux, qui ont, je le rappelle, exactement la même couleur que les miens. Cependant, dans le même temps, une de ses mains joue avec le thermomètre, lui insufflant des mouvements de va-et-viens qui m'aménent au bord de la jouissance d'autant plus que son autre main me caresse, toujours avec une infinie douceur, carrément mon pénis dur, bien dressé vers le plafond de la pièce, tout ceci enregistré pour la postérité par le Polaroid, puis le Leica, maniés.par Chantal. Je sens que je ne pourrai pas tenir plus que les cinq minutes annoncées. Enfin, Solange me retire le thermomètre. Sans enfreindre la consigne de ne pas annoncer le résultat de la prise de température, elle exprime un "whaou" à la lecture du résultat. C'est maintenant à moi de prendre la température de la sœur de Chantal.

Une romance imprévue - 114

Bien sûr que l'idée de prendre la température de Solange m'excite au plus haut point. Bien sûr, nous l'avons déjà fait dimanche et ça a été merveilleux. S'y ajoutait alors l'excitation de l'interdit, en quelque sorte, puisque nous l'avons fait plus ou moins en cachette de Chantal partie voir une vieille tante. Là, les choses sont différentes puisque c'est Chantal elle-même, avec son côté un peu "bossy", peut-être dû aux quelques années qu'elle a en plus par rapport à Solange et moi, et à son statut de médecin installé ou presque, qui méne les opérations. Solange, à qui la perspective de se faire thermomètrer par moi semble ne pas trop déplaire propose, dans un souci d'égalité entre elle et moi, que je lui prenne sa température dans la diaper change postion comme elle vient de le faire avec moi. Elle ajoute: "Comme ça, nous pourrons nous regarder et voir le visage l'un de l'autre,...et puis vous savez que je n'aime pas tellement exhiber mon cul de petit garçon". Je suis de nouveau tenté d'utiliser mon expression favorite, "fishing for compliments", mais je suis conscient qu'elle agace les deux sœurs, ou du moins Solange, et je m'abstiens. Dimanche, j'ai pris la température de Solange sur mes genoux et aurais volontiers récidivé, mais lui faire subir la diaper change position pourrait également être excitant. "Si, tu es d'accord, Honey, va pour la diaper change position, même si vous savez tous les deux, surtout Solange, que personnellement je n'aime pas trop celle-ci". Je me souviens alors que Chantal m'a dit, je crois que c'était après la nuit que j'ai passé dans son studio la semaine dernière, que sa mêre l'amenait une fois par an chez une pédiatre, qui commençait son examen en lui prenant la température dans cette fameuse diaper change position et qu'elle se sentait au fil des ans de plus en plus humiliée d'être ainsi exposé. Je me demande toujours si Solange était présente lors de ses visites.

Solange se met donc en place; Elle s'allonge sur le dos sur le lit, puis replie avec élégance ses jambes fines, qu'elle a préalablement écartées, sur sa poitrine. Elle offre ainsi une vue imprenable, non seulement sur la corolle rose de son anus, mais aussi sur sa chatte merveilleuse dessinée, couverte d'une fine toison blonde, une vision à damner un saint. Abandonnant un instant ses appareils photo, Chantal me tend un thermomètre que je n'empresse de glisser entre les fesses de sa petite sœur, puis au plus profond de son rectum. Les cinq minutes qui suivent sont merveilleuses. Je maintiens le thermomètre en place, tout en jouant avec, le retirant légèrement pour l'enfoncer à nouveau plus profondément encore. Mon autre main caresse, avec toute la délicatesse dont je suis capable, les grandes lèvres, puis les petites lèvres du vagin de la jeune fille, sans jamais la pénétrer toutefois, ce qui n'empêche pas la jeune fille d'exprimer sa satisfaction pas des soupirs particulièrement sensuels. En même temps, nous ne nous quittons pas des yeux et je lis sur le beau visage de Solange, qui ressemble tant à celui de Chantal, tout son amour, toute sa tendresse et j'en suis particulièrement ému. A coté de cet aspect romantique, force m'est de constater que j'ai la sensation que mon sexe est au bord de l'explosion.Je voudrais que cette situation se prolonge à l'infini. Chantal, qui vient là de réaliser une partie particulièrement sensuelle de son "reportage" nous rappelle à la réalité en nous indiquant que les cinq minutes sont passées, et même dépassées. Je retire le thermomètre et, selon l'injonction de Chantal, je garde pour moi le résultat: 37,9, un peu élevé me semble-t-il.

Puisque nous nous sommes pris la température, Chantal propose de passer à l'étape suivante de son scénario, le "check-up" dont l'annonce m'a fait si peur tout à l'heure. Se moquant (gentiment) de moi, elle indique qu'elle va commencer par Solange pour me montrer que ce n'est pas si grave que cela. Elle me propose de prendre le Leica pour faire quelques photos de l'examen. Chantal commence par glisser un brassard autour du bras menu de sa sœur pour mesurer sa tension. Le résultat semble la satisfaire. Ma copine place le disque de son stéthoscope sur différents endroits du torse de sa sœur pour écouter le cœur, puis les poumons de Solange. A un moment, Chantal se tourne vers moi et maintenant le disque placé sur un point donné, me tend les écouteurs de son instrument: "Je pense que cela t'intéressa d'écouter le cœur de la nana que tu t'apprêtes à baiser". Bien qu'il me semble que j'avais déjà écouté le cœur de Solange quand elle était sensée m'examiner samedi soir, je me laisse prendre au jeu et je suis impressionné par le bruit sourd du cœur de la jeune fille. C'est quelque chose de fascinant. Comme samedi d'après mon souvenir, Il me semble que le cœur de Solange bat un peu vite et je me permets d'en faire la remarque aux deux nanas. Chantal fait semblant d'être choqué par ma remarque: "Tu te prends pour un médecin maintenant" puis reconnait que je n'ai pas tort." C'est parce que je suis amoureuse" déclare la jeune fille sur un ton mi-sérieux, mi-badin. Chantal annonce que je check-up est terminé pour Solange. Je reconnais que ce n'était pas si grave alors que je confie le Leica à Solange. Chantal me glisse son brassard pour la tension autour du bras et annonce "12,3/7,9". Elle commente "C'et pas mal, Honey". Elle ajoute: "Sans trahir le secret médical, je peux te dire que Solange est à "14/9", elle est donc plus un peu plus nerveuse que toi". Chantal écoute avec attention mon cœur, puis mes poumons et ne trouve rien à redire. Elle invite Solange à écouter elle-aussi mon cœur. "Il est vachement calme aujourd'hui" note la soeurette. Chantal abandonne son stéthoscope et reprend ses appareils photos. " Maintenant, vous allez pouvoir baiser, mais je continue à vous surveiller et à assurer le reportage de vos ébats." Elle se tourne vers Solange et la met en garde; "Attention, pas de super orgasme de ton ashram aujourd'hui, je ne veux pas appeler le SAMU pour mon petit Honey".

Une romance imprévue - 115

Solange et moi allons donc baiser, sous la supervision de Chantal. J'ai ainsi moins l'impression de tromper ma copine que lors de notre "baise romantique" de dimanche après-midi. Je me sens néanmoins un peu gêné, mal à l'aise. Je me demande ce que pense Solange de cette situation; Et quels sont vraiment les sentiments de la sœur de Chantal pour moi? Pour l'heure, nous sommes tous les trois, debout, nus, dans la vaste chambre de cet appartement. Une nouvelle fois, Chantal prend les choses en main. "Allez les jeunes, vous avez bien une idée de ce que vous voulez faire,...moi, je suis là pour vous regarder, assurer le reportage de cette journée et éventuellement vous prodiguer mes conseils de vieille copine,...et puis peut-être vous mettre à l'occasion des thermomètres dans vos mignons petits culs". Chantal marque une pose, puis annonce: "Je crois que l'idée est que ma chère sœur puisse faire ce qu'elle n'a pas pu faire tout à fait dimanche en Alsace: offrir ses trois orifices à mon petit Honey; Je propose donc que Solange commence par sucer la jolie queue de son copain, ou mon copain, je ne sais plus, avec toute son expérience et sa délicatesse,...et comme le mobilier de cette chambre se prête bien à la chose, je suggère que Solange s'allonge nue sur le ventre sur le lit et que Honey se tienne debout au bord du lit face à elle".

Solange comme moi sommes disposés à nous prêter aux mises en scène que propose Chantal et nous nous mettons en place, Solange s'allonge sur le ventre sur le lit et je me rapproche du bord du lit. Le spectacle des petites fesses de Solange qui frétillent sur le lit m'excite au plus haut point. Mon pénis est bien dressé face à Solange qui rampe de manière à se trouver exactement à sa hauteur. La jeune fille agrippe mes hanches et amène son visage au niveau de mon bas-ventre. Sa bouche engloutit mon membre et commence à le sucer avec énergie. La vision que m'offrent les fesses de Solange augmente encore pour moi le caractère érotique de la situation. Mes mains ne peuvent que caresser le doux visage de la jeune fille. Solange me suce avec une rare habilité et je crains de ne plus pouvoir contrôler longtemps mon pénis, déjà au bord de l'explosion, d'autant qu'un nouvel élément, pour ne pas dire deux nouveaux éléments viennent augmenter mon trouble. Chantal, après avoir immortalisé la scène avec le Polaroid, puis le Leica, se détourne un instant de la scène, puis revient se placer derrière moi et là, par surprise, me glisse un thermomètre entre les fesses, qu'elle enfonce ensuite au plus profond de mon rectum, puis, rampant à son tour sur le lit vient gratifier sa chère sœur d'un autre thermomètre dans son petit cul.

Toujours sucé avec application, et tendresse pour ne pas dire amour par la sœur de Chantal, je suis un peu surpris de cette incursion, même si il me semble que Chantal l'avait plus ou moins annoncée. La sensation que je ressens, ma queue pompée par Solange et le thermomètre enfoncé, et bien, dans le cul, est extraordinaire, indescriptible parce qu'au delà des mots. Dans le même temps, la vue du thermomètre planté dans le petit cul de Solange achève de me rendre fou, d'autant que la blonde enfant, malgré la position où elle se trouve, laisse échapper un gémissement particulièrement évocateur, quand elle réalise ce qui lui arrive. Je sens que je viens et que ça devrait être "pas mal". J'essaie de retarder l'échéance en pensant à l'entretien que je dois avoir ce soir avec mes parents, mais rien n'y fait. Soudain, mon sperme gicle en plusieurs jets vigoureux dans la bouche de Solange, qui en gentille fille se force à avaler. La bouche de Solange se détache rapidement de mon sexe, lequel perd rapidement de sa vigueur. La jeune fille reprend son souffle. Se forçant à sourire, elle déclare: "Je confirme ce que je disais à Honey dimanche en Alsace, en fait, le gout est dégeu...le lait et le miel, tout ça,c'est de la littérature" "Hum, toujours rebelle " fait Chantal avec un sourire néanmoins complice à sa sœur, avant de récupérer les deux thermomètres. Elle rappelle: "Je ne vous dirais pas les chiffres de vos températures respectives, mais c'est...intéressant". J'insiste pour savoir et me heurte au refus ferme de Chantal. Cette dernière annonce: "Maintenant, si vous n'êtes pas trop fatigués, les petits jeunes, on va passer aux choses sérieuses; Honey va honorer le vagin de Solange, c'est à dire lui faire vraiment l'amour.

Une romance imprévue - 116

Avant de nous laisser faire l'amour, Chantal nous indique qu'elle souhaite nous ausculter une nouvelle fois rapidement Solange et moi-même. Du fait de ma phobie de tout ce qui est médical, je ne suis pas spécialement enthousiaste, mais laisse faire Chantal qui a décidé de commencer par moi. Le contact des mains de Chantal sur ma poitrine est toujours aussi agréable et l'examen est relativement rapide, mais Chantal relève une nouvelle fois que mon cœur est "un peu rapide" et suggère une nouvelle fois que l'on fasse un petit électrocardiogramme "à l'occasion,....peut-être quand tu seras rentré de ton voyage". cette annonce suffit à m'affoler et mon érection qui était quasi-permanente depuis le début de nos jeux perd de sa vigueur. Chantal s'amuse de mon affolement: "Tu es vraiment impossible, mon pauvre Honey". Peut-être pour me calmer, ma copine me tend une petite pilule de couleur bleue et un verre d'eau pour la prendre. Je m'exécute. " Ne t'inquiète pas, Honey, c'est juste pour t'aider à assurer, d'accord…". Solange, peut-être habituée, est beaucoup plus calme que moi quand sa soeur écoute son cœur, même si elle relève que celui-ci bat également très vite. Chantal me passe un instant les écouteurs de son stéthoscope et j'entends avec délectation le rythme assourdi mais accéléré du cœur de la jeune fille. Je rends l'instrument à ma copine, impatient de faire l'amour à Solange "Désolé de vous avoir fait attendre, déclare Chantal, maintenant, je ne vous embête plus, je vais juste vous regarder faire et faire quelques photos."

Solange et moi sommes sur le lit. Allongés, nous nous étreignons longuement. Nous commençons par nous embrasser longuement. Nos langues s'agitent avec frénésie pendant que nos mains recherchent les points les plus appropriés pour nos caresses. Mes premières caresses sa portent sur les seins de Solange. J'ai déjà dit que j'étais particulièrement touché par les seins, petits et pointus , mais pas minuscules, les tétons fermes et durs de la jeune fille. Une nouvelle fois, Solange marque sa gêne lorsque je caresse sa poitrine. Mes mains se déplacent sur les hanches, puis les fesses de Solange. J'adore les petites fesses de la jeune fille. Pour sa part, Solange concentrent ses caresses sur mes testicules et mon pénis. Je sens une nouvelle fois que je ne pourrai pas tenir longtemps. Avec ma maladresse de quasi-puceau, mes caresses s'aventurent sur l'entrejambe de la jeune fille. Mes mains, puis ma langue, se portent sur la toison puis la vulve de la jeune fille, je glisse un doigt dans l'intimité de la sœur de Chantal. Solange gémit avec ostentation, et dit sa satisfaction dans un language particulièrement cru. Solange manifeste son impatience, comme elle l'a fat précédemment, c'est elle qui saisit mon pénis turgescent pour le placer à l'entrée de son sexe. "Viens" m'implore-t-elle. Je donne un ferme coup de rein et pénètre la jeune fille. Elle réagit en gémissant avec vigueur. Mon sexe entame ses mouvements de va-et-vient. Nous faisons l'amour. La sensation est extraordinaire. Chantal mitraille la scène avec son Leica.

Je baise Solange et elle semble apprécier la situation. Mon pénis alterne les mouvements lents et amples et ceux plus rapides et moins profonds. Dans le même temps, les yeux bleus de Solange se plongent dans les miens. " Ne t'inquiète pas, je ne te referai pas le coup du superorgasme, tu peux me regarder dans les yeux" me dit la jeune fille entre deux gémissements. Tout à coup, je réalise que quelque chose de froid, long et dur se glisse entre mes fesses et s'enfonce dans mon rectum. C'est le thermomètre de Chantal. La sensation est extraordinaire, Chantal manie le thermomètre avec sa dextérité habituelle, elle calle ses mouvements sur ceux de mon pénis. Elle me fait l'amour avec son thermomètre en même temps que je baise sa sœur. Je suis en quelque sorte pris en sandwich entre mes deux copines. Je suis dans un tel état d'excitation que je ne pourrai pas tenir longtemps. J'essais de retarder l'échéance, en pensant à l'explication un peu compliquée avec mes parents qui m'attend pour ce soir, voire aux visites médicales que je devrais m'attendre à subir en Californie. Solange gémit et me fait des serments d'amour. Avant que je vienne, Chantal retire son thermomètre, mais maintient ses mains sur mes fesses, on sait qu'elle les apprécie. Rapidement, je jouis. Mon pénis explose. Je sens que mon sperme en une dizaine de jets successifs en quelques secondes se répand dans l'intimité de Solange. Je m'écroule en nage et à bout de souffle sur le corps de la sœur de Chantal. Nous nous roulons une pelle monumentale." C'était super" me dit Solange dans un souffle. Chantal nous observe. Après nous avoir laissé récupérer quelques instants, Chantal a ce commentaire: "C'était plutôt bien, les jeunes,...maintenant, est ce que vous êtes préts pour le dernier épisode, ...en un mot, Honey, es tu prêt à enculer,...tu préfères peut-être dire sodomiser ou honorer l'orifice garçonnier de,,... ma chère sœur".

Comments

Svensson Il ya 5 ans  
arthur Il ya 5 ans  
arthur Il ya 5 ans  
Svensson Il ya 5 ans  
arthur Il ya 5 ans  
clyso Il ya 5 ans